TARSPro aligné sur les priorités du gouvernement du Bénin, selon une officielle du gouvernement

La Secrétaire générale du ministère béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche a salué un nouveau programme d’intensification des technologies conçu pour aider les agriculteurs du Bénin et de quatre autres pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre à mieux faire face au stress provoqué par le changement climatique.

Lors du lancement du projet à Cotonou récemment, Mme Françoise ASSOGBA COMLAN a déclaré à un auditoire principalement composé d’acteurs du projet, que le nouveau projet est aligné sur les priorités du Bénin.

Le projet de mise à l’échelle des Technologies et innovations agricoles pour accroître la résilience des systèmes de production et des exploitations familiales en Afrique de l’Ouest et du Centre (TARSPro) est le dernier projet mis en œuvre par le CORAF en partenariat avec des partenaires des Systèmes nationaux de recherche agricole. Le gouvernement suisse finance TARSPro par l’intermédiaire de son agence pour le développement international – la Direction du développement et de la coopération.

Le projet a déjà été lancé au Burkina Faso et sera prochainement lancé dans les autres pays ciblés, dont le Niger, le Tchad.

Alignement sur les priorités du gouvernement béninois

Sous son président actuel, le Bénin met en œuvre un Programme d’action dont l’une des composantes fondamentales est la promotion et le développement de l’agriculture.

Comme dans la plupart des pays, le financement du programme national combine des ressources nationales et d’autres ressources provenant de donateurs multilatéraux et bilatéraux. Et dans certains cas, il y a des subventions d’autres partenaires au développement. Parfois, ces projets peuvent ne pas être directement alignés sur les priorités du gouvernement.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement, la haute fonctionnaire du gouvernement a salué la contribution attendue de TARSPro, dans l’économie et aux agriculteurs du Bénin.

« TARSPro s’inscrit parfaitement dans le Plan stratégique de développement agricole et plus particulièrement dans les axes stratégiques du volet agriculture du Programme d’action du Président de la République », a déclaré le SG du ministère de l’Agriculture.

Ce programme vise la transformation de l’agriculture pour promouvoir l’autosuffisance alimentaire et les techniques et pratiques de production de rente et de culture capables de renforcer la résilience des systèmes de production.

Comment la recherche peut aider à relever les défis de l’agriculture

L’agriculture en Afrique de l’Ouest et du Centre est actuellement confrontée à un immense stress. Outre les défis liés à la dégradation des sols, le système alimentaire est actuellement accablé par le changement climatique et les biorisques. La pandémie de COVID-19 a encore aggravé la situation. Pour beaucoup, ces défis ne peuvent être relevés sans une recherche et développement adéquats.

« Sans l’application de la science, de l’innovation et de la technologie, notre région ne serait pas en mesure de relever ces défis de manière durable », a déclaré Dr Niéyidouba LAMIEN, Gestionnaire de Programme et Représentant du CORAF lors de la cérémonie de lancement.

TARSPro cible spécifiquement les populations défavorisées dans les pays sélectionnés.

« Les femmes et les jeunes étant les groupes les plus vulnérables de ces petites exploitations familiales. TARSPro a été conçu avec un accent particulier sur les jeunes », a ajouté Dr LAMIEN.

Au total, près de dix millions de personnes sont ciblées pendant toute la durée du projet.

Le SNRA local s’engage à réussir

Le principal partenaire d’exécution du projet TASRPro au Bénin sera l’Institut national de recherches agricoles du Bénin (INRAB).

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement, le Directeur général de l’INRAB s’est engagé à ce que son institution fasse tout son possible pour la réussite du programme.

« Au nom des SNRA du Bénin, je m’engage, non seulement à contribuer au succès de TARSPro, mais aussi à générer plus d’innovations à des fins de viabilité des exploitations agricoles et de développement du monde rural », a déclaré Dr Adolphe ADJANOHOUN.

Avec le lancement de TARSPro, les acteurs peuvent désormais pivoter vers une mise en œuvre complète.

Lire aussi :