Le PPAAO entre dans la dernière ligne droite

L’un des plus grands projets agricoles d’Afrique de l’Ouest de l’histoire moderne est sur le point d’entrer dans le dernier tournant. Présenté par ses initiateurs comme une nouveauté et le premier du genre dans l’histoire de la région, le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) prend officiellement fin le 31 décembre 2019.

Mais avant cela, les pays se réuniront une nouvelle fois pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de la phase en cours, rendre hommage à l’un des architectes du programme et déterminer la meilleure façon de bâtir sur l’infrastructure mise en place par le PPAAO.

Le 19 novembre 2019, les responsables de la mise en œuvre du programme de quatre pays (Bénin, Guinée, Niger et Togo) se réuniront à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le lendemain (20 novembre), les acteurs évalueront les réalisations du programme et jetteront les fondements pour l’avenir sur la base de l’infrastructure de pointe générée par le PPAAO, et rendront hommage à Abdoulaye Touré, qui est décédé le 16 juin 2019, alors qu’il était à la tête du Groupe de Travail du programme, à titre de responsable de l’équipe de travail du PPAAO.

“Nous avons mis en place le PPAAO non seulement pour accroître la productivité, mais aussi pour promouvoir notre valeur la plus chère, l’intégration régionale par le biais de l’agriculture. Dix ans plus tard, tout le monde peut voir les résultats du PPAAO. A bien des égards, le PPAAO a même dépassé les attentes “, déclare Son Excellence Sékou Sangare, Commissaire de la CEDEAO chargé de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau.

La CEDEAO a lancé le PPAAO avec un financement de la Banque mondiale. Les gouvernements de l’Espagne, du Japon et du Danemark ont fourni le cofinancement tandis que le CORAF était responsable de la coordination régionale.

Une nouveauté

“Le PPAAO est une nouveauté à bien des égards. Il a réuni pour la première fois des chercheurs, des vulgarisateurs, des organisations non gouvernementales, le secteur privé et de nombreux autres acteurs sous la direction politique de la CEDEAO et avec le soutien financier de la Banque mondiale “, a déclaré Alain Sy Traoré, Directeur de l’agriculture de la CEDEAO.

        Centres nationaux de Spécialisation (CNS)

 

Dans l’ensemble, 13 pays d’Afrique de l’Ouest ont participé au PPAAO tout au long de la décennie en cours. Son objectif primordial était d’accroître la productivité, de réduire la faim, d’améliorer la nutrition, de créer des emplois et de soutenir la collaboration transfrontalière.

“En tant que mécanisme de coordination, de supervision et de suivi régional, le PPAAO a été un succès significatif. Le fait d’accorder des prêts et des subventions à un pays, avec un organe de coordination régionale chargé d’assurer la cohérence de l’action, d’éviter les doubles emplois, et avec chaque unité nationale de coordination agissant de manière indépendante et souveraine est excellent. Cela a facilité la mise en commun des ressources et le partage des résultats de la recherche. Il s’agit donc pour nous d’un succès majeur grâce à un mécanisme de financement et de gouvernance “, a ajouté Alain Sy Traoré.

Briser les barrières et renforcer la régionalisation

Réunir treize pays indépendants pour travailler ensemble dans le cadre d’un même projet peut s’avérer extrêmement difficile. Mais le PPAAO a été conçu de manière à ce que les pays doivent travailler ensemble à la génération et à la diffusion des technologies.

Au cours des dix dernières années, le programme a développé et mis à l’échelle plus de 200 technologies. Ils sont disponibles sur la plateforme MITA (Marché des Innovations et des Technologies Agricoles).

“Le programme a aidé à créer un espace unique pour la production et la diffusion de la technologie. C’est le principal succès du programme “, a déclaré Abdoulaye Touré.

Le semoir à riz, la technologie du pain composite et la variété de manioc à haut rendement qui ont été initialement développés au Mali, au Sénégal et au Ghana, respectivement, sont aujourd’hui utilisés en Afrique de l’Ouest.

Plus de 100 technologies ont franchi les frontières de leur pays de création.

“Nous avons besoin de solutions sans frontières qui ne parlent aucune langue. Les défis auxquels nous sommes confrontés sont neutres sur le plan linguistique et, par conséquent, nous devons proposer des solutions neutres sur le plan linguistique “, déclare le Dr Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du CORAF.

Toutes ces réalisations ont fait du PPAAO une nouveauté malgré les nombreux défis qui restent à relever pour construire un système agro-alimentaire durable en Afrique de l’Ouest.

“Nous voulons nous appuyer sur le programme existant pour intensifier l’innovation. Dans la même optique, nous voulons remédier aux lacunes dans les domaines de la gouvernance, de la diffusion et de l’adoption des technologies, du leadership, de la coordination, de la communication et de la sensibilisation des médias “, déclare le Directeur de l’agriculture de la CEDEAO

Résultats impressionnants

Six millions de personnes ont été ciblées lors de la conception du PPAAO en 2008. Mais le programme a dépassé cet objectif et atteint directement plus de 9 millions de personnes. En outre, 56 millions de personnes ont été indirectement touchées dans les pays participants. Les données disponibles montrent que le programme a touché environ quatre millions de femmes, soit environ 40 % de l’ensemble des bénéficiaires.

Le PPAAO a eu un impact significatif sur la sécurité alimentaire et l’apport calorique

 

Le programme a eu un impact significatif sur la sécurité alimentaire et l’apport calorique en augmentant les rendements des principales cultures à 30 pour cent pour les céréales sèches et 150 pour cent pour le riz, les fruits et les tubercules. La consommation calorique est passée de 2 777 à 2 964 kcals et la période de soudure est passée de 28 à 55 %, selon les produits. Le PPAAO a également amélioré de 34 pour cent la situation économique des agriculteurs de la même manière qu’il a transformé celle des communautés.

Le revenu moyen a augmenté de plus de 35 pour cent pour plus de 7 millions de petits producteurs dans les 13 pays bénéficiant du programme. Le rendement moyen a augmenté d’environ 30 pour cent grâce à l’introduction de variétés améliorées de mil, sorgho, maïs et fonio.

Plus de 1000 candidats au Master et au doctorat ont été formés dans le cadre du PPAAO. Ces jeunes chercheurs travaillent déjà dans leur pays d’origine. A long terme, on s’attend à ce qu’ils prennent la relève d’une communauté de recherche agricole en Afrique de l’Ouest qui vieillit pour la plupart.

Le PPAAO a également contribué à faciliter l’harmonisation de la réglementation des semences en Afrique de l’Ouest. Le commerce a été facilité et l’accès au marché amélioré grâce à l’adoption par 17 pays de la région de ce cadre réglementaire régional commun.

 

Lisez les cas de succès du PPAAO :