Le CORAF et d’autres partenaires aident le Cap-Vert à développer son secteur semencier

Une délégation conjointe de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), du Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) et du CORAF a rencontré des autorités du Cap-Vert pour s’accorder sur un plan pour développer davantage son secteur semencier.

Lors d’une récente visite de trois jours, les officiels des quatre organisations régionales et ceux du Cap-Vert ont convenu de travailler ensemble pour assurer que le Cap-Vert se conforme à la réglementation régionale harmonisée sur les semences.

Dix-sept pays d’Afrique de l’Ouest, en plus de la Mauritanie et du Tchad, ont adhéré à la politique régionale. Cependant, alors que la plupart d’entre eux ont fait des progrès louables dans la mise en œuvre de la politique, quelques pays, dont le Cap-Vert, n’ont pas mis en œuvre la politique de manière satisfaisante.

« Cette mission a permis au Cap-Vert de se doter d’un plan de développement du secteur semencier. S’il est correctement mis en œuvre, il leur permettra de rattraper les autres pays et, par conséquent, d’observer un essor de son secteur agricole », a déclaré Dr Yacouba DIALLO, un expert semencier du CORAF qui faisait partie de la délégation.

Le Règlement régional harmonisée sur les semences et les plants est l’une des mesures visant à uniformiser les règles du jeu pour le commerce transfrontalier de semences dans les dix-sept pays membres de la région CEDEAO-UEMOA-CILSS.

Au cours de la visite de travail, la délégation CEDEAO-UEMOA-CILSS-CORAF a rencontré plusieurs acteurs de premier rang du système agricole du Cap-Vert parmi lesquels, le Secrétaire d’État de l’économie agraire.

« La feuille de route élaborée en collaboration avec toutes les parties prenantes, en particulier le secteur privé, servira d’orientation stratégique pour le Cap-Vert et l’aidera à avoir une industrie semencière forte et résiliente », a déclaré Dr Hippolyte AFFOGNON, Coordonateur du programme de Partenariat pour la recherche agricole, l’éducation et le développement en Afrique de l’Ouest (PAIRED).

Une mission similaire s’est également rendue en Guinée-Bissau et se rendra plus tard au Tchad avec pour objectif global d’aider ces pays à améliorer leur conformité à la réglementation harmonisée sur les semences.