Le CORAF et la FAO renforcent le système semencier mauritanien

Le CORAF et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) se sont associés pour améliorer le système semencier en Mauritanie. Sur invitation du gouvernement mauritanien, des experts des deux institutions régionales forment des experts semenciers du ministère de l’agriculture et des multiplicateurs de semences, aux techniques de contrôle et de certification. La formation se déroule à Kaédi, une ville située à environ 430 km au sud de la capitale, Nouakchott.

« Cette formation est conçue pour aider les techniciens mauritaniens à acquérir les compétences requises pour produire et fournir des semences de qualité aux utilisateurs finaux », explique Dr Hippolyte Affognon, Coordonnateur du Programme Partenariat pour la recherche, l’enseignement et le développement agricoles en Afrique de l’Ouest (PAIRED). Le PAIRED est une intervention quinquennale de fourniture de semences de qualité, mise en œuvre par le CORAF et financée par l’USAID.

La formation de quatre jours destinée aux experts semenciers du ministère de l’agriculture vise à améliorer leurs capacités en matière de contrôle et de certification des semences. Ces deux techniques sont une condition préalable majeure pour une industrie semencière compétitive et robuste. En outre, la Mauritanie vise à réduire les importations de semences et à stimuler la production locale et la productivité agricole.

« Malgré la kyrielle d’entreprises semencières dans le pays, la Mauritanie reste fortement dépendante des importations de semences. Le manque de compétences techniques des acteurs du secteur privé pour produire des semences de qualité suffisante et l’environnement politique et réglementaire inadapté sont quelques-unes des raisons de la faible production de semences de qualité en Mauritanie », déclare Dr Yacouba Diallo, Expert en Intrants Agricoles au CORAF.

Un secteur semencier mauritanien peu performant 

L’agriculture mauritanienne se caractérise, entre autres, par la faible utilisation de semences certifiées. Pour aider à relever ce défi urgent, le gouvernement mauritanien a contacté la FAO pour aider à former ses cadres à produire de meilleures semences. La FAO a ensuite invité le CORAF à aider à conduire la formation sur la base de sa vaste expérience dans le développement des semences à travers l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

La première partie de la mission a consisté en un diagnostic des principales contraintes du système mauritanien de production et de certification des semences, assorti de recommandations. La seconde partie a consisté à renforcer les capacités techniques des acteurs nationaux (secteur privé, agents de l’État et services techniques, etc.).

« Les réglementations semencières ne sont pas connues et ne sont pas mises en œuvre par les grands acteurs de la filière. Aussi, existe-t-il des lacunes techniques, logistiques et organisationnelles au niveau des entreprises semencières privées qui assurent la production et la distribution des semences », a ajouté Dr Diallo.

Cette formation devrait être suivie d’un autre atelier sur les techniques de production de semences de qualité, pour les multiplicateurs de semences.