Gagner 85 millions de FCFA (180 000 $) par an grâce à la technologie PPAAO

Une entreprise agro-industrielle innovante, Canaan Agriculture Sarl, enregistrée à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire, a réalisé un chiffre d’affaires annuel de près de 85 millions de FCFA (180.000 USD) en 2018.

Canaan Agriculture Sarl appartient à un Ivoirien de 32 ans, Narcisse Aman, l’un des pépiniéristes formés dans le cadre du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) en Côte d’Ivoire.

“Les chiffres de 2018 représentent le meilleur chiffre d’affaires annuel depuis la création de notre société “, déclare Aman.

Lorsque nous avons rencontré Aman début septembre dans l’une de ses pépinières de plantains du village d’Anekouadiokro, situé à environ 200 kilomètres au nord d’Abidjan, Aman semblait détendu mais déterminé à développer son activité dans les années à venir. “D’après les projections, nous devrions faire mieux qu’en 2018.”

Pour une entreprise qui a démarré il y a à peine cinq ans, cela représente une croissance spectaculaire et témoigne du potentiel inexploité de l’entreprenariat dans le secteur agricole en Côte d’Ivoire et en Afrique en général.

Canaan Agriculture Sarl a commencé principalement à produire et à commercialiser des plants de bananes auprès des particuliers et des entreprises de la Côte d’Ivoire.

“Aujourd’hui, notre clientèle s’est étendue à la région de l’Afrique de l’Ouest. J’ai livré des bananiers au Bénin et au Mali “, dit-il.

“Aujourd’hui, nous avons étendu nos activités à la création et à l’entretien de plantations de bananiers et de plantains, ainsi qu’à la fourniture de services de conseil.”

“Nous obtenons maintenant plus de revenus en fournissant ce genre de services consultatifs “, dit-il.

“Nous ouvrons maintenant une bananeraie de sept hectares et nous prévoyons de l’étendre à 15 hectares en 2020.”

La formation PPAAO, le moment déterminant

En 2013, Narcisse Aman avait presque terminé sa maîtrise à l’Institut polytechnique national Félix Houphouët-Boigny de Yamoussoukro, la capitale politique de la Côte d’Ivoire. Comme la plupart des jeunes Ivoiriens, il a cherché un emploi dans des entreprises déjà établies.

Connaissant la technologie agricole et son dynamisme, il a travaillé pour deux entreprises agricoles locales – Dsoo/Sapv et plus tard Agronomix S.A. en tant que chef de l’exploitation et chef du département des fermes respectivement.

Pour la plupart des jeunes, la recherche d’un emploi dans une entreprise établie est habituellement l’option la plus probable après l’obtention du diplôme, car elle comporte un certain niveau de sécurité. Aman n’était pas différent, il a donc rejoint ces sociétés et y est resté jusqu’en 2016.

Tout en travaillant pour ces sociétés, Aman explorait également des idées et des options commerciales dans la chaîne de valeur de la banane plantain et de la banane en Côte d’Ivoire. La banane et la banane plantain sont la quatrième culture vivrière la plus importante en Côte d’Ivoire après l’igname, le manioc et le riz.

A l’époque, le gouvernement ivoirien, grâce à un prêt de la Banque mondiale, investissait massivement dans la génération d’innovations liées à la banane plantain et à la banane. Dans le cadre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), le gouvernement ivoirien a accepté d’accueillir un centre national de spécialisation exclusivement axé sur la production de technologies permettant de faire progresser la productivité de la banane plantain et de la banane non seulement pour les agriculteurs et les producteurs de Côte d’Ivoire mais pour l’ensemble de l’Afrique occidentale.

Dans le cadre de ce programme, cinq technologies ont été générées par le système national de recherche agricole en Côte d’Ivoire. Il s’agit notamment de la plante plantain issue de la fragmentation de la tige (PIF). Cette technologie permet la production de plantains sains en 3-4 mois et à toute période de l’année.

“L’avantage de la technique PIF réside dans le fait que les infrastructures nécessaires à sa mise en œuvre sont simples, peu coûteuses et accessibles à tous les producteurs “, indique une étude sur cette technologie publiée dans l’International Journal of Environment, Agriculture, and Biotechnology.

Le chercheur ivoirien, le Dr Amoncho Adiko du Centre national de recherche agricole financé par l’État, et d’autres chercheurs ont conçu le PIF en Côte d’Ivoire. Comme la plupart des chercheurs, leur objectif était de fournir la technologie. Le Fonds interprofessionnel de recherche et de conseil agricole, organe de mise en œuvre du PPAAO en Côte d’Ivoire, a pris en charge la diffusion des technologies auprès des communautés ciblées.

“La formation PPAAO a été le moment décisif. Cela a tout changé pour moi”, avoue Aman.

“Après la formation et les connaissances acquises, j’ai commencé avec trois explants où j’ai pu développer des graines dans l’entreprise de vivoplants,”

Aujourd’hui, Aman en exploite près de 60 dans différents sites en Côte d’Ivoire. Il embauche une dizaine d’employés avec beaucoup plus d’employés saisonniers. Il a deux enfants et une fiancée.

Sondage auprès d’autres jeunes

Selon les experts, l’entreprenariat agricole a un immense potentiel et représente une source considérable d’emploi pour les jeunes sans emploi à travers l’Afrique. Mais les tendances en Afrique de l’Ouest ont plutôt montré que de nombreux jeunes voyagent à l’étranger à la recherche de meilleures opportunités économiques ou d’un emploi de col blanc.

“Mon conseil aux jeunes est qu’il est possible d’avoir un emploi rémunéré dans le secteur agricole. Il faut d’abord aimer ce que l’on fait “, dit-il lorsqu’on lui demande ce qui le motive.

“J’aime ce que je fais. La plus grande satisfaction que je retire aujourd’hui n’est pas l’argent. Ce n’est pas qu’une question d’argent. Au lieu de cela, c’est le fait que je peux aider d’autres jeunes à grandir.”

Autres réalisations du WAAPP en Côte d’Ivoire

Quatre autres technologies ont été créées dans le cadre du PPAAO en Côte d’Ivoire. Cela comprend trois variétés améliorées : PITA, FHIA et Big Ebanga. La farine de banane utilisée pour produire des plats locaux a également été produite dans le cadre du PPAAO.

Lisez aussi :

Le PPAAO en Côte d’Ivoire a parrainé des études de troisième cycle pour 78 scientifiques, vulgarisateurs et autres spécialistes qui contribuent aujourd’hui à faire avancer le programme de recherche et de développement du pays ainsi que celui de la région de l’Afrique de l’Ouest.

Au total, le PPAAO a touché directement 9 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et 56 millions de personnes supplémentaires indirectement. Il a généré 200 technologies.

“L’histoire de Narcisse Aman et de bien d’autres cas de réussite que nous avons documentés avant témoignent de la contribution considérable du PPAAO pour sortir les gens de la pauvreté et créer de nouveaux emplois  dans notre région “, dit le Dr Niéyidoub Lamien, l’homme qui avait la lourde responsabilité d’assurer le succès du PPAAO dans la dernière décennie.

“Le PPAAO a peut-être pris fin depuis longtemps dans de nombreux pays. Mais des histoires comme celle-ci montrent que la vision de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans la mise en place de ce programme était la bonne “, a ajouté le Dr Lamien.

La CEDEAO a lancé le PPAAO. La responsabilité de la coordination régionale a été confiée au CORAF.

Le programme en cours se termine le 31 décembre 2019 au Bénin, en Guinée, au Niger et au Togo.