DOSSOU Perrin

Home / masters / DOSSOU Perrin

perrinDOSSOU Perrin
segbezounp@gmail.com
+ (229) 96 69 21 94
+ (229) 95 00 35 41

Abstract

Bactrocera dorsalis (Hendel), a species of the family of Tephritidae causes enormous losses in fruit production; including mango trees (Mangifera indica L). In order to strengthen the arsenal of biological control means, effective and efficient, an alternative method such as the use of entomopathogenic nematodes (NPEs) to control them is necessary. Laboratory tests were conducted to evaluate the effect of three entomopathogenic nematode isolates, Heterorhabditis sonorensis (F4), Heterorhabditis sonorensis (9a) and Steinernema sp. (168d) on the third instar larva (L3), pupae at different ages, and adults on the fruit fly B. dorsalis. Nematode mortality rates ranged from 58.33 % (168d), 83.33 % (9a) and 88.89 % (F4) for B. dorsalis L3 larvae. 1-
7 days old pupae are susceptible to infestations of the three isolates considered. Mortality rates of 9.72 % of 18.05 % and 3.33 % were recorded on 5 days, 3 day and 1 day old pupae by 9a, F4, 168d isolates respectively. The highest penetration rate (28.1 %) for an exposure time of 24 hours at a temperature of 30 °C was obtained with isolate 9a, while isolates F4 and 168d respectively gave penetration rates of 19.9 % and 22.45 % under the same conditions. NEPs had no effect on the adult stages of B. dorsalis. The use of NEPs to control fruit flies is promising, especially when larval stages are targeted.

Key words: Entomopathogenic nematodes, Bactrocera dorsalis, Heterorhabditis, Steinernema.

Résumé

Bactrocera dorsalis (Hendel), une espèce de la famille des Tephritidae cause d’énorme pertes en production fruitière ; notamment le manguier (Mangifera indica L). Dans l’optique de renforcer l’arsenal de moyens de lutte biologiques, efficaces et efficientes, une nouvelle méthode, telle l’utilisation des nématodes entomopathogènes (NEPs) pour les contrôler est nécessaire. Des essais ont été réalisés en laboratoire pour évaluer l’effet comparé de trois isolats de nématodes entomopathogènes, Heterorhabditis sonorensis (F4), Heterorhabditis sonorensis (9a) et Steinernema sp. (168d) sur le dernier stade larvaire (L3), les pupes à différents âges, de même que sur les adultes de la mouche des fruits B. dorsalis. Les taux de mortalité causés par les nématodes variaient de 58,33 % (168d), 83,33 % (9a) à 88,89 % (F4) pour les larves L3 de B. dorsalis. Les pupes âgées de un à sept jours sont susceptibles aux infestations des trois isolats considérés. Les taux de mortalité de 9,72 % (pupes 5jours), 18,05 % (pupes 3 jours) et 3,33 % (pupes 1 jour) ont été causés respectivement par les isolats 9a, F4, 168d. Le taux de pénétration le plus élevé (28,1 %) pour une durée d’exposition de 24h à une température de 30°C a été obtenu avec l’isolat 9a tandis que les isolats F4 et 168d ont donné respectivement des taux de pénétration de 19,9 % et 22,45 % dans les mêmes conditions. Les NEPs n’ont eu aucun effet sur les stades adultes de B. dorsalis. L’utilisation des NEPs pour lutter contre les mouches de fruits est prometteuse, surtout lorsque les stades larvaires sont visés.

Mots clés : Nématodes entomopathogènes, Bactrocera dorsalis, Heterorhabditis, Steinernema.