Clap de fin pour le KM4AgD Challenge 2022 : 27 boursiers diplômés et 5 recommandations pour faire avancer l’agenda de la KM4AgD en Afrique

L’édition 2022 du Challenge de la Gestion des connaissances pour le développement agricole (KM4AgD) a connu son épilogue avec la fin de la deuxième conférence continentale sur la KM4AgD.

L’initiative annuelle consiste à recruter un certains nombre de boursiers et à renforcer leurs capacités en gestion des connaissances, pendant trois (03) mois.

Pour cette année, vingt-sept (27) participants issus de vingt (20) pays ont été recrutés et formés de juin à septembre, aux meilleures techniques et pratiques pour développer et implémenter des stratégies de gestion des connaissances efficaces.

Une communauté de pratique KM4AgD qui s’agrandit

Le KM4AgD Challenge 2022 se termine ainsi avec la remise de diplôme aux participants qui viennent de boucler un intense programme de formation.

« Je tiens à vous féliciter pour votre résilience et votre persistance. Et je vous salue aussi pour vos bons services attendus », a déclaré Dr Yemi AKINBAMIJO, Directeur Exécutif du Forum pour la recherche agricole en Afrique (FARA), à l’égard des nouveaux experts en GC.

Ces nouveaux experts formés dans le cadre de cette initiative rejoignent de facto les vingt-huit (28) de la promotion de l’année dernière, dans la Communauté des pratiques KM4AgD.

Le KM4AgD Challenge est une initiative qui contribuera à terme, à obtenir une masse critique de spécialistes en Gestion des connaissances, qui aideront à stimuler le développement agricole, basée sur les connaissances. J’adresse mes félicitations à la promotion 2022 qui vient de terminer le programme. Les boursiers diplômés mettront sans nul doute les connaissances acquises au profit de leurs institutions et de leurs communautés“,

a déclaré Dr Abdou TENKOUANO, Directeur Exécutif du CORAF.

Les membres de la promotion 2022 ont été présentés par les partenaires de mise en œuvre du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine ex-Pilier 4 (PDDAA-XP4), et d’autres organisations partenaires, comme suit :

  • Le Conseil ouest et centre-africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF) : cinq (05) participants ;
  • Le Forum africain pour les services de conseil agricole (AFAAS) – quatre (04) participants ;
  • L’Association pour le renforcement de la recherche agricole en Afrique orientale et centrale (ASARECA) : deux (02) participants ;
  • Le Centre de coordination de la recherche et du développement agricoles pour l’Afrique australe (CCARDESA) : quatre (04) participants ;
  • Le mouvement international des Jeunes professionnels pour le développement agricole (YPARD) : quatre (04) participants ;
  • Le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI) : sept (07) participants ; et
  • La Commission de l’Union africaine (CUA) : une (01) participante.

Faire avancer l’agenda de la KM4AgD en Afrique

La conférence KM4AgD a également été l’occasion pour le groupe de travail sur la GC du PDDAA-XP4 —Andrianjafy RASOANINDRAINY (AFAAS), Ben ILAKUT (ASARECA), Benjamin ABUGRI (FARA), Bilal TAIROU (CORAF), Bridget KAKUWA (CCARDESA)— et d’autres partenaires tels que OneCGIAR, la CUA, YPARD, etc. de réfléchir et de faire des recommandations pour faire avancer le programme KM4AgD en Afrique.

Ces dernières tournent autour de cinq (05) piliers principaux que sont :

  1. Cadre de partenariat de GC pour la recherche agricole pour le développement (AR4D) en Afrique : développer un cadre collectif qui oriente les activités d’AR4D en matière de GC. 
  2. Partenariats de connaissances et mobilisation de ressources : établir un fonds de GC pour pouvoir mettre en œuvre le programme de GC pour le développement agricole et sa durabilité. 
  3. Inclusion des connaissances – genre, handicape et connaissances indigènes : intégrer tous ces paramètres dans la GC et valoriser les normes sociales et culturelles positives.
  4. Centre de connaissances et digitalisation : S’assurer de centraliser aux niveaux national et régional, et aussi de numériser, toutes les connaissances générées. Les gouvernements, les institutions publiques et régionales, sont appelées à prendre le lead dans ce sens.
  5. Process avancés de connaissances, connaissances traditionnelles, connaissances et fausses informations : il s’agit ici de s’adapter à l’évolution rapide du monde et des connaissances, de promouvoir les programmes d’échanges culturels et les connaissances traditionnelles et autochtones, et de développer une approche plus ciblée pour lutter contre les fausses informations.

Le groupe de travail sur la GC du PDDAA-XP4 reste convaincu que si les actions sont bien menées dans ce sens avec les bonnes synergies, il sera possible d’atteindre les objectifs de développement durable et ceux de Malabo par rapport au PDDAA.

Le PDDAA-XP4 soutient le KM4AgD Challenge. La Commission de l’Union européenne finance le programme et l’administration de ce financement est confié au Fonds international de développement agricole (FIDA).