Renforcer les capacités des SNRA pour la production de semences de base de qualité

2016-01-26_093828Contexte : une étude menée en 2012/13 dans 13 pays de l’Afrique de l’Ouest a montré le potentiel commercial élevé des semences des principales céréales et légumineuses comme le riz, le maïs, le sorgho, le niébé et l’arachide estimé à 1.335.437 tonnes comparé à une production actuelle de 182.035 tonnes, ce qui représente 13,6% du potentiel estimé. Une précédente étude avait révélé que la production insuffisante de semences de base et de prébase représentait le principal goulot d’étranglement pour l’augmentation de la production de semences certifiées dans la région. Une autre contrainte identifiée était les faibles capacités humaines et infrastructurelles des Systèmes Nationaux de Recherche Agricole (SNRA) qui ont pour mandat de produire les semences de base.

Le PSAO est en train de résoudre les problèmes relatifs aux capacités dans le secteur des semences : pour équiper le personnel des connaissances et compétences nécessaires pour la production de semences qui remplissent les critères de qualité définis dans les règlements sur les semences en Afrique de l’Ouest., près de 600 personnes (dont 20% de femmes) ont été formées aux meilleures pratiques de production de semences dans le cadre des principaux efforts menés au niveau régional. Parmi les personnes formées figuraient le personnel technique responsable des champs de production de semences et des unités de transformation des institutions de recherche, des producteurs de semences du secteur privé ainsi que des agences de contrôle de la qualité des semences. Une enquête sur l’impact de ces formations menée en 2014 a montré que chacune des personnes formées a transmis les connaissances acquises à environ huit (8) membres du personnel sous sa supervision. Le PSAO est un effort global qui est en train d’apporter une approche holistique pour le renforcement et l’amélioration du système semencier de l’Afrique de l’Ouest.
Un guide et des termes de référence (TDR) pour la formation du personnel des services semenciers à des cours sur les semences du niveau de Master en sciences (MSc) ont été élaborés en collaboration avec des universités sélectionnées dans la région pour aider à créer une masse critique d’experts du secteur semencier au niveau de la région avec l’appui du CORAF/WECARD et de ses partenaires. Conformément à la politique genre du CORAF/WECARD et pour réduire le fossé entre la participation des hommes et celle des femmes au secteur des semences, ces documents affirment clairement qu’au moins 60% des bénéficiaires de ces interventions seront des femmes. Le manque d’infrastructures de base représente l’un des principaux défis pour assurer la qualité des semences de base produites par les INRA.

Dans le but de renforcer les capacités infrastructurelles des SNRA, quatre ensembles de systèmes de transformation de 2 tonnes de semences par heure pour le lavage du riz, du maïs et des autres cultures et l’équipement de base pour les laboratoires pour la conduite d’analyse des contenus sur le plan de la pureté, de la germination et de l’humidité évalués au coût de 420 032dollars américains.64 ont été achetés pour être livrés aux quatre INRA du Nigeria, du Burkina Faso, du Ghana et du Niger avant la fin du mois de septembre 2015 pour assurer la conformité avec la qualité. L’installation de l’équipement mettra fin à une ère de transformation manuelle, ce qui permettra d’obtenir des récoltes de semences de la meilleure qualité, aux longues files d’attente pour utiliser l’équipement permettant de transformer les céréales, ce qui faisait énormément baisser la qualité des catégories suivantes de semences fournies aux agriculteurs. Il est prévu que les systèmes internes de contrôle de la qualité et d’assurance qualité pour la production de semences soient institutionnalisés au sein de ces organisations.

Estimation des besoins en semences : un outil de modélisation conçu par le PSAO pour l’estimation des demandes de semences a aidé les sept pays cibles que sont le Bénin, le Burkina Faso, le Ghana, le Mali, le Niger, le Nigeria et le Sénégal à bien estimer les quantités de semences de base nécessaires et à élaborer des feuilles de route quinquennales (2013-2017) pour la production de semences. De plus, l’IITA, par le biais des bureaux du PSAO, a conduit une évaluation des besoins pour déterminer le montant des semences de base des variétés à pollinisation ouverte (VPO) et des lignées endogames de maïs nécessaires pour compléter les productions nationales. Le résultat de cet exercice est la mise à disposition à temps des quantités nécessaires de semences de base de qualité pour les variétés nécessaires dont le manque représentait un important goulot d’étranglement pour la production de semences de base et la production subséquente de semences certifiées dans ces pays.

Appui pour la production de semences de base de variétés s’adaptant au climat : en réponse aux réalités régionales de changement climatique, le PSAO continue à accorder une très grande importance aux variétés culturales qui s’adaptent au changement climatique, qu’elles soient nouvelles ou à maturité précoce ou extra précoce et résistantes aux stress comme la sécheresse, les maladies, la toxicité ferrique et la salinité. L’appui financier fourni aux neuf SNRA du Bénin, du Burkina Faso, du Ghana, du Mali, du Niger et du Nigeria ainsi qu’à l’IITA et à AfricaRice a permis une production moyenne de 55 tonnes de semences de base de qualité (principalement de riz, de maïs et de sorgho) par année, en 2013 et 2014, ce qui a représenté 50% de la production totale annuelle de la région. Une production annuelle d’au moins 3.590tonnes de semences de prébase est attendue de ces 55 tonnes de semences de base, ce qui stimulera la production et l’approvisionnement subséquent en semences certifiées pour les agriculteurs. Les semences de prébase sont produites par des entreprises privées (par le biais du partenariat public-privé) qui, jusqu’ici, étaient seulement autorisées à produire des semences certifiées. A la fin de l’année 2015, 80 tonnes supplémentaires de semences de base devraient être produites grâce au financement du PSAO pour la production de semences de prébase en 2016.

2016-01-26_094006Conclusion: Le PSAO est une initiative régionale sur les semences qui avance à de très grands pas audacieux, qui introduit des semences de variétés culturales nouvelles ou améliorées, qui renforce les capacités à travers les SNRA pour l’amélioration de la réponse aux demandes en semences au niveau régional et qui œuvre pour appuyer le secteur privé pour l’augmentation des semences de prébase et des semences certifiées à travers l’Afrique de l’Ouest.