Le taux d’infestation des mouches de fruits en baisse dans les vergers au Ghana et au Bénin

mouchedefruits

Les taux d’infestation des mouches de fruits sont en baisse au Ghana de l’avis de propriétaires de vergers suivis par le Projet d’appui au plan régional de lutte et de contrôle des Mouches des Fruits (PLMF). Les propriétaires de vergers qui se disent satisfaits des essais qui ont permis d’atteindre ces résultats, déplorent cependant l’émergence du Bacteria Black Spot (BBS) pouvant entrainer de grosses pertes dans les vergers (près de 70%) et l’influence néfaste des vergers avoisinants qui ne sont pas traités.

Le Dr Mame Farma Ndiaye Cissé, chargée de la composante recherche du projet au CORAF qui a récemment effectué une mission au Bénin et au Ghana, soutient dans son rapport que ‘’les activités du programme avancent normalement grâce à l’appui du comité technique du projet’’. Toutefois dit-elle, ‘’les fonds alloués à la partie ghanéenne sont actuellement épuisés et le DG s’est dit prêt à préfinancer avec l’accord de la coordination, afin que les activités de terrain ne soient pas bloquées’’.

Au Ghana, la chargée de la composante recherche du PLMF au CORAF a procédé lors de son séjour à une remise d’une partie du matériel acquis par le CORAF au profit du pays.

Elle a également visité des laboratoires partenaires du projet dont celui de Plant Protection and Regulatory Services Directorate – PPRSD, University of Ghana, Africa Regional Postgraduate Program on Insect Sciences– ARPPIS.

Dans ce dernier établissement (ARPRIS), la visite guidée a été conduite par deux étudiants en master dont l’un vient de soutenir son mémoire sur les techniques de détection des mouches de fruits à base de produits locaux.

En dehors des visites de laboratoires, des visites de terrains ont été menés dans deux vergers respectivement dans la zone agricole de Somanya, dans la région orientale du Ghana, et à Dodowa où des essais ont été effectuées.

Au Bénin, une remise d’une partie du matériel acheté par le CORAF a été effectuée.

S’agissant de l’état d’avancement des activités du projet dans ce pays, environ 70% des activités planifiées cette année ont été exécutés et les activités de terrain sont en cours.

Au Bénin comme au Ghana, les visites des parcelles expérimentales ont permis de constater de visu le dispositif de suivi de la population de mouches de fruits mis en place conjointement avec le comité national, d’échanger avec les producteurs et les responsables du comité national sur les axes collaboration, notamment au niveau des essais pour faciliter le transfert de technologies générées par la composante recherche.

La mission au Bénin a été également l’occasion pour la chargée de la composante recherche de rencontrer les présidents de deux plateformes (Parakou et Atacora) mises en place depuis le projet dissémination-PPAAO.

Selon le rapport de mission, les présidents de ces deux plateformes sont satisfaits des actions menées par le projet, qui ont permis de maintenir la population des mouches à un niveau très bas. Ils estiment que le problème de la mouche est réglé il reste toutefois à trouver une solution à la lancinante question de la commercialisation de la production.

A propos du PLMF

Le projet d’appui au plan régional de Lutte et de contrôle des Mouches des Fruits en Afrique de l’Ouest (PLMF) a officiellement débuté le 18 Août 2014 pour une durée d’exécution de 5 ans (19 Août 2019). Il est actuellement exécuté dans 10 pays : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Mali, Nigéria, Sénégal et Togo. La composante recherche appliquée a effectivement démarré en Juillet 2015, avec le premier transfert de fonds aux pays.

Website

Laisser un commentaire

*