Les bonnes récoltes du WASP/PROGRAMME SEMENCIER OUEST AFRICAIN

Ce programme est clos.

Bientôt un nouveau programme (PAIRED) qui vise une transformation durable de l'industrie semencière en Afrique de l'Ouest.

Dakar, Sénégal, Le Programme semencier ouest africain en anglais WASP a atteint un grand niveau de performance selon le Bureau de l’USAID / Afrique de l’Ouest. Les résultats performants engrangés au cours des années 2013, 2014, 2015 et 2016 par ce programme constituent un atout majeur pour intensifier l’offre de semences de riz dans la région.

Au cours des quatre dernières années,  le PSAO/WASP, est parvenu presque à doubler la production de semences certifiées de qualité fournies aux agriculteurs en Afrique de l’Ouest  passant de 183 000 tonnes entre 2012 et 2013, à 267 000 tonnes en 2016, soit une progression de 50 %. La demande potentielle en semences pour la région est estimée à 1 336 000 tonnes représentant une valeur de 1 713 265 000 de dollars, contre un montant de 214 593 900 dollars pour les 183 000 tonnes produites en 2012 au moment où démarrait ce programme.

Les semences certifiées améliorées sont issues de nouvelles variétés de cultures de céréales sensibles au climat, tolérantes au stress hydrique lié à la sécheresse et aux températures extrêmes. Ces nouvelles variétés de semences  sont également plus résistantes à la toxicité du fer, la salinité des sols et comportent des valeurs nutritives élevées en zinc, en fer et en carotène.

Avec une population de près de 350 millions d’habitants, dont 60 à 70 % dépendent de l’agriculture, l’Afrique de l’Ouest est une région aux potentialités agricoles énormes, ce qui ne l’empêche pas cependant d’être l’une des régions où les crises alimentaires sont plus que récurrentes.

Avec l’intervention du PSAO/WASP, une augmentation  de l’accès aux semences de qualité  a été enregistrée. A ce jour, on estime que les céréales (riz, maïs, sorgho et maïs) consommés majoritairement par les populations et les légumineuses (niébé et arachide) ont occupé une superficie de 52 300 000 ha dans la région.

Le PSAO/WASP porté par le CORAF/WECARD, vise à accroître la disponibilité en semences de qualité du taux de 12 % en 2012 à celui de 25% en 2017, au terme des cinq ans de vie du projet. Le PSAO/WASP intervient dans sept pays  (Bénin, Burkina Faso, Ghana, Mali, Niger, Nigéria et Sénégal). Les autres activités du Programme relatives à la politique et à la règlementation semencières touchent tous les Etats membres de la CEDEAO, en plus des deux pays du CILSS non-CEDEAO, en l’occurrence la Mauritanie et le Tchad.