Les spécialistes de la protection des végétaux en croisade contre la chenille légionnaire d’automne

À l’initiative du CORAF, une trentaine de spécialistes de la protection des végétaux se réunissent à partir de ce 13 juin 2022 à Praia (Cap Vert), pour renforcer leurs capacités en matière de gestion durable de la chenille légionnaire d’automne (CLA), et coordonner les interventions dans ce sens.

Partie du continent américain, la CLA a été pour la première fois détectée sur le continent africain en 2016, causant depuis lors d’importantes pertes économiques —surtout pour les petits agriculteurs— et représentant une sérieuse menace pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations. 

« Les dommages économiques causés par la chenille légionnaire d’automne sont estimés à plus de dix milliards d’euros, et le maïs est l’une des cultures les plus touchées », a déclaré lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier, Son Excellence M. Gilberto SILVA, Ministre de l’agriculture et de l’environnement du Cap Vert.

Face à l’importance de la menace, les Instituts nationaux de recherches agricoles (INRA) d’Afrique de l’Ouest et du centre, et les organisations et programmes régionaux, intensifient la recherche et multiplient les interventions et les efforts pour endiguer les effets de la CLA et des autres risques biologiques émergents, liés à la production agricole. 

Au cours de l’atelier, un accent particulier sera mis sur les outils et approches de la communication, à utiliser dans la lutte contre le fléau.

« Il est très important de développer des canaux de communication effective permettant de faire passer les résultats de la recherche des laboratoires aux producteurs sur le terrain par le biais de la communication, afin de contribuer efficacement à la lutte contre la CLA et les autres ravageurs. Cela permet d’éviter les messages contradictoires et la confusion qui peuvent entraver les efforts de réponse rapide et appropriée », explique Dr Hippolyte AFFOGNON, Coordonnateur du programme de Partenariat pour la recherche, l’éducation et le développement agricoles en Afrique de l’Ouest (PAIRED) au CORAF.

L’atelier fait suite à un précédent qui s’est tenu à Saly, au Sénégal, l’année dernière.

Il réunit donc la même communauté de pratique qui avait été mise en place à l’occasion, constituée des experts des INRA et d’autres organisations régionales.

Ces organisations comprennent entre autres la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Institut international de recherche sur les cultures des zones tropicales semi-arides (ICRISAT), l’Institut international de l’agriculture tropicale (IITA), le Comité inter-État de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS), le Centre régional d’excellence sur l’Épidémiologie des virus pour la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest et du Centre (WAVE), etc.

L’atelier servira en outre, de creuset de partage d’expériences, de la part des INRA et des organisations régionales engagées dans la lutte contre la CLA. 

En effet, « le succès de la lutte contre les risques biologiques inféodés aux cultures, dont la CLA, nécessite un partage d’informations et de connaissances, notamment les meilleures pratiques éprouvées de lutte contre ces fléaux.

Cela facilitera une coordination des efforts entre les pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre », déclare Dr Ousmane NDOYE, Coordonnateur du projet “Anticiper et gérer les risques biologiques pour renforcer la résilience des agriculteurs au changement climatique en Afrique de l’Ouest et du Centre” (BIORISKS) au CORAF. 

Le CORAF organise l’atelier dans le cadre du PAIRED et du projet BIORISKS, respectivement financés par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et l’Union européenne.

Lire aussi :