TARSPro aidera le Mali à relever les défis de son agriculture

Le Secrétaire Général du ministère de l’Agriculture du Mali a déclaré que le projet de mise à l’échelle des Technologies et innovations agricoles pour accroître la résilience des systèmes de production et des exploitations familiales en Afrique de l’Ouest et du Centre (TARSPro) aidera le Mali à relever certains des défis auxquels l’agriculture est confrontée dans son pays.

« TARSPro vise à résoudre certains défis majeurs auxquels nos producteurs agricoles sont confrontés. Il s’agit notamment de la dégradation des sols, des effets du changement climatique et du faible niveau de productivité agricole », a déclaré M. Lassine DEMBELE lors du lancement du projet dans la capitale malienne récemment.

TASRPro est une initiative du CORAF. Le projet d’une durée de quatre ans vise à doter les pauvres agriculteurs ruraux de cinq pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, d’innovations essentielles en matière de systèmes alimentaires qui font obstacle au choc du changement climatique et à une faible productivité. Au total, environ 10 millions de personnes devraient bénéficier du projet. 

Plusieurs acteurs du secteur de la recherche et développement du Mali étaient présents à la cérémonie de lancement. Parmi eux figuraient certains responsables du ministère de l’agriculture et ceux de l’Institut d’économie rurale (IRE), principal partenaire du CORAF au Mali.

La Direction du développement et de la coopération suisse (DDC) finance TARSPro.

« Pour la communauté des chercheurs et les acteurs des communautés rurales, ce projet vise à promouvoir des innovations mises au point de manière participative et adaptées aux besoins des populations, ainsi qu’aux défis du changement climatique », a déclaré M. Djibril DIANI, Responsable du Programme Développement Rural et Économie Locale à la DDC.

COVID-19, sécurité, crises socio-politiques

Le représentant de la DDC a ensuite évoqué les effets dévastateurs de la COVID-19, soulignant qu’elle a révélé la nécessité de recentrer les efforts sur l’agriculture.

« Cette pandémie a démontré l’importance pour les pays de construire une agriculture productive, compétitive et résiliente pour leur souveraineté alimentaire et de réduire la forte dépendance vis-à-vis de l’extérieur. »

Le CORAF était représenté à la cérémonie d’ouverture par l’un de ses principaux gestionnaires de projet. 

« En plus des nombreux défis auxquels l’agriculture est confrontée dans la plupart des pays sahéliens, le Mali est particulièrement confronté à des défis sécuritaires que la pandémie de COVID-19 a encore exacerbés », a expliqué Dr Niéyidouba LAMIEN, Gestionnaire de Programmes au CORAF.

De grandes attentes

L’Institut d’économie rurale est le point focal pour la mise en œuvre du projet au Mali. Par la voix de ses dirigeants, l’institut a accueilli avec ravissement le projet.

« Ce projet est une véritable opportunité de partage de connaissances et d’expériences qui, à terme, vise à assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de nos populations », a déclaré Modibo SYLLA, Directeur Général Adjoint de l’IRE.

La mise en œuvre de ce programme augmentera le taux d’adoption des technologies et, indirectement, améliorera les conditions de vie des populations.

Pour le haut responsable de l’IRE, TARSPro aidera les femmes et les jeunes à atteindre leur autonomisation.

Le gestionnaire a fait appel aux différents experts présents à l’atelier de lancement pour s’approprier le projet et jouer un rôle clé dans l’accompagnement et la réussite du projet.

Après le Burkina Faso et le Bénin et présentement le Mali, TARSPro sera lancé au Niger à la fin du mois de juin. La cérémonie de lancement au Tchad est prévu pour début juillet.

Lire aussi :

•  TARSPro aligné sur les priorités du gouvernement du Bénin, selon une officielle du gouvernement

•  Un Nouveau Projet de Mise à l’Échelle de l’Innovation Lancé au Burkina Faso

•  Environ dix millions de personnes bénéficieront d’un nouveau projet financé par la DDC

•  La Coopération Suisse et le CORAF signent un Accord d’un montant de plus 5,6 milliards de FCFA (11 millions de dollars)