Le Tchad et le CORAF d’accord pour promouvoir les technologies intelligentes face au climat

chad1-c

Un protocole d’accord signé aujourd’hui, mardi 19 juin 2018, entre le gouvernement du Tchad et le CORAF, devrait accélérer l’adoption de technologies améliorées et en particulier les innovations intelligentes face au climat.

Le Tchad connaît actuellement des conditions climatiques erratiques et la dégradation des terres. L’accord signé entre les deux parties facilitera le déploiement de technologies sensibles au climat dans les secteurs prioritaires des communautés ciblées dans le pays.

Le gouvernement du Tchad a récemment reçu un financement du Groupe de la Banque mondiale pour la mise en œuvre du ProPAD, le projet d’amélioration de l’agriculture et de la productivité axé sur la résilience face au climat.

Au cœur du programme se trouve la promotion de technologies améliorées pour renforcer la résilience des communautés touchées par le changement climatique, augmenter la productivité agricole et renforcer les systèmes de production des populations ciblées.

Le ProPAD cherche à utiliser l’approche du Programme de productivité agricole de l’Afrique de l’Ouest (PPAAO) pour accélérer la fourniture de technologies qui peuvent améliorer la productivité agricole.

Plus de 200 technologies ont été publiées au cours des dix dernières années dans le cadre du PPAAO. Ces technologies ont été adoptées par près de 4,5 millions de producteurs et de transformateurs sur environ 4,8 millions d’hectares.

Les experts affirment que la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population de l’Afrique de l’Ouest et du Centre dépend de l’accélération de l’adoption de ces technologies.

‘’L’accord que nous signons aujourd’hui à N’Djamena ouvre non seulement l’accès à l’utilisation des technologies générées par le PPAAO pour améliorer la résilience des communautés au Tchad, mais témoigne également de l’esprit fondateur et du principe du CORAF pour renforcer l’intégration régionale’’, explique le Dr Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du CORAF.

Selon la Banque mondiale, l’insécurité alimentaire est une préoccupation majeure qui risque d’être exacerbée par le changement climatique. «On estime qu’un Tchadien sur 10, soit 1,4 million de personnes, souffre d’insécurité alimentaire chronique, ce qui signifie qu’il est incapable de satisfaire ses besoins alimentaires de base, même pendant  les ‘’bonnes années de récolte’’, dit la Banque mondiale.

Dans le cadre des recherches sur les variétés intelligentes face au climat, le Centre régional d’excellence du CORAF basé au Sénégal, a développé des variétés d’arachide et de niébé qui aident aujourd’hui les agriculteurs à s’adapter aux effets du changement climatique.

L’accord vise également à faciliter l’adoption de solutions similaires au Tchad ou à tirer profit des centres de recherche pour adopter des solutions adaptées aux défis spécifiques qui affectent le pays.

Beaucoup de centres nationaux de spécialisation du CORAF travaillent sur des produits agricoles clés qui sont pertinents pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle du Tchad. C’est le cas par exemple, du centre de recherche sur l’élevage au Niger, du centre de recherche sur le maïs au Bénin, du centre de recherche sur les céréales sèches au Sénégal, du centre de recherche sur les fruits et légumes au Burkina Faso, du centre de recherche sur les raciness et tubercules au Ghana et enfin du centre de recherche sur le riz au Mali.

Le CORAF est présent dans 23 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Au cours des dix dernières années, la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest ont participé à la mise en oeuvre du PPAAO. Son succès et son impact considérables sur le développement dans les pays participants ont inspire certains pays d’Afrique centrale à vouloir adhérer au Programme. Outre le Tchad, le Cameroun se prépare également à participer au Programme.

Dans l’ensemble, le PPAAO a bénéficié directement à environ 9 millions de personnes et indirectement à 49 millions de personnes. La promotion et l’adoption des technologies ont contribué de manière significative à combler les déficits alimentaires et de revenus dans les pays couverts par le projet.

Le Tchad et le CORAF ont une longue histoire de collaboration qui va au-delà des échanges de technologies et d’innovations agricoles.

Dans le cadre du Programme semencier pour l’Afrique de l’Ouest financé par USAID, le CORAF a contribué à mettre en place une politique de régulation des semences au Tchad pour faciliter l’accès aux semences de qualité par ceux qui en ont le plus besoin.

Website

Laisser un commentaire

*