Une nouvelle ère s’ouvre pour la R&D en Afrique de l’Ouest et du Centre

edited 2

L’Assemblée générale du CORAF a approuvé à l’unanimité un nouveau plan décennal ouvrant une nouvelle ère dans le secteur de la recherche et du développement en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Réunie dans la capitale sénégalaise, Dakar, le mardi 11 avril 2018, l’Assemblée générale a approuvé des changements visant à transformer durablement l’économie agricole en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Le plan donne la priorité à la mise à l’échelle des technologies innovantes et, plus important encore, accélère l’adoption des technologies existantes. Parmi les autres grandes priorités figurent la facilitation du commerce et l’accès aux marchés, la réduction des disparités entre les sexes ainsi que la promotion de l’emploi des jeunes.

Le coût total de la mise en œuvre de ce plan est estimé à 60 millions USD pour les cinq prochaines années.

«Aujourd’hui, est une bonne journée pour le CORAF dans la mesure où ses parties prenantes ont trouvé un consensus sur ce qu’elles veulent faire pour contribuer à la prospérité, la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Afrique de l’Ouest et du Centre», explique le Dr Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du CORAF.

« Normalement, nous devrions être ravis. Mais l’énormité de la tâche qui nous attend signifie que nous ne pouvons pas nous permettre une pause. Nous devons immédiatement nous concentrer sur la mobilisation de partenariats appropriés afin de proposer des solutions innovantes pour améliorer les moyens de subsistance de nos populations.  » a poursuivi le Dr Tenkouano.

Les NCoS et les plateformes d’innovation sont essentielles

USAID exprime sa satisfaction

Nous avons parcouru un long chemin, représentant du secteur privé

Les 23 économies d’Afrique de l’Ouest et du Centre sont confrontées à des taux de chômage élevés, en particulier chez les jeunes. L’insécurité alimentaire et nutritionnelle, le changement climatique, les disparités entre les sexes et la migration massive des jeunes vers des destinations inconnues demeurent des défis pressants. Les gouvernements se tournent vers le secteur agricole et particulièrement la recherche de solutions à ces obstacles.

L’adoption des nouveaux plans marque la fin d’un long processus au cours duquel des centaines d’acteurs des gouvernements, de la communauté de la recherche, du secteur privé, des groupes d’agriculteurs et de la société civile ont été consultés.

Lisez aussi :

A propos CORAF?

Le CORAF est une association internationale à but non lucratif de systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) de 23 pays couvrant plus de quarante pour cent de la population africaine, ce qui en fait la plus grande organisation de recherche sous-régionale sur le continent africain. Il a été créé en 1987. Avant cela, la plupart des SNRA étaient faibles et avaient des capacités de recherche limitées et travaillaient généralement de manière isolée. Le principal mandat confié au CORAF à l’époque est de coordonner les activités de recherche et de développement en Afrique de l’Ouest et du Centre. En travaillant ensemble, il y a plus de chances de développer des résultats de recherche révolutionnaires et de pointe,  nécessaires pour libérer le potentiel agricole des deux régions.

Quel est le travail du CORAF?

L’innovation agricole de pointe par la recherche est au cœur de ce que fait le CORAF. L’organisation de recherche basée à Dakar collabore avec les systèmes nationaux de recherche agricole et les centres d’excellence régionaux pour s’attaquer efficacement aux défis transversaux, transfrontaliers et régionaux.

Quelles sont certaines de ses réalisations?

Dans le cadre du Programme des semences de l’Afrique de l’Ouest ( PSAO) financé par l’USAID entre 2011 et 2016, le CORAF a aidé les pays participants à adopter des réglementations harmonisées sur les semences afin de faciliter l’accès des agriculteurs aux semences de qualité et a fait passer de 12 à 25% le taux de semences certifiées produites dans la région. Des modèles commerciaux pour les entreprises agroalimentaires sont maintenant disponibles, tandis que les acteurs privés et publics travaillent désormais ensemble pour assurer la mise à l’échelle de la production et de la distribution de semences nécessaires à la transformation de l’agriculture en Afrique de l’Ouest.

Dans le cadre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) financé par la Banque mondiale, le CORAF a facilité la production et la diffusion de plus de 400 technologies, depuis 2008. Le PPAAO, classé deuxième meilleur projet par la Banque mondiale en 2016, a bénéficié directement à 9 millions de personnes et 49 millions indirectement.

Avec de nombreux chercheurs agricoles africains proches de la retraite, le PPAAO a pu former plus de 1000 jeunes chercheurs pour continuer à faire avancer le programme de recherche agricole dans leurs pays.

Dans l’ensemble, au cours des 30 années d’existence, le CORAF a fourni un soutien en matière de leadership et de facilitation pour développer des objectifs de recherche communs en Afrique de l’Ouest et du Centre.

«Nous ne le disons pas souvent, mais l’un des principaux succès du CORAF au cours des 30 dernières années est le fait d’amener les chercheurs des pays anglophones, francophones et lusophones à travailler ensemble pour résoudre les défis régionaux communs», souligne le Directeur Exécutif du CORAF

Website

Laisser un commentaire

*