Les investissements privés stimulent la production d’aliments pour poissons au Nigeria

La production d’aliments pour poissons a connu une augmentation remarquable au Nigéria récemment grâce aux investissements privés.

La volonté renouvelée des instituts de recherche publics de travailler en collaboration et en partenariat avec des entreprises privées établies s’avère vitale pour la production et la distribution de technologies et d’intrants essentiels pour l’aquaculture à travers le Nigéria.

Triton, l’un des plus grands producteurs de poisson du Nigéria, s’est associé à l’Institut nigérian d’océanographie (NIOMR) pour produire des aliments pour poissons dans sa ferme piscicole de Badore, située à la périphérie de la capitale économique, Lagos. Environ 180 tonnes d’aliments flottants extrudés pour poissons sont produites chaque mois, soit environ 2 200 tonnes par an. Pour un pays qui connaît à la fois une croissance de la chaîne de valeur de l’aquaculture et la demande d’aliments pour poissons, cela constitue un vrai soulagement. Triton, qui est un gros producteur de poisson au Nigéria, importait auparavant des aliments pour poissons de l’étranger pour leurs exploitations piscicoles. Désormais, l’entreprise produit ses aliments pour poissons localement grâce à l’aide de NIOMR.

Aujourd’hui au Nigéria, des instituts de recherche publics habilités sont disposés à expérimenter des modèles commerciaux avec des entreprises privées afin de développer l’utilisation de leurs technologies et de leurs approches en matière d’aquaculture.

Actuellement, la collaboration entre le Centre national de spécialisation en aquaculture (CNS) dirigé par NIOMR, basé à Lagos, Lagos et Triton Aqua Africa Limited donne des résultats positifs ayant des répercussions profondes sur l’ambition du pays en matière de sécurité nutritionnelle.

Traduire les partenariats public-privé en actes

“Dans le cadre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), nous avons installé des fermes pilotes sur notre site de Badore, juste à l’extérieur de Lagos. Les aliments extrudés flottants pour poissons produits par NIOMR présentaient le même taux de conversion alimentaire de 1: 1 par rapport à ceux importés ‘’explique  Patricia Erig Anyanwu, directrice exécutive par intérim de NIOMR.

“Tandis que la demande augmentait, nous avons investi dans les infrastructures, notamment avec l’achat d’une extrudeuse d’aliments pour poissons pouvant produire jusqu’à 1,5 tonne d’aliments flottants pour poissons à l’heure. Mais, à mesure que les affaires se développaient, nous avons rapidement compris nos limites et avons décidé de rechercher une coopération avec des entreprises privées. C’est ainsi que nous avons conclu un accord avec Triton, qui a étendu l’usine d’aliments pour poissons de Badore, qui produit aujourd’hui environ 2 000 tonnes d’aliments pour poissons flottants extrudés par an’’, a ajouté le Dr Anyanwu.

“Notre société appartient à la fois à des Nigérians et à des étrangers. Nous embauchons des Nigérians et nos investissements visent à rendre le Nigéria autosuffisant en poissons”, a déclaré Adekunle Yusuf, directeur de l’usine de production d’aliments pour poissons NIOMR de Badore. L’usine d’aliments pour poissons de Badore emploie environ 36 personnes à temps plein.

Pour NIOMR, il s’agit d’un modèle qui pourrait être reproduit ailleurs en Afrique de l’Ouest. Pour que cela fonctionne, selon le directeur exécutif par intérim du NIOMR, l’institut de recherche doit laisser aux entreprises privées la liberté de fonctionner sans ingérence, mais avec certains membres du personnel de l’institut travaillant avec l’entreprise privée pour la surveillance et le contrôle. Le personnel de l’institut établit des rapports hebdomadaires sur les activités de la société privée.

D’autres partenariats avec des entreprises privées pourraient être envisagés pour inclure d’autres secteurs essentiels de l’aquaculture et de la pêche, tels que la mise en conserve du poisson, les stocks de géniteurs de poisson-chat, la production en série de poisson-chat et d’alevins de tilapia, l’évaluation des stocks de poissons avec les navires NIOMR et la production de lanternes.

Depuis la création du CNS Aquaculture du PPAAO, le Nigéria a connu une croissance substantielle de la pisciculture. Cela signifie également qu’il y a une augmentation de la demande d’aliments pour poissons, d’alevins et autres connaissances techniques requises pour appliquer les meilleures pratiques aquacoles.

Le CNS Aquaculture du PPAAO au Nigeria est mis en œuvre par trois instituts de recherche publics nigérians, à savoir NIOMR basé à Lagos, l’Institut national de recherche sur les pêches en eau douce (NIFFR) basé à New Bussa dans l’État du Niger et l’Institut nigérian de recherche sur les produits entreposés (NSPRI), basé à Ilorin, dans l’État de Kwara.