Harmonisation du Règlement Semencier Régional, pour un meilleur accès des producteurs aux semences de qualité en Afrique de l’Ouest

Le CORAF/WECARD a organisé conjointement avec l’Institut du Sahel (INSAH/CILSS) et en coopération avec le Ministère de l’Agriculture du Mali, la deuxième réunion statutaire du Comité Unique Régional des Semences CEDEAO-UEMOA-CILSS (COASem &CRSU) du 29 au 30 août 2016 à Bamako, Mali.

Pendant deux jours, les membres du comité ont eu à évaluer l’état de mise en œuvre des recommandations issues de la première réunion statutaire du Comité, tenue l’année dernière en Côte d’Ivoire, et faire le bilan de la mise en œuvre du Règlement Semencier Régional Harmonisé, au niveau national.

En effet, le COASem a pour objectif de faciliter la mise en œuvre du règlement semencier régional harmonisé qui vise, entre autres, à créer les conditions favorables à l’émergence d’une industrie semencière forte, capable d’assurer un approvisionnement régulier, au moment opportun, en semences de qualité, en quantité suffisante, dans les 17 pays de l’espace sous-régional.

Une industrie semencière forte et dynamique est la clé pour une réelle transformation agricole. En Afrique de l’Ouest, les agriculteurs dépendent de l’accès aux semences de qualité pour améliorer leur productivité.

L’intérêt de ce règlement régional harmonisé est le renforcement de l’industrie semencière, confrontée à des défis tels que l’environnement politique et réglementaire défavorable à l’émergence d’une industrie semencière forte, avec plusieurs contraintes politiques qui entravent la disponibilité des semences de qualité standard de variétés améliorées et l’investissement privé dans le secteur.

Avant la mise en place de ce règlement, plusieurs dispositions légales coexistaient au sein de la même région. Cette situation est, en effet, non seulement source de déperdition de ressources mais également d’inefficacité et de blocage, notamment lorsque les textes se contredisent.

Pour accompagner efficacement la mise en œuvre de ce règlement, la commission de la CEDEAO a confié au CORAF/WECARD, son bras technique, à travers le programme semencier pour l’Afrique de l’Ouest (West Africa Seed Program, PSAO/WASP), la mise en place des Comités Nationaux des Semences et l’animation du Secrétariat du Comité Ouest Africain des semences pour une période transitoire de 5 ans.

Le Comité Unique Régional des Semences commence déjà à atteindre son objectif qui est d’assister les Commissions de la CEDEAO et de l’UEMOA ainsi que le Secrétariat Exécutif du CILSS dans la mise en œuvre du règlement semencier régional harmonisé.  Ce règlement semencier régional vise, entre autres, à créer les conditions favorables à l’émergence d’une industrie semencière forte, capable d’assurer un approvisionnement régulier, au moment opportun, en semences de qualité et en quantité suffisante, dans les 17 pays de l’espace sous-régional.

 « Entre 2012 et 2016, 13 États membres sur les 17 pays de l’espace CEDEAO-UEMOA-CILSS ont publié le règlement semencier communautaire dans leur Journal Officiel, ce qui en fait la loi semencière nationale. Nous notons également l’augmentation exponentielle de la production et la fourniture de semences de prébase à partir de matériels génétiques adaptés au climat » souligne Dr Ernest Asiedu, Coordonnateur Régional du Programme Semencier pour l’Afrique de l’Ouest (PSAO). « En garantissant une bonne application de ce règlement, au niveau communautaire, nous aidons les paysans à améliorer leurs semences et doubler voire tripler leurs récoltes, cela contribuera surement à l’amélioration de leurs conditions de vie.» poursuit-il.

S’appuyant sur le Règlement Semencier Régional Harmonisé, le CORAF/WECARD a accéléré la réhabilitation post-Ebola du Libéria, de la Sierra Leone et de la Guinée en convoyant plus de 10.000 tonnes dans le cadre des programmes de réhabilitation agricole. Le CORAF/WECARD a ainsi contribué à prévenir le spectre de la faim pour plus de 2 millions de familles d’agriculteurs, à travers un programme de multiplication des semences.