Politique de semence au Mali : Des experts cogitent sur la planification de la production

C’est aujourd’hui que s’achèvent à l’Hôtel Salam les travaux de deux jours de l’atelier de planification de la production de semence au Mali. Cette importante activité est organisée  le CNRA en collaboration avec l’IER. Des experts venus des services publics et du secteur privé cogitent en vue de parvenir à une meilleure planification des besoins en semence de pré-base et de base des cultures vivrières (mil, sorgho, riz, maïs) au Mali pour les cinq ans à venir tout en identifiant le rôle de chaque acteur dans la chaîne de valeur.

rice

Lors de l’ouverture des travaux, Mme Sissoko Sokona Dagnoko, spécialiste en semence du Programme Semencier d’Afrique de l’Ouest/West Africa Seed Program (PSAO/WASP), a souligné l’importance de cet atelier. Selon elle, les objectifs visés sont :développer une méthodologie d’estimation des besoins en semence de pré-base et de base, estimer les besoins nationaux en semence de pré-base et de base, planifier la production de semence de pré-base et de base pour les trois prochaines campagnes, identifier les différentes structures responsables de la production et de la distribution.

Pour y parvenir, la spécialiste en semence a insisté sur l’implication de tous les participants afin qu’ils puissent atteindre les objectifs de l’atelier, et entamer l’année 2014 tout en sachant où ils aillent, en  d’autres termes quoi faire ? Combien ? Avec qui ? En matière de semence de pré-base   et de base des mil, sorgho, riz et maïs au Mali.

En plus, le représentant du CILSS, le Dr. Issaka Dembélé a manifesté le centre d’intérêt de son organisation qui appuie tant soit peu ce Programme semencier. Il a en outre souligné l’importance de  cette rencontre qui permettra de faire l’état des lieux des principales cultures vivrières (mil, sorgho, riz au Mali au cours des cinq  dernières années et l’estimation des besoins théoriques nationaux en semence de pré-base et base pour les campagnes 2014/2015, 2015/2016 et 2016/2017).

En ouvrant les travaux, Racine Ly, secrétaire exécutif adjoint du CNRA, a rappelé que le WASP est un programme de cinq ans (2012-2017) financé par la mission régionale de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) Afrique de l’Ouest et mis en œuvre par le CORAF/WECARD. La coordination nationale du programme Mali est assurée par le CNRA, a précisé M. Ly. Avant d’ajouter que le programme vise à contribuer à l’amélioration durable de la productivité agricole dans la sous -région Afrique de l’Ouest en élargissant la disponibilité de semences de qualité du taux actuel de 12% à celui de 25%.

Par ailleurs, il a indiqué  que le programme interviendra dans sept pays (Bénin, Burkina Faso, Ghana, Mali, Niger, Nigeria et Sénégal), pour l’essentiel de ses activités, mais dans tous les Etats membres de la CEDEAO (plus des deux pays du CILSS non-CEDEAO, c’est-à-dire la Mauritanie et le Tchad), pour les activités relatives à la politique semencière, à savoir, la mise ne œuvre du règlement semencier de la CEDEAO.

Mahamane Maïga

 SOURCE: Le Scorpion