PPAAO : La Banque mondiale satisfaite de la mise en œuvre du CORAF

wb

La Banque mondiale a exprimé sa satisfaction quant à l’état de mise en œuvre du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO). Le CORAF est mandaté par la Commission économique des États de l’Afrique de l’Ouest pour coordonner le programme au niveau régional.

S’exprimant lors d’une mission conjointe d’appui semestrielle (banque mondiale – pays – CORAF) le jeudi 8 novembre 2018 au siège du CORAF à Dakar, au Sénégal, M. Abdoulaye Touré, économiste en chef de l’agriculture à la Banque mondiale, a salué l’état d’avancement du PPAAO.

« Dans l’ensemble, nous sommes satisfaits de la contribution du PPAAO à la réduction de l’insécurité alimentaire et l’inégalité des revenus, à la formation de la prochaine génération de chercheurs agricoles, à la création d’innovations et de technologies spécifiques et à la mise en place d’une recherche agricole durable en Afrique de l’Ouest », a déclaré le Dr Toure.

Au début du programme en 2007, le principal objectif du PPAAO était d’atteindre six (06) millions de personnes. Basé sur des preuves évidentes, le programme a dépassé ses objectifs initiaux et atteint plus de 9 millions de personnes directement et 56 millions indirectement.

Plus de deux cent technologies ont été disséminées et adoptées par près de 4,5 millions de producteurs et de transformateurs sur environ 4,8 millions d’hectares.

Le PPAAO a également financé la formation en master et doctorat pour 1021 jeunes. Cela représente 72% des hommes et 28% des femmes. La plus part de ces jeunes chercheurs sont déjà pleinement impliqués dans l’avancement de la recherche améliorée dans leurs pays respectifs.

Avec la rénovation de l’équipement et des infrastructures de recherche, les neuf centres nationaux de spécialisation arrive à créer des collaborations et des partenariats adéquats afin de catalyser les innovations et les technologies améliorées pour répondre aux besoins des cultures prioritaires de la région.

En augmentant les rendements des cultures prioritaires de 30% pour les céréales sèches et 150% pour le riz, les fruits et les tubercules, le programme a eu un impact considérable sur la sécurité alimentaire et l’apport calorique. La consommation calorique est passée de 2 777 kcal à 2 964 kcal et la «période de soudure» réduite de 28 à 55%, selon la chaîne de valeur. Le PPAAO a aussi augmenté de 34% la situation économique des agriculteurs et des communautés transformées.

Le CORAF devrait faire plus

Tout en louant les progrès accomplis, M. Toure a demandé au CORAF de faire plus dans la prise en compte des innovations technologiques.

« Le CORAF doit faire davantage pour faciliter l’échange de technologies et d’innovations au niveau des pays.

« Le CORAF est également responsable des résultats attendus, notamment en ce qui concerne l’adoption de technologies. Cela signifie que dans le cadre de son mandat de coordination régionale, le CORAF doit jouer un rôle actif dans la facilitation des échanges et de l’adoption de technologies. »

Faire du CORAF un organisme durable

Touré a également réitéré l’engagement de la Banque mondiale de faire du CORAF une organisation durable permettant de faire progresser l’agenda de la recherche et du développement en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Il a salué la nouvelle direction stratégique du CORAF, d’après lui, cela lui  a redonné confiance au CORAF.

« Je vois que la confiance est revenue. Je vois une équipe forte et solide, axée sur les résultats », a déclaré le chef de l’équipe de la Banque mondiale.

« Vous pouvez compter sur le soutien de la Banque aussi longtemps que vous continuez dans cette direction. »

« Satisfaisant« 

Les missions d’appui conjointe sont également mis en place pour évaluer les performances du CORAF et des projets de mise en œuvre du PPAAO.

Compte tenu des progrès réalisés dans la mise en œuvre du PPAAO en novembre 2018, le CORAF a obtenu un score satisfaisant.

Le PPAAO?

Le PPAAO est une initiative de la CEDEAO. Lancé en 2008, le PPAAO a pour objectif de rendre l’agriculture plus productive, durable et rentable pour les petits exploitants. Il vise à améliorer les conditions de vie des consommateurs en mettant à leur disposition des produits agricoles à des prix compétitifs, à constituer une masse critique de chercheurs pour des programmes de recherche déterminants, efficaces et collaboratifs et enfin à s’assurer que les technologies générées au niveau national sont disponibles au niveau régional.

Le programme est financé par les pays au moyen d’un système de prêt obtenu de la Banque mondiale. Le CORAF met en œuvre le programme au niveau régional. Toutes les parties se rencontrent deux fois par an pour évaluer l’état de la mise en œuvre et convenir d’actions précises pour accélérer la mise en œuvre des résultats convenus.

Clôture

 Hormis les 13 pays où le programme a été entamé, des activités sont en cours au Bénin, en Guinée, au Niger et au Togo. Les projets devraient s’achever en décembre 2019 pour ces pays.

Le programme a pris fin dans tous les autres pays, à l’exception du Mali, du Ghana et du Sénégal, où le programme clos en décembre 2018.

Un PPAAO plus ambitieux

S’appuyant sur les résultats du PPAAO, les pays, la CEDEAO et la Banque mondiale sont en train de finaliser leurs plans de mise en œuvre pour implémenter un PPAAO plus ambitieux.

La nouvelle intervention vise à intensifier considérablement l’adoption de technologies intelligentes face au climat, à renforcer la création d’emplois et à élargir l’accès aux marchés régionaux pour les produits ciblés. Les femmes et les jeunes occupent une place primordiale dans le nouveau programme, qui devrait être opérationnel en 2019.

Website

Laisser un commentaire

*