Nigeria, un modèle innovant pour attirer les jeunes adolescents vers l’aquaculture en marche

Une campagne d’éducation publique ciblant principalement les élèves du moyen secondaire au Nigeria attire les adolescents à un rythme sans précédent vers les métiers de l’aquaculture.

La pression sur les produits de la pêche est en augmentation au Nigeria comme du reste dans la plupart des régions d’Afrique. Alors que la demande de poisson augmente au sein de la population croissante, le gouvernement du Nigeria, dans le cadre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), a entrepris des recherches et des mesures de sensibilisation pour transformer l’aquaculture.

Il s’agissait notamment de sélectionner des écoles et de former des étudiants intéressés, les techniques de base pour l’élevage des poissons, dans l’espoir de les intéresser au secteur de la pêche dès leur plus jeune âge.

“Pour nous, au Nigeria, nous pensons que l’un des moyens durables d’améliorer la pisciculture consiste à faire participer les élèves et les enfants lorsqu’ils sont jeunes “, dit Mabel Yarhere, de l’Institut fédéral d’océanographie et de recherche marine (NIOMR), basé à Lagos.

“Il est préférable de changer l’état d’esprit des jeunes au sujet de tout, y compris la pêche, lorsqu’ils sont encore jeunes. Ainsi, notre modèle d’aide aux jeunes est cohérent avec notre ambition de faire en sorte que le Nigeria soit autosuffisant en poissons à l’avenir “, a ajouté le Dr Yarhere.

Le PPAAO Nigeria a commencé la campagne dans les écoles du pays en 2014 à travers quatre écoles pilotes. Bien que le Programme ait pris fin au Nigeria, les écoles impliquées ont conservé un volet de  pisciculture adaptée et, dans certains cas, ont créé un club de pêche au sein de l’établissement.

Dans la capitale économique, Lagos, le Kings College, l’une des plus anciennes écoles du pays, a non seulement intégré la pisciculture dans le programme scolaire, mais a également mis en place un club dynamique où les élèves discutent des activités liées au poisson.

“Quand je suis arrivé au Kings College, j’ai remarqué que la plupart des étudiants s’intéressaient aux technologies de l’information et de la Communication (TIC). Conscient de la situation du chômage au Nigeria et de l’importance de diversifier ses compétences, j’ai opté pour l’aquaculture. Un métier dans la pêche pourrait faire toute la différence quand nous rejoindrons le marché du travail à l’avenir “, dit Omokanye Abdul Lateef, un élève en 4e année au Kings College.

Les efforts du Nigeria en faveur de l’aquaculture traditionnelle remontent à 2014, lorsque, inspirés par les résultats des programmes de sensibilisation dans les écoles du PPAAO, le ministre de l’Agriculture de l’époque, M. Akinwumi Adesina, (NDLR, actuel Président du Groupe de la Banque africaine de Développement) avec l’appui du gouvernement a intégré l’aquaculture dans les programmes scolaires.

“Ce que nous pouvons dire, c’est que grâce au PPAAO, nous avons réussi à introduire une culture de l’aquaculture dans notre système scolaire et cela promet de changer la donne pour l’industrie du poisson à l’avenir. Pour démontrer le rôle central de l’engagement des jeunes, la direction actuelle du NIOMR a approuvé un programme de sensibilisation similaire dans deux écoles dans le budget de 2019 “, dit le Dr Yarhere, également chef du programme de sensibilisation du NIOMR.

Le PPAAO a financé les activités de sensibilisation du NIOMR. Outre les écoles, le PPAAO s’est également rendu dans trois villages de l’État de Lagos où il a formé certains membres de la communauté à l’élevage du tilapia et du poisson-chat, ainsi qu’à différentes pratiques de l’aquaculture. Le programme de vulgarisation du PPAAO a utilisé des approches participatives et, en collaboration avec les bénéficiaires cibles, des décisions ont été prises pour vulgariser les approches et les techniques les mieux adaptées au sein des communautés.

“L’une des principales différences de l’approche PPAAO est que nous avons travaillé avec les communautés pour déterminer les technologies qu’elles préféraient. Nous n’avons rien imposé aux communautés cibles. C’était une approche de Co création et par conséquent, les agriculteurs ont choisi les technologies en fonction de leurs réalités environnementales “, explique Mercy Adeogun, vulgarisatrice au Federal College of Fisheries and Marine Technology de Lagos, qui a également contribué à diffuser les technologies aquacoles du PPAAO auprès des bénéficiaires au Nigeria.