Un Membre du CST du CORAF honoré

Un Chercheur principal au programme Agriculture et sécurité alimentaire liées aux changements climatiques (CCAFS) du CGIAR et membre du Comité scientifique et technique (CST) du CORAF, le Dr Robert Zougmoré a reçu le prestigieux prix Derek Tribe. Le Dr Zougmoré recevra sa médaille lors d’un événement qui aura lieu dans la ville australienne de Queensland, le jeudi 5 septembre 2019.

Créé en 2001, le Prix Derek Tribe encourage la recherche agricole internationale. Il est décerné tous les deux ans à un citoyen d’un pays en développement en reconnaissance de leurs contributions remarquables à l’application de la recherche en agriculture ou en gestion des ressources naturelles dans un ou plusieurs pays en développement.

“Robert Zougmoré a été à l’avant-garde de l’engagement scientifique et politique sur les défis complexes auxquels est confrontée l’agriculture en Afrique subsaharienne “, peut-on lire dans une déclaration annonçant l’événement au cours duquel le Dr Zougmoré parlera également des défis et des opportunités de construire des systèmes agricoles et alimentaires résistants au climat en Afrique subsaharienne.

“Il a notamment dirigé des équipes inter-CGIAR, collaboré étroitement avec des partenaires nationaux, établi des forums scientifiques et politiques et des liens avec le secteur privé dans plusieurs pays, renforcé les capacités et noué des liens avec des institutions africaines clés.

En tant que membre du CST du CORAF, M. Zougmoré apporte ses dizaines d’années d’expérience pour faire progresser le travail de qualité dans le domaine du changement climatique.

“Robert a été un membre clé de la collaboration tripartite CORAF-IFPRI-CCAFS qui a mené à la publication West African Agriculture and Climate Change qui continue d’éclairer les politiques clés qui façonnent l’écosystème agricole en Afrique de l’Ouest et contribuent à la résilience des gens et des systèmes agricoles dans cette région. Le CORAF et tous ses membres ne pourraient être plus fiers de cette reconnaissance exceptionnelle. Nos félicitations au Dr Zougmoré “, a déclaré le Dr Abdulai Jalloh, directeur de la recherche et de l’innovation au CORAF.

“Le changement climatique pose un défi de taille aux systèmes alimentaires de l’Afrique de l’Ouest et du Centre. Grâce à la science, à l’innovation et à la technologie, nous pouvons relever certains de ces défis. Avec ce prix, nous ne doutons pas qu’il incitera le Dr Zougmoré et inspirera d’autres chercheurs à aller plus loin dans la recherche de solutions scientifiques et technologiques durables pour relever ce défi au profit de nos agriculteurs “, a ajouté le Dr Jalloh qui coordonne les activités du STC au CORAF.

 

Construire des systèmes alimentaires résistants au climat en Afrique subsaharienne

Zougmoré donnera également une conférence sur la mise en place de systèmes alimentaires résilients au climat en Afrique, en mettant l’accent sur les défis et les solutions possibles.

Voici un extrait de l’exposé :

Le changement climatique est une menace actuelle et croissante pour la sécurité alimentaire et la nutrition dans le monde et constitue une menace particulièrement grave en Afrique. En effet, avec 70 à 80 % des petits exploitants africains dont les moyens d’existence dépendent de l’agriculture et des ressources naturelles renouvelables (y compris les produits et services forestiers) pour leur revenu, leur emploi, leur alimentation et leur bien-être, le secteur agroalimentaire africain est déjà le plus touché par le changement climatique.

On estime que les secteurs de l’agriculture (y compris les cultures, l’élevage, la pêche, l’aquaculture et la sylviculture) absorbent plus de 26 % du total des dommages et des pertes causés par les phénomènes climatiques extrêmes (ce chiffre passe à 80 % pour la sécheresse). Il est donc crucial d’intensifier l’action et l’investissement dans l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets aux niveaux local, sous-national, national, régional et intersectoriel, en particulier pour les systèmes agricoles et alimentaires en Afrique. Par ailleurs, dans le cadre du suivi de l’Accord de Paris, les secteurs de l’agriculture et de l’aménagement du territoire sont prioritaires dans plus de 85 % des CDN des pays africains.

En intégrant des objectifs multiples et en gérant les compromis dans le contexte du changement climatique, l’agriculture climato-intelligente (ASC) aborde les questions de sécurité alimentaire et nutritionnelle à tous les niveaux. Les technologies, les pratiques, les outils et les approches concrètes résultant de la recherche du programme de la CCAFS en Afrique subsaharienne au cours des dix dernières années ont joué un rôle déterminant dans l’adoption de l’ASC en Afrique.