MAMA SAMBO Sahadatou

Home / masters / MAMA SAMBO Sahadatou

mamaMAMA SAMBO Sahadatou
sahadatou.mamasambo@yahoo.fr
+ (229) 97 56 49 84 ; + (229) 65 07 05 05

Abstract

Ceratitis cosyra is one of quarantine fruits flies native to Africa that infest many cultivated fruits and wild fruits. That why this fly affect negatively mango production and exportation. We observed that C. cosyra is more parasitized by the parasitoid native to Africa Fopius caudatus, in wild fruits. This study aims at investigating the climatic zones and the agro-ecological conditions that favor the presence of the parasitoid. Three host fruits, Annona senegalensis, Psidium guajava and Sarcocephalus latifolius were collected in 30 sites from the three climatic zones in Benin. Each two weeks and during four months, fruits were collected from the tree and from the ground under the tree. Collected fruits were weighed and incubated in samples of five fruits. The number of pupae and emerged insect adults from each sample were counted identified, and compared. Several agro ecological parameters describing the sites were gathered and the main plant species were collected and identified. Results showed that, during the period of our study, S. latifolius were present with fruits in all the sites, contrarily to A. senegalensis and P. guajava that were found in only some sites with or without fruits. Ceratitis cosyra and its parasitoid F. caudatus emerged from all fruit species, mainly from S. latifolius, and were present and in fructification in all the sites. The soudan zone had higher susceptibility to infestation of S. latifolius by C. cosyra, and was where the parasitism achieved by F. caudatus was the lowest; contrarily to the guinean and the soudano-guinean zones. Ground collected fruits were less infested than those from the tree, but parasitism did not differ between both; and the mature fruits were heavily infested and presented higher parasitism rate than immature and rotten fruits. Among the descriptive criteria, the variables that related to agriculture, landscape and water were more likely correlated to sites with higher parasitism rate. A higher diversity of the site in plant species does not influence the infestation and the parasitism rates.

Key words: Conservative biological control, landscape, Ceratitis cosyra, wild fruits, infestation, parasitism.

Résumé

Ceratitis cosyra est l’une des mouches des fruits de quarantaine d’origine africaine qui infeste beaucoup de plantes fruitières cultivées et sauvages. De ce fait, cette mouche impacte négativement la filière mangue. Il a été constaté que C. cosyra est plus parasitée par Fopius caudatus, parasitoïde indigène d’Afrique lorsqu’il infeste les fruitiers sauvages. Cette étude contribue à la connaissance des zones climatiques et des conditions agro écologiques favorables à la forte présence de F. caudatus. Trois espèces fruitières Anonna senegalensis, Psidium guajava et Sarcocephalus latifolius ont été collectées sur trente sites répartis dans les trois zones climatiques du Bénin. Sur chaque site un arbre a été choisi par espèces, par quinzaine et pendant quatre mois, les fruits ont été collectés sur l’arbre et par terre pour chaque espèce de fruit présente sur le site. Les fruits ont été pesés puis incubés ; les pupes obtenues et les adultes émergés ont été dénombrés. Les agro écosystèmes dans les sites ont été décrits et les espèces végétales prédominantes ont été collectées puis identifiées. Les résultats ont montré que pendant la période de notre étude, S. latifolius est présente et en fructification dans tous les sites contrairement à A. senegalensis et P. guajava rencontrés seulement sur quelques sites avec peu ou pas de fruits. Ceratitis cosyra et son parasitoïde F. caudatus ont émergé de toutes les espèces de fruits, principalement de S. latifolius, et ceci dans tous les sites. L’infestation de S. latifolius par C. cosyra est plus élevée dans la zone soudanienne où le parasitisme par F. caudatus est faible ; contrairement aux zones guinéennes et guinéo-soudanienne. Les fruits collectés au sol sont moins infestés que ceux sur l’arbre mais avec des taux de parasitisme qui ne diffèrent pas. Les fruits mûrs sont plus infestés avec de forts taux de parasitisme comparés aux fruits immatures et pourris. Parmi les variables des agroécosystèmes, ce sont les variables liées à l’agriculture, à la végétation et à l’eau qui ont été plus corrélées avec les sites à forts taux de parasitisme. La présence d’une grande diversité en espèce végétale n’a pas influencé le taux d’infestation ni celui de parasitisme.

Mots clés : Lutte biologique par conservation, paysage, Ceratitis cosyra, fruits sauvages, infestation, parasitisme.