De meilleures perspectives pour la chaîne de valeur maïs au Bénin

Une ” nouvelle ” approche consistant à rassembler les principaux acteurs d’un secteur agricole pour apprendre, partager et agir sur les connaissances critiques est en train de changer la chaîne de valeur du maïs au Bénin.

Dans le Couffo, région située à environ 144 kilomètres de la capitale économique du Bénin, Cotonou, les agriculteurs, les chercheurs, les services de vulgarisation, les institutions de microfinance et les autorités locales collaborent d’une manière qu’ils n’ont jamais connue auparavant avec des impacts de grande portée sur les moyens de subsistance.

Bien que la culture du maïs remonte à plusieurs décennies dans cette région du Bénin, les agriculteurs travaillaient auparavant dans l’isolement et avaient peu ou pas de contacts avec les institutions financières.

Mais les choses ont beaucoup changé depuis 2018 avec l’arrivée d’un projet visant à améliorer l’accès au financement des acteurs du maillon commercialisation dans le secteur du maïs. Trois pays d’Afrique de l’Ouest mettent en œuvre ce projet mieux connu sous le nom d’AMAFINE. Il s’agit notamment du Bénin, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire. Financé par l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), le projet est coordonné par le CORAF.

Plus de crédit, moins de défauts de paiement

Les acteurs du maillon commercialisation de la chaîne de valeur maïs blanc du Couffo interagissant davantage dans le cadre de ce que les experts appellent les plateformes d’innovation, de nombreux autres producteurs, transformateurs et commerçants peuvent désormais accéder au crédit, indispensable à l’expansion de leurs activités La confiance s’est établie grâce à un travail en commun sur la plateforme. Cette confiance est née du respect des clauses des contrats surtout celles concernant les délais de remboursement des prêts octroyés, ce qui faisait souvent défaut auparavant. Ce qui a fait que les institutions de microfinance se sont montrées beaucoup plus enclins à financer les activités des plateformes. Grâce à la collaboration, les acteurs voient la convergence de leurs intérêts communs.

Une plateforme d’innovation est une approche de diffusion des technologies utilisée par le CORAF en Afrique de l’Ouest et du Centre pour engager les acteurs des chaînes de valeur.

Dans la région de Couffo, au Bénin, trois acteurs ont joué un rôle central dans cette approche ” révolutionnaire ” de l’accès aux crédits essentiels. Il s’agit notamment de la Plate-forme d’innovation pour le maïs blanc de Couffo, de Pebco-Bethesda, une organisation non gouvernementale axée sur l’accès à la microfinance, et de la Caisse locale de crédits agricoles mutuel (CLCAM).

Grâce à cette collaboration, le nombre de demandes de crédit et d’accords de prêt a augmenté. Les membres de la plateforme ont signé 25 demandes de prêts avec Pebco-Bethesda et 10 autres avec le CLCAM.

Au total, plus de 200 membres de la plateforme d’innovation d’Aplahoué ont eu accès à des crédits financiers totalisant plus de 40 millions de FCFA, selon les données de Pebco-Bethesda.

“Nos amis et partenaires paient leurs prêts à temps. Nous n’avons aucune expérience des paiements en souffrance. C’est principalement grâce à la mise en place de la plateforme d’innovation “, explique Monsieur Etienne Sikira Tohoué, le Chef d’Agence de Pebco-Bethesda à Azové.

Pebco-Bethesda est membre de la chaîne de valeur du maïs blanc d’Aplahoué. La structure est membre titulaire et, par conséquent, peut participer aux activités de la plateforme où elle offre un encadrement sur l’élaboration d’un plan d’affaires et les questions connexes.

“L’accès au crédit est devenu beaucoup plus facile avec la création de plateformes d’innovation. Nos revenus se sont améliorés, nous permettant de payer les frais de scolarité de nos enfants et de régler nos factures de soins de santé “, admet Pauline Atui, une transformatrice de maïs à Toviklin, au Bénin.

“Ce que vous voyez aujourd’hui, ce sont des institutions de microfinance qui vont vers les membres des plateformes d’innovation pour ouvrir des comptes bancaires. Ce n’était pas possible avant l’arrivée du projet “, explique Robert Sodegla, producteur de maïs et président de la plateforme d’innovation de Djakotomey.

“Nous entretenons de bonnes relations avec les institutions de microfinance, ce qui nous permet d’avoir accès au crédit pour le développement de nos activités. Nous travaillons en étroite collaboration et nous nous complétons mutuellement. Ils sont intéressés par nos demandes et nous sommes intéressés par leurs offres. Cela nous donne plus de crédibilité, même en tant que producteurs. C’est une bonne chose.”

AMAFINE a ouvert de nouvelles fenêtres d’opportunités pour tous les acteurs (directs et indirects) de la filière maïs au Bénin et a amélioré les relations de partenariats qui existaient entre eux.

“C’est probablement la principale réalisation de ce projet, et nous sommes ravis de ce résultat “, déclare Dr Cheikh Ahmadou Bamba NGOM, point focal du projet AMAFINE au CORAF.