Le SIR augmente les revenus des agriculteurs au Mali

IMG_6760

Le Système d’intensification du riz (SIR) contribue à rapprocher les agriculteurs ruraux de l’autosuffisance alimentaire dans plus de 50 pays avec l’aide d’organisations telles que le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF). Il peut potentiellement réduire la consommation d’eau, augmenter la productivité des terres et fournir un tampon contre les impacts du changement climatique tout en réduisant la dépendance aux intrants artificiels, comme les pesticides et les engrais artificiels.

Le Mali, où le riz est l’aliment de base, importe plus de 45 pour cent de son riz. Le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), un programme du CORAF, a introduit des méthodes SIR pour augmenter durablement la production de riz et réduire l’insécurité alimentaire. Le SIR crée deux périodes de récolte possibles au Mali, réduisant ainsi la durée de la période de soudure. Avec l’augmentation des revenus, les agriculteurs achètent des compléments alimentaires et investissent dans l’éducation.

« Avec cette pratique, je peux nourrir ma famille et les revenus générés m’ont permis de couvrir les frais de santé et les frais de scolarité de mes enfants », explique Adama Dougnon, producteur de riz dans la région de Ségou au Mali. « Avant, je pratiquais la méthode d’ensemencement à la volée. Avec 120 kilogrammes de graines de riz paddy, je peux récolter 3-4 tonnes par hectare. Ensuite, je suis passé à un système de transplantation de riz régulier qui m’a permis d’obtenir environ 5 tonnes avec 80 kilogrammes de graines par hectare. Mais l’introduction du SIR par le PPAAO a considérablement augmenté mes rendements. Actuellement, mes rendements sont estimés entre 8 et 8,5 tonnes par hectare, avec un maximum de 15 kilos de semences de riz paddy ».

« Nous ne devrions pas avoir des pénuries alimentaires dans le monde si nous utilisions mieux nos terres, notre eau, nos semences, notre travail et nos ressources en capital », déclare Norman Uphoff, professeur émérite de gouvernement et d’agriculture internationale à Cornell University and Conseiller principale, Réseau international SIR et Centre de ressources (SRI-Rice).

Selon l’Institut international de recherche sur le riz (IRRI) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le riz est le grain le plus important pour la consommation humaine. Globalement, le riz fournit 20 pour cent de toutes les calories consommées, avec jusqu’à 70 pour cent dans certaines régions. Le riz est cultivé principalement dans les petites exploitations et le rendement global moyen est d’environ quatre tonnes/hectare. Alors que la production de riz est restée stable pendant des décennies, la demande de riz augmente régulièrement à mesure que les populations augmentent.

« Répondre à nos besoins alimentaires de manière plus adéquate, plus équitable et plus durable ne sera pas possible avec nos technologies et nos mentalités actuelles, compte tenu des contraintes croissantes du changement climatique », explique M. Uphoff. « Ce que nous apprenons sur les contributions que les microbes bénéfiques peuvent apporter à la croissance et à la santé des cultures et des animaux (ainsi qu’humaines) est en soi une source d’inspiration et d’impulsion pour un travail pluridisciplinaire et collaboratif sur le développement agricole et rural ».

Le SIR est une approche de gestion des cultures développée par le Père Henri de Laulanié à Madagascar en 1983. L’objectif est de créer un sol riche en nutriments et de donner aux plantes individuelles la possibilité de se développer, leur permettant de développer un système racinaire plus fort. Cela conduit à des plantes plus fortes et des rendements plus élevés. Pour la production de riz irrigué, les agriculteurs transplants de jeunes plants uniques, en les espaçant largement dans un quadrillage. Ils gardent les sols humides et fertiles mais pas inondés, les enrichissant de compost et d’autres sources de nutriments organiques. Le désherbage est fait tôt et régulièrement, en aérant le sol, avec des mauvaises herbes rajoutées au sol pour se décomposer. Ces pratiques peuvent être adaptées aux conditions locales, telles que la disponibilité de l’eau, les conditions du sol, les conditions météorologiques, la disponibilité de la main-d’œuvre et l’accès aux semences.

L’adaptation des pratiques SIR peut doubler les rendements tout en réduisant les coûts d’un quart et en économisant jusqu’à 40% d’eau en plus. Au Bihar, en Inde, de fortes augmentations de la productivité et des nombreux avantages socio-économiques ont été observés, en particulier chez les femmes. Dans le nord du Myanmar, dans des conditions pluviales, les revenus nets des ménages provenant de la production de riz ont été multipliés par huit. Selon Oxfam, « cultiver plus de riz avec moins d’eau et d’intrants agrochimiques est essentiel pour la sécurité alimentaire future et la durabilité environnementale ». Plus de 50 pays appliquent la méthodologie SIR et modifient les pratiques en conséquence.

« Pour les agriculteurs de subsistance, ce type d’augmentation peut faire la différence entre ne pas avoir assez de riz pour manger et être autosuffisant. C’est énorme », explique Caryl Levine, cofondateur et copropriétaire de Lotus Foods. « Ils atteignent souvent l’autosuffisance des ménages en seulement un ou deux cycles, et après cela, ils ont des excédents à vendre. Notre partenaire de la chaîne d’approvisionnement au Cambodge a constaté que le revenu net, après les intrants et les coûts de main-d’œuvre, de la culture du riz était le plus élevé pour les agriculteurs produisant du riz biologique SIR avec un revenu pouvant atteindre 745 USD ; les agriculteurs traditionnels ont perdu environ 70 USD ».

L’article original a été publié pour la première fois sur Foodtank

Website

Laisser un commentaire

*