La feuille de route du redéploiement du CORAF en Afrique centrale

Une nouvelle feuille de route pour permettre au CORAF de renforcer sa coopération avec ses partenaires en Afrique centrale a été arrêtée suite à de larges consultations avec les acteurs centrafricains.

Réunis à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), du 22 au 24 novembre 2021, les parties prenantes du CORAF ont examiné et validé un vaste plan visant à faciliter l’intégration de l’Afrique centrale dans les activités du CORAF.

« Nous avons toujours travaillé en Afrique centrale comme en témoignent les quelque deux dizaines de projets que nous avons mis en œuvre dans les pays d’Afrique centrale au cours des dernières décennies », argumente Dr Angela Moreno, Présidente du Conseil d’Administration du CORAF.

« Mais si nous voulons tenter d’inverser les tendances actuelles en matière d’insécurité alimentaire et nutritionnelle pour près de 430 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et du Centre, nous devons intensifier nos activités en fournissant des solutions de recherche éprouvées en Afrique centrale. » Dr Moreno a conduit la délégation du CORAF aux discussions de Kinshasa.

Au cœur de la feuille de route figurent des plans visant à renforcer la coopération scientifique entre le CORAF et les communautés économiques régionales (Communauté économique des États de l’Afrique centrale —CEEAC— et Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale —CEMAC—). Les acteurs centrafricains ont également appelé le CORAF à façonner la nouvelle orientation stratégique de la CEEAC, en soutenant deux centres d’excellence régionaux. Il s’agit du Pôle régional de recherche appliquée au développement des systèmes agricoles d’Afrique centrale (PRASAC) et du Centre africain de recherches sur bananiers et plantains (CARBAP). Le plan prévoit également, entre autres, l’organisation d’un salon régional de l’agriculture pour diffuser davantage les technologies.

Le CORAF a également été appelé à s’engager davantage avec les pays, notamment tous les pays membres de la CEEAC, y compris le Rwanda, l’Angola et le Burundi.

Le CORAF a actuellement un protocole d’accord avec la CEEAC. Les discussions de Kinshasa se sont conclues pour que le CORAF cherche à établir un protocole d’accord similaire avec la CEMAC. Des négociations seront également menées pour permettre au CORAF d’avoir le statut d’observateur aux réunions des communautés économiques régionales afin de fournir une meilleure orientation scientifique aux deux institutions.

La plus grande institution de recherche de la RDC, l’Institut national pour l’étude et la recherche agronomique (INERA), a accueilli les réunions de Kinshasa en collaboration avec l’Institut international d’agriculture tropicale et le Fonds international de développement agricole, sous le patronage du Ministère de la recherche scientifique et de l’innovation technologique.

L’événement est financé par le projet de Transformation agricole adaptée au climat dirigée par la science en Afrique de l’Ouest et du Centre (PDDAA-XP4), un projet financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le CORAF.