Programme de relance del’agriculture post Ebola au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée

Programme de relance de l’agriculture post Ebola au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée : intervention d’appui du CORAF/WECARD et de ses partenaires dans le domaine des semences

Impact économique et social de l’épidémie d’Ebola : les premières estimations de croissance économique en Guinée, au Liberia et en Sierra-Leone pour l’année 2015 étaient de 4,3%, 6,8% et 8,9% respectivement. Les projections de croissance ont chuté de -0,2%, 3% et -2.0% après l’apparition d’Ebola. Les récentes estimations de la Banque mondiale prévoyaient des pertes dans les PIB de 2015 pour les trois pays de presque 2,2 milliards dollars. La dimension humaine du désastre économique se manifeste dans les chiffres. En août 2015, plus de 28.000 personnes avaient été infectées et 40% (11.290) d’entre elles sont décédées.

Insécurité alimentaire : les trois pays sont classés parmi les pays les plus pauvres du monde et des pays qui, selon la FAO, étaient en situation d’insécurité alimentaire chronique avant Ebola avec un nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire estimé à 1,6 million. Avec la survenue de l’épidémie à virus Ebola, l’insécurité alimentaire a considérablement augmenté. En Guinée, la production de riz et de maïs a été réduite de 20 et 25% respectivement et a été accompagnée d’une réduction des importations, ce qui a fait que 1,2 million de Guinéens souffrent d’insécurité alimentaire. Neuf sur dix (9/10) ménages libériens et deux tiers (2/3) des ménages de la Sierra Leone interrogés ont cité la sécurité alimentaire comme étant un grand problème causé par l’épidémie. Les semences conservées par les agriculteurs pour les plantations ont été consommées par les familles d’agriculteurs du fait du manque de nourriture associé à l’incertitude de survivre à l’épidémie. Il y a aussi une grave pénurie de main d’œuvre agricole, ce qui a exacerbé davantage la situation alimentaire.2016-01-26_081059

Réponse régionale aux crises d’insécurité alimentaire: la crise Ebola a causé de lourdes pertes dans les secteurs agricole et alimentaire de tous les trois pays. S’il faudra de l’assistance alimentaire externe, la CEDEAO et les gouvernements des pays affectés ont reconnu la nécessité de mobiliser des ressources pour relancer la production agricole. L’accès aux semences a été identifié comme une priorité pour sauver la saison agricole 2015 qui va d’avril à août 2015.

2016-01-26_081147Le CORAF/WECARD, par le biais de son Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) financé par la Banque mondiale, et le Programme Semencier Ouest Africain (PSAO), financé par l’USAID, et AfricaRice ont coordonné toutes les actions au niveau régional. Le CORAF/WECARD a élaboré des plans de passation des marchés à partir des évaluations des besoins de huit pays, d’une recherche documentaire, a travaillé avec AfricaRice (centre GCRAI) pour la multiplication des semences de base de riz et a organisé la distribution à temps des semences et des engrais. L’effort mené par le CORAF/WECARD a été complété par un appui de la CEDEAO, de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, de l’USAID, de AfricaRice, du secteur privé et des Ministères de l’agriculture de 13 pays. Dans le cadre d’un programme régional d’approvisionnement sans précédent, plus de 5000 tonnes de semences ont été distribuées aux bénéficiaires pour les plantations au cours de la présente saison agricole.

Résultat :à la fin de la saison actuelle, environ 8.000 tonnes de semences certifiées 2016-01-26_081204supplémentaires devraient avoir été produites pour couvrir davantage de bénéficiaires en 2016. Pendant les deux prochaines années, l’initiative devrait couvrir directement 600.000 agriculteurs ce qui permettra d’obtenir une production de 2 millions MT de riz paddy.

Actuellement, environ 240.000 bénéficiaires(55% du total sont des femmes; 50% du total encore sont des jeunes)ont reçu des semences de riz, de maïs et de niébé pour couvrir 110.000 ha. Les récoltes ont débuté. Les nouvelles variétés fournies provenant de AfricaRice et de l’IITA sont résistantes aux stress, et permettent d’obtenir des récoltes 3-4 fois supérieures aux anciennes variétés utilisées dans les trois (3) pays. La décision et les actions prises rapidement pour l’approvisionnement à temps en semences ont donné de l’espoir, aux gouvernements et aux populations du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée pour l’avenir.

Défis, Leçons et Perspective: pour assurer la libre circulation des camions transportant les semences, des itinéraires ont été prévus à l’avance et la CEDEAO a autorisé le passage des camions au niveau des services de  contrôle des douanes aux frontières pour assurer la fluidité de leurs mouvements.

Les mouvements des camions ont été suivis en temps réel par le biais du système de messagerie instantanée (SMS),l’e-mail et le téléphone, en particulier au niveau des postes frontières. Actuellement, le CORAF/WECARD, à travers le PSAO et le PPAAO, et AfricaRice sont en train de suivre et de superviser la production agricole des bénéficiaires et les activités de production de semences.

Des consultants ont été recrutés dans chaque pays 2016-01-26_081226pour assurer la supervision à court terme dans l’attente du recrutement et de la formation de spécialistes nationaux des semences à l’utilisation des modules existants de renforcement des capacités. Cet effort régional sauvera la saison agricole 2015 de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone et pourrait permettre de préserver un million de personnes de la famine.