L’agriculture africaine perd un champion

Abdoulaye Touré avait peut-être la santé fragile ces dernières années, mais la mission inachevée consistant à fournir des technologies aux paysans pauvres d’Afrique de l’Ouest signifie qu’il manquait rarement à un rendez-vous professionnel. Et c’est pourquoi, lorsque sa mort a été annoncée le dimanche 16 juin 2019, tout le monde a été ébranlé.

Pour beaucoup, le départ de M. Touré représente une perte colossale immense, non seulement en raison du travail qu’il reste à faire pour nourrir l’Afrique, mais aussi, en raison des qualités humaines exceptionnelles qu’il incarne. Sans aucun doute, les adjectifs utilisés pour décrire l’homme ont été riches et variés : visionnaire, fidèle, sage, humble, sympathique, courtois, très respectueux, aimable et attentionné.

Ne jamais se complaire dans le succès

Le Dr Touré est dans le domaine du développement depuis près de trois décennies. Mais c’est la dernière décennie qui a été l’une des plus marquantes de sa carrière. Avec de nombreux autres acteurs du développement, Touré a contribué à l’élaboration du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). Ce programme, qui en est à sa dixième année, est l’un des investissements les plus importants de la Banque mondiale, en Afrique de l’Ouest, couvrant 13 pays.

Avec 9 millions de bénéficiaires directs, 56 millions de bénéficiaires indirects, plus de 200 technologies mises au point et adoptées par près de 4,5 millions de producteurs, sur environ 4,8 millions d’hectares, plus de 1000 étudiants formés et une augmentation du rendement des cultures, beaucoup ont commencé à jubiler.

Mais pas M.Touré.

Il a reconnu la contribution du PPAAO / WAAPP à sortir des millions de personnes de la pauvreté grâce à la fourniture d’innovations aux agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest, tout en affirmant de manière constante que le travail était incomplet.

“Nous n’avons pas beaucoup mis l’accent sur les services de vulgarisation dans le cadre du PPAAO, ce qui explique en partie les niveaux modestes d’adoption des technologies et des innovations “, a admis le Dr Touré, lors d’une réunion de partage de résultats et d’expérience entre pairs de tous les pays participant au PPAAO à Niamey, Niger en novembre 2018. Dans le jargon du PPAAO, ces événements sont connus sous le nom de réunions de synthèse.


Hommage à Abdoulaye TOURE.

Son dernier combat

Aux côtés d’un groupe restreint d’experts hautement qualifiés et expérimentés issus d’institutions de développement multilatérales de premier plan, notamment la Banque mondiale et le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA), ainsi que d’institutions régionales et nationales, M. Touré a passé les deux dernières années à préparer une autre version du PPAAO/ WAAPP.

Connu sous le nom de Programme de transformation de l’agriculture en Afrique de l’Ouest (WAATP), ce nouveau programme qui est en cours d’élaboration sous l’autorité de Toure sera  axé sur les nouveaux défis auxquels sont confrontés les agriculteurs, les petits producteurs, les transformateurs et le secteur agricole en Afrique de l’Ouest.

Aussi récemment qu’en juin 2019, il dirigeait toujours le processus, essayant de mettre l’accent sur les questions émergents et urgents tels que les changements climatiques, la nutrition, le commerce, les réserves alimentaires régionales, le genre et les questions des jeunes.

Il s’était tellement engagé dans le combat pour sortir les autres des difficultés, qu’il oubliait parfois de prendre soin de lui. Il a refusé de suivre les nombreux appels et conseils l’invitant à prendre une pause et s’occuper de sa santé.

Le 12 juin 2019, il a été transporté à Paris pour des soins médicaux intensifs. Mais le Dieu Tout-Puissant, à qui Touré montrait une dévotion inébranlable, avait des plans différents pour lui. Et ce sera sa dernière contribution pour sortir les pauvres de la pauvreté.

“C’est une grande perte de quelqu’un qui aimait l’Afrique. Quelqu’un qui nourrissait de nombreux espoirs de voir une Afrique transformée, prospère et forte”, a écrit le Dr Angela Moreno, présidente du Conseil d’Administration du CORAF, en réaction au décès d’Abdoulaye Touré.

Un défenseur du CORAF

Abdoulaye Touré est économiste de formation. Mais dans ses récents travaux de développement, la recherche agricole est devenue sa passion. Il y voyait un vaste potentiel pour relever certains des défis liés aux systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest.

Avec le modèle d’intégration régionale du PPAAO, il a compris plus que beaucoup d’autres, que la coordination était centrale. Raison pour laquelle il est devenu un défenseur infatigable du CORAF. Les communautés économiques régionales d’Afrique de l’Ouest et du Centre ont mandaté le CORAF pour coordonner la recherche agricole.

Il n’a guère manqué une mission d’appui institutionnel au CORAF. Il ne s’est pas privé non plus de  féliciter le CORAF pour son rôle de coordination au sein du PPAAO, tout en l’exhortant de redoubler davantage d’efforts et d’en faire plus.

