Le premier parc technologique d’agriculture d’Afrique de l’Ouest ouvre ses portes au public

Entreprises, décideurs, agriculteurs, chercheurs et plusieurs autres acteurs du système alimentaire auront la chance de voir des innovations éprouvées et de pointe lors de la toute première journée portes ouvertes organisée par le parc technologique agricole iREACH, situé à Bambey, à 130 kilomètres à l’Est de la capitale sénégalaise, Dakar. Environ 120 participants sont attendus à l’événement du 4 octobre 2021.

Le parc technologique iREACH est le résultat de plus de deux années de travail d’un consortium d’acteurs de recherche et développement nationaux, régionaux et internationaux en Afrique de l’Ouest. Le parc a un objectif primordial d’améliorer la connaissance des acteurs sur les technologies existantes et d’éviter la faible adoption habituelle des technologies et innovations.

« Un parc technologique est un espace où les technologies et innovations agricoles sont exposées pour améliorer les connaissances des acteurs d’une chaîne de valeur dans le but primordial d’améliorer les systèmes de production », explique Dr Niéyidouba LAMIEN, Gestionnaire de Programme au CORAF et actuel Directeur de la Recherche et de l’Innovation par intérim.

Le Centre d’Étude Régionale pour l’Amélioration de l’Adaptation à la Sécheresse (CERAAS) accueille le premier parc technologique agricole dans sa ferme du Centre national de Recherche Agronomique (CNRA) de Bambey. Un deuxième parc sera ouvert au Ghana dans les prochains mois —l’hôte du centre régional d’excellence sur les racines et tubercules. Les autres institutions régionales de collaboration comprennent les centres régionaux d’excellence au Burkina Faso, au Mali et au Niger, les Missions bilatérales de l’Agence des États-Unis pour le développement international et la Mission régionale de l’Afrique de l’Ouest de l’USAID. L’USAID finance cette initiative.

Pourquoi des parcs technologiques ?

Les instituts de recherche ont mis au point de nombreuses innovations éprouvées. Pourtant, beaucoup ne sont pas connues des utilisateurs, qui sont souvent des agriculteurs, des producteurs, des commerçants de produits agricoles et d’autres entreprises. En outre, les chercheurs disposent de nombreux moyens de mettre les technologies à l’échelle, notamment les plateformes d’innovation, les foires agricoles, les plateformes numériques, etc. En s’appuyant sur d’autres modèles éprouvés expérimentés dans d’autres parties du monde telles que l’Asie, les principaux acteurs de la recherche en Afrique de l’Ouest ont identifié que les parcs technologiques pourraient être une solution potentielle.

« Il y a de nombreuses raisons à la faible adoption des technologies et innovations agricoles. Cela peut être dû au déficit ou à un flux de connaissances insuffisant entre les chercheurs et les utilisateurs finaux ou à un manque d’accès physique ou financier à la technologie », soutient Dr Vara Prasad, Directeur et Professeur Émérite au SIIL. Le SIIL est l’un des membres fondateurs de cette initiative.

Avec ce parc technologique, nous pouvons augmenter l’adoption d’innovations agricoles et contribuer à la transformation de l’économie agricole.”

Dr Vara Prasad, Directeur et Professeur Émérite au SIIL

iREACH est un nouvel outil de coordination de la recherche conçu pour organiser, dans la phase pilote, les activités de recherche financées par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) au Burkina Faso, au Ghana, au Mali, au Niger et au Sénégal.

Les promoteurs de cette initiative sont notamment le CORAF (hôte) et le Laboratoire d’innovation d’intensification durable (Sustainable Intensification Innovation Lab – SIIL) de l’Université d’État du Kansas (KSU). Alors que les quatre premières années peuvent être axées sur la coordination des activités financées par l’USAID, il est prévu qu’elles s’étendent progressivement pour inclure d’autres agences de développement en Afrique de l’Ouest.

Lire aussi :