Retour sur les quatre grandes recommandations de l’AG

recommendations

Capitalisation de la dimension humaine, réduction de la dépendance aux financements extérieurs, prise en compte des produits forestiers non ligneux dans les plans stratégique et opérationnel et gouvernance, telles sont les principales recommandations de l’AG du CORAF tenue récemment à Dakar.

Après une interruption de quatre ans, à la suite de l’irruption de la fièvre hémorragique à virus Ebola, en Afrique de l’Ouest, l’Assemblée générale du CORAF qui s’est tenue en terre sénégalaise, a pris plusieurs recommandations fortes, allant dans le sens de placer le CORAF sur la trajectoire du succès.

Capitalisation de la dimension humaine de l’organisation

La première recommandation adressée au Secrétariat Exécutif est relative à la capitalisation de la dimension humaine de l’organisation. A ce propos, l’AG recommande au Secrétariat Exécutif de ‘’bien et mieux valoriser ces hautes compétences scientifiques et techniques, en vue du développement accéléré des ressources humaines du CORAF et de celles de ses membres que sont les Systèmes Nationaux de Recherche Agricole (SNRA)’’

La réduction de la dépendance du CORAF, aux financements extérieurs

Au cours des trois jours de travaux (10-12 avril 2018), les participants ont procédé à un examen sérieux de la situation de l’institution. Un examen qui leur a poussé à formuler une deuxième recommandation relative à la réduction de la dépendance du CORAF, aux financements extérieurs.

Après avoir fait le constat que les financements du CORAF sont essentiellement constitués des contributions des partenaires au développement, l’AG recommande de ‘’mettre en place un mécanisme de financement durable basé, d’une part, sur les contributions des SNRA, à l’aide de l’instauration d’un cadre permanent de dialogue avec les Ministres des finances des pays, et, d’autre part, sur les soutiens des Communautés Economiques Régionales (CER) que sont la CEDEAO, la CEEAC, l’UEMOA et la CEMAC’’.

La prise en compte des produits forestiers non ligneux

Outre ces deux recommandations, l’AG a formulé deux autres relatives à la prise en compte des produits forestiers non ligneux dans les nouveaux Plans Stratégique (2018-2027)  et Opérationnel (2018-2022) et à la gouvernance du CORAF.

S’agissant de la prise en compte des produits forestiers non ligneux,  l’AG a invité le Secrétariat Exécutif  ‘’de bien prendre en compte lesdits produits forestiers non ligneux pour couvrir tous les domaines du secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique d’Afrique de l’Ouest et du Centre et offrir aux exploitants forestiers des opportunités variées d’acquisition de technologies améliorées’’.

En effet, lors de l’examen des plans stratégique et opérationnel, les membres de l’Assemblée générale avaient remarqué la non prise en compte dans les deux documents cadres qui ont été soumis à leur appréciation, de cette catégorie de produits forestiers.

La gouvernance 

La quatrième et dernière recommandation est quant à elle liée à la gouvernance du CORAF, à son système de partenariat avec le secteur privé, à ses relations avec les décideurs politiques et aux perspectives de l’organisation sur les 20 prochaines années.

Tout en se félicitant de la réflexion approfondie menée par des groupes travail constitués de compétences et experts de haut niveau, et reconnaissant la grande valeur des résultats de cette réflexion,  l’AG recommande au Secrétariat Exécutif de ‘’procéder à la revue des résultats des travaux de groupes de la 12 session de l’A.G afin de prendre en compte les propositions pouvant : doter le CORAF d’un dispositif de gouvernance efficace (favorable à l’objectif de génération de technologies améliorées), efficient (de faible coût) et pragmatique (facilitant l’implication de toutes les parties prenantes) ; renforcer le système de partenariat du CORAF avec les organisations de producteurs et le secteur privé, en faveur, notamment, de l’emploi des jeunes et de l’entrepreneuriat féminin.

Toujours au sujet de la gouvernance, l’AG a invité  le Secrétariat Exécutif de ‘’développer les relations du CORAF avec les décideurs politiques, en vue, d’une part, de l’amélioration des possibilités de contribution des SNRA au financement des plans stratégique et opérationnel du CORAF, et, d’autre part, à l’alignement desdits plans aux politiques et programmes de développement inclusif et durable des secteurs agro-sylvo-pastoraux et halieutiques des pays membres’’.

La direction du CORAF est aussi appelée  à ‘’inscrire ses actions dans une perspective de réponse aux besoins de technologies améliorées et des innovations pertinentes pour l’éradication de la faim, la réduction de la pauvreté des ménages ruraux, l’amélioration du niveau de sécurité alimentaire et nutritionnelle, le renforcement de la résilience climatique des groupes vulnérables, et l’amplification des échanges commerciaux transfrontaliers’’.

Plus de 150 délégués ont participé à la 12ème Assemblée générale du CORAF du 10 au 12 avril 2018 à Dakar. Les participants ont examiné et adopté les nouveaux plans stratégique et opérationnel du CORAF qui ouvrent de nouvelles possibilités de générer des innovations technologiques pour lutter contre le changement climatique, l’emploi des jeunes, les disparités entre les sexes et les défis alimentaires et nutritionnels des 23 pays membres de cette espace régional dont la population est estimée à 414 millions d’habitants.

Website

Laisser un commentaire

*