CORAF, Les Femmes, la Recherche et le Développement Agricoles

Collage_photos_femmes2_OK

Le Directeur exécutif du CORAF souhaite adresser ses chaleureuses salutations à toutes les femmes employées du CORAF et de l’Afrique de l’Ouest et du Centre,  à l’occasion de la Journée internationale 2018 de la femme. Dans sa déclaration, le Dr. Abdou Tenkouano, souligne les efforts du CORAF en faveur des femmes et déclare que les questions de genre sont essentielles à la stratégie à long terme de l’institution pour atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle.  Lire la suite…

Je suis juste retourné voir le nouveau Plan Stratégique 2018-2027 du CORAF. Dans mon analyse de contenu du document, j’ai remarqué que les termes femmes et genre sont utilisés 49 fois. C’est en hausse de 30 mentions de plus, par rapport à la stratégie précédente, écrite il y a environ dix ans. Maintenant, quand vous regardez nos projets, notre ambition est encore plus élevée. Par exemple, dans le nouveau Programme de transformation de l’agriculture en Afrique de l’Ouest (WAATP), actuellement en cours de conception, nous ciblons l’inclusion de 50 pour cent de femmes dans toutes les interventions du projet.

Qu’est-ce que cela signifie pour le CORAF et notre détermination à relever certains des défis intraitables de l’Afrique de l’Ouest et du Centre? D’une certaine manière, le CORAF reconnaît que si la pauvreté est un défi majeur pour les pays et les communautés de notre région, la pauvreté rurale est avant tout féminine – et nous ne pouvons pas nous permettre d’apporter des solutions de recherche et de développement insensibles à cette dure et inacceptable réalité.

Alors que la communauté internationale célèbre les femmes, la plus grande organisation de recherche sous-régionale d’Afrique, voit là une opportunité de mettre en lumière les nombreuses technologies et innovations sensibles au genre qui, si elles sont adoptées, peuvent transformer fondamentalement la vie de millions de femmes et de filles,  et en général favoriser le bien-être de nos populations.

Comment nous l’avons bien fait ?

Entre 2013 et 2016, le CORAF a dirigé un projet de génération et d’adoption de technologies, financé par plusieurs donateurs, connu sous le nom de Fonds fiduciaire multi-donateurs (MDTF).

Dans le rapport d’achèvement du projet, les rapporteurs ont constaté que davantage de femmes ont accédé, adopté et utilisé des technologies innovantes pour améliorer la productivité agricole en Afrique de l’Ouest, au cours de la période 2013-2016.

Par rapport à la base de référence de 2013 au cours de laquelle le projet MDTF a démarré, les données montrent que le sort des femmes s’est considérablement amélioré à la fin du projet. Les femmes ont presque doublé leur participation par rapport à l’objectif initial. Plus précisément, près de 44 000 femmes ont été atteintes alors que l’objectif au départ était d’atteindre 22 000 personnes. Cela représente donc une augmentation de 200 %. Dans l’ensemble, le projet a touché environ 100 000 personnes dans les pays et les communautés participants, contre un objectif de 82 000 personnes. « Le taux de réalisation de 123 % qui en résulte, nettement au-dessus de l’objectif initial, était entièrement dû au nombre croissant de femmes impliquées dans les plates-formes d’innovation. »

«Les progrès des femmes dans l’adoption des technologies et des innovations ont été impressionnants, les femmes se rapprochant de la parité avec les hommes dans ces domaines», conclut le rapport.

Les femmes comme catalyseurs de l’innovation

Comment renforcer celles qui sont dans les champs ? C’est une partie de l’équation. Donner aux femmes les moyens de mener les découvertes, les inventions et les recherches d’aujourd’hui et de demain, est peut-être plus critique. C’est pourquoi le CORAF a fait de la formation de la prochaine classe de chercheurs agricoles, une priorité centrale. Prenons par exemple, depuis 2008, trois chercheurs sur dix formés dans le cadre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) étaient des femmes. Au total, plus de 1000 jeunes chercheurs ont été formés dans le cadre du WAAPP. Et beaucoup plus sous nos autres projets. De notre point de vue, c’est probablement l’un des seuls moyens de générer une recherche qui réponde aux besoins des femmes et des filles de notre région.

Intégration du genre comme priorité centrale

En 2010, le CORAF a adopté une politique de genre pour garantir que les questions relatives aux femmes soient systématiquement intégrées dans nos activités. Depuis l’adoption du plan en 2010, des progrès considérables ont été accomplis pour répondre aux préoccupations des femmes et des filles en matière d’accès, d’adoption et d’utilisation des technologies et innovations agricoles en Afrique de l’Ouest et du Centre.

L’approche de la plate-forme d’innovation attire plus de femmes

En 2008, le CORAF à travers le WAAPP a créé des plateformes d’innovation dans le cadre d’un programme plus vaste visant à améliorer les systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest. Ces forums servent d’espaces pour l’échange informel, l’apprentissage, le partage et l’adoption de technologies agricoles, d’innovations et de meilleures pratiques parmi les principaux acteurs de la chaîne alimentaire dans une communauté donnée. La plupart des femmes participant à ces plateformes, ont acquis de nouvelles connaissances et le savoir-faire pour utiliser certaines technologies ou démarrer des start-ups à travers ces espaces. Cela explique aussi pourquoi ces plateformes sont essentielles pour approcher davantage de femmes à l’avenir.

Et pourquoi devrions-nous nous concentrer sur les femmes?

Selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les femmes représentent 62 % de la population agricole active en Afrique. Elles jouent un rôle clé dans la production alimentaire et subviennent aux besoins de leurs ménages. Cependant, elles ont un accès et un contrôle limités sur les technologies agricoles et les innovations, les services de vulgarisation, l’éducation, les services financiers et l’emploi rural. Cette situation compromet dans une certaine mesure les efforts de croissance agricole durable et de sécurité alimentaire et nutritionnelle sur le continent. On ne peut nier qu’en dépit de tous les discours et de toutes les actions, nous n’avons pas réalisé ce que nous souhaitions en termes d’inclusion et d’égalité des sexes. Une partie de ce défi est le manque d’éducation. C’est pourquoi le CORAF se concentre sur l’éducation des jeunes femmes scientifiques et sur l’autonomisation des communautés et des personnes à saisir les opportunités pour améliorer leurs moyens de subsistance.

À l’avenir, nous mettrons l’accent sur les femmes et nous espérons que grâce à certaines des solutions technologiques et d’innovations que nous proposons, nous pourrons inverser collectivement la tendance inquiétante de la pauvreté rurale et urbaine qui touche malheureusement surtout les femmes. C’est la moindre contribution que nous puissions faire pour améliorer le sort des femmes en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Enfin, sur une note personnelle, je réitère notre ferme engagement à respecter l’intégrité des femmes sur le lieu de travail. Nous avons vu et entendu de nombreuses histoires concernant le harcèlement des femmes dans les lieux de travail à travers le monde. Le harcèlement, sous quelque forme que ce soit, est injustifiable et intolérable. Il ne fait aucun doute que le CORAF est fermement engagé dans cette dynamique de respect.

Au nom du personnel du CORAF, je vous souhaite une joyeuse Journée internationale 2018 de la femme.

Website

Laisser un commentaire

*