X

Ce programme a pris fin en Juillet 2019. Vous pouvez continuer à consulter le site.

Mouches de Fruits : quand les producteurs de mangues retrouvent leur sourire

Home / Blog / Mouches de Fruits : quand les producteurs de mangues retrouvent leur sourire
Mouches de Fruits : quand les producteurs de mangues retrouvent leur sourire

Les exportations de mangues d’Afrique de l’Ouest vers le marché européen ont augmenté de 40% tandis que les interceptions d’expéditions ont chuté de 57%, selon les données du Projet de lutte contre les mouches des fruits.


Burkina Faso : Les producteurs de mangues “dégustent” les acquis du projet Mouches de Fruits.

Dix pays d’Afrique de l’Ouest ont mis en œuvre ce projet entre 2015 et 2019. Il a été conçu pour lutter contre le fléau des mouches des fruits. Les acteurs du projet se sont réunis fin juillet 2019 dans la capitale sénégalaise, Dakar, pour réfléchir aux résultats obtenus et en tirer les leçons pour l’avenir.

Environ 1,5 million de tonnes de mangues sont produites en Afrique de l’Ouest chaque année, ce qui représente environ 4% de la production mondiale.

Bien qu’il s’agisse d’une source importante de revenus pour les pays et les exportateurs, le secteur horticole de la région est affecté par la mouche des fruits. Il détruit entre 50 et 80% de la production de mangues.

En outre, les pertes après récolte se situent entre 50 et 80%, ce qui signifie que moins de 100 000 tonnes de mangues fraîches sont exportées et environ 50 000 tonnes sont traitées chaque année localement.

“Les économies des pays producteurs et exportateurs de mangues d’Afrique de l’Ouest ont subi des pertes substantielles à la suite de l’interception des exportations de mangues “, déclare Cheikh Ngane, Président du Comité national de lutte contre la mouche des fruits du Sénégal.

Évolution des interceptions dans l’espace CEDEAO

 

Un renversement des tendances

Le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, le Mali, le Nigeria, le Sénégal et le Togo ont participé à la mise en œuvre du projet Mouche des fruits. Au total, 23,5 millions d’euros ont été investis dans ce projet par l’Union européenne, l’Agence française de développement, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et les États bénéficiaires.  Le Conseil ouest-africain et centrafricain pour la recherche et le développement en agriculture (CORAF) avait des responsabilités sur le volet de la recherche adaptative.

Lors de la réunion de Dakar, la CEDEAO a énuméré les réalisations du projet et la façon dont il a contribué aux moyens de subsistance des exportateurs.

“La mise en œuvre du projet a amélioré les revenus des producteurs, a mis en place un système de suivi régional et a renforcé les capacités des producteurs “, a déclaré M. Alain Sy Traoré, Directeur de l’agriculture de la CEDEAO.

“Le projet a également mis à la disposition des agriculteurs des technologies pour prévenir les infections par les mouches.  Cela permet des actions opportunes, ciblées et respectueuses de l’environnement.”

Au Burkina Faso, les professionnels de la mangue ont enregistré moins d’interceptions et de destruction de leurs exportations vers le marché européen.  Seules huit confiscations ont été enregistrées en 2018, contre 23 en 2017.

Les exportations de mangues ont augmenté de 115% au Burkina Faso, selon l’Association des producteurs de mangues du Burkina Faso (APROMAB).  Entre-temps, environ 8500 tonnes de mangues séchées et fraîches ont été exportées en 2018, contre 7000 tonnes en 2017.

Le Sénégal, moins touché par les attaques de mouches des fruits, a vu ses exportations de mangues passer de 350 tonnes en 1999 à environ 22 000 tonnes en 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *