Les tiges du cotonnier vont désormais être valorisées en Afrique de l’Ouest

coton1

Les tiges du cotonnier qui étaient jusque-là destinés aux flammes ou à pourrir dans les champs, vont désormais être valorisées pour servir dans la fabrication de contreplaqués, après la réception de trois unités de fabrication de panneaux de particules par le projet VATICOPP (Valorisation des tiges de cotonnier pour la fabrication des panneaux à particules).

La réception de ces trois unités de fabrication et d’une machine de test de la qualité des panneaux produits s’est tenue la semaine du 14-16 avril 2018 à Nagpur, une ville du centre de l’Inde, en présence d’un responsable technique du projet VATICOPP.

‘’Après un long processus de négociation, les machines sont en fin confectionnées et le test de conformité s’est avéré concluant sous la présence de Dr Paul HOUSSOU, Agro machiniste et Chef du Programme de Transformation Agricole et agroalimentaire du Bénin’’, souligne une note du projet qui précise que ‘’les résultats des tests ont montré que les panneaux de particules produits avec les tiges de cotonnier de la station de Nagpur, sont résistants à l’étirement et à l’écrasement pour une pression inférieure ou égale à 15kg/cm2’’.

La technologie de fabrication des panneaux de particules à base de tiges de cotonnier, est déjà très répandue en Inde et au Etats Unis, tous deux grands producteurs de cotons.

Désormais l’Afrique de l’Ouest se lance à son tour dans la valorisation des tiges du cotonnier, afin d’améliorer les revenus des cotonculteurs, d’accroître la transformation locale et la valeur ajoutée et de créer des emplois par la fabrication des contreplaqués.

Le projet (VATICOPP) concerne trois pays pilotes à savoir le Bénin, le Mali et le Togo.

En effet, en Septembre 2014, le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF) et l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) avaient procédé à la signature d’une convention de financement d’un montant de 1 500 000 000 FCFA pour la mise en œuvre d’un programme de recherche autour de cinq filières prioritaires de l’Union que sont le maïs, le coton, le bétail/viande, la volaille et l’aquaculture.

Dans le cadre de l’amélioration des performances et de la compétitivité de la filière coton, le CORAF a financé ce projet de valorisation des tiges de cotonnier dans la fabrication de panneaux de particules coordonné au niveau régional par l’Institut National de Recherches Agronomiques du Bénin (INRAB) et en collaboration avec l’Institut togolais de recherches agricoles (ITRA) et l’Institut d’Economie Rurale du Mali (IER).

Ce projet vise principalement à ajouter de la valeur aux résidus de récolte du coton en incorporant les tiges de cotonnier dans la fabrication de contreplaqué destinés à confectionner des tables, des chaises, des revêtements, etc.

Il faut noter que la grande partie des tiges de cotonnier produites après les récoltes et estimées à plus de 1 600 000 tonnes au Bénin, au Mali et au Togo, étaient le plus souvent brulées lors de la préparation des travaux de campagne suivante. Seule une infime partie est utilisée pour la fertilisation organique, l’aliment de bétail et le bois de chauffe.

L’Afrique de l’Ouest et le coton

L’Afrique de l’Ouest est une des principales zones de production cotonnière en Afrique. La filière coton et textile concentre d’ailleurs près de 10 millions de producteurs et plus d’un million de salariés. Durant la campagne 2016/2017, les productions de la sous-région ont encore augmenté leur production, avec une amélioration notée des rendements dans chaque pays.

La production de coton dans la région a globalement progressé de 5% pour atteindre 4,685 millions de balles (480 lb) en 2017/18, contre 4,458 millions de balles en 2016/17.

Une étude réalisée par la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), avait indiqué que plus de 90 % du volume de production du coton de la région est exporté pour être transformé ailleurs.

Website

Laisser un commentaire

*