«Le CORAF doit faire davantage pour faciliter l’échange de technologies et d’innovations au niveau des pays. Le CORAF est également responsable des résultats escomptés, notamment en ce qui concerne l’adoption de technologies. Cela signifie que dans le cadre de son mandat de coordination régionale, le CORAF doit jouer un rôle actif pour faciliter les échanges et l’adoption de technologies », a déclaré M. Touré, lors d’une mission de soutien institutionnel au CORAF en novembre 2018.

“On ne peut pas dissocier la dernière décennie au cours de laquelle le CORAF a enregistré des résultats incroyables en termes d’impacts socio-économiques sur les population d’Afrique de l’Ouest à travers la mise en œuvre du PPAAO et le Fonds fiduciaire multi-donateurs de M. Touré. Il a été au centre de notre histoire. Pour cela et pour toutes les personnes que représente le CORAF, nous vous en serons éternellement reconnaissants “, a déclaré le Dr Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du CORAF.

Quelques réactions recueillies

Dr Ângela Moreno, présidente du Conseil d’administration du CORAF

‘’C’est tragique cette nouvelle du décès du Dr Abdoulaye Touré. C’était l’un des hommes les plus respectés de la Banque mondiale ici au Cap-Vert. Je me souviens combien il s’est battu pour l’entrée du Cap-Vert dans le PPAAO et je me souviens combien il a été un grand conseiller du CORAF. C’était un homme de vision, un homme fidèle et sage.

Le CORAF enverra une lettre de condoléances à sa famille et à la Banque mondiale au nom de tous ses membres et sera représenté aux obsèques de ce grand homme de l’AFRIQUE.

Que Dieu suscite parmi nous en Afrique une autre personne avec un cœur et une vision égale à celle du Dr Touré. Qu’il monte en paix dans les bras du Dieu Tout-Puissant’’.

Dr Aifa Fatimata Ndoye Niane, Economiste agricole principale, Banque mondiale

La Banque mondiale a perdu son meilleur collaborateur. L’agriculture africaine a perdu l’un de ses fils les plus engagés. Pour le CORAF qu’il s’est énormément investi pour le voir se développer, c’est une perte énorme. Le CORAF est l’un de ses héritages. Il a exprimé sa profonde fierté quant au développement  institutionnel du CORAF.  Il aimait le CORAF, et je peux en témoigner.

Dr Harold Roy-Macauley, Directeur général d’AfricaRice

‘’En effet, un ami, un frère et un collègue vénéré et apprécié est décédé’’.

‘’En effet, une lourde perte pour tous ceux qui travaillent dans le domaine de la recherche agricole pour le développement de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en particulier et en Afrique en général.

Souvenons-nous toujours de lui comme d’un humaniste incomparable, d’un travailleur ardent, d’un être humble, d’une personne très sympathique, d’un homme courtois, très respectueux, aimant et attentionné.

Nous sommes certes dévastés par cette triste nouvelle, mais célébrons la vie d’Abdoulaye Touré en lui rendant hommage en tant que l’un des plus grands acteurs et partisans de tous les temps de la cause de la recherche agricole pour le développement en Afrique.

Soulignons son dévouement inébranlable, son engagement inébranlable et son dévouement sans faille. En particulier, essayons d’une manière ou d’une autre de faire en sorte que le passage du PPAAO/ WAAPP au WAPPT devienne une réalité et une lampe qui brille à son nom.

Présentons à tous les membres de sa famille proche et élargie, parents, amis et collègues, nos plus sincères condoléances. En ce moment de profond chagrin, que leurs peines soient apaisées.

Allah a donné et Allah a enlevé.  Prions pour que son âme repose en paix parfaite et perpétuelle’’.

Souleymane OUEDRAOGO, Directeur Général du Centre Régional Agrhymet

‘’C’est avec émotion que j’apprends le décès de M. Touré. Il a beaucoup investi dans le développement de la recherche et le transfert de technologies pour le continent africain. Il a toujours été jovial lors de nos discussions ; son souci constant était de faire en sorte que les résultats de la recherche aient un impact sur le développement de l’agriculture. Mes sincères condoléances à sa famille. Repose en paix Dr Touré’’.

Jonas Nwankwo CHIANU, Banque africaine de développement

‘’Il est en effet tragique d’apprendre la triste nouvelle du décès d’Abdoulaye Touré. M. Touré a été un grand collaborateur et partenaire de la Banque africaine de développement dans le cadre du Programme TAAT (Technologies pour la transformation de l’agriculture en Afrique). Je me rappelle clairement comment il voyait un excellent point d’entrée pour la Banque mondiale dans le programme TAAT par l’intermédiaire du centre d’échange d’informations TAAT et comment il voyait le centre d’échange collaborer avec les différents centres régionaux d’excellence établis avec l’appui de la Banque mondiale. Il a également eu l’amabilité de nous faire part des notes conceptuelles pertinentes qu’ils avaient développées à la Banque mondiale alors que nous discutions de questions liées à la synergie des opérations et de la nécessité d’éviter les doubles emplois tout en favorisant la complémentarité. C’est vraiment une perte énorme pour sa famille, ses amis, ses collègues et ses partenaires, ainsi que pour la région. Nous regretterons son vibrant soutien au développement agricole en Afrique, en particulier en Afrique de l’Ouest. Que le Père Tout-Puissant lui accorde le repos éternel’’.