« La collaboration PPAAO-TAAT peut rapidement transformer l’agriculture  », officiel de l’IITA

neyat (1)

Avec la diminution de l’aide pour faire face à une liste croissante de problèmes dans les pays en développement, travailler de manière isolée pour relever des défis de nature similaire n’est plus une option.

Pour l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA), qui a été mandaté pour mettre en œuvre un ambitieux programme d’adoption de nouvelles technologies en Afrique connu sous le nom de Technologies pour la transformation agricole en Afrique (TAAT), travailler en collaboration avec d’autres partenaires est évidemment la bonne chose à faire. Lorsque les organisations rassemblent leurs avantages comparatifs, elles peuvent maximiser l’impact et être plus efficaces dans la réalisation des résultats de développement.

 » Notre attente est essentiellement de voir comment nous pouvons travailler ensemble pour une exécution collaborative plutôt que compétitive « , a déclaré le Dr Chrysantus Akem, gestionaire du programme TAAT à l’IITA.

L’IITA est la principale agence d’exécution de TAAT financée par la Banque africaine de développement (BAD) tandis que le CORAF est le principal organisme d’exécution du Programme de transformation agricole de l’Afrique de l’Ouest (PTAAO/WAATP). La Banque mondiale finance ce dernier et il sera opérationnel à la fin de 2018.

À la mi-novembre, le Dr. Chrysantus Akem a participé à une réunion pour développer le nouveau Programme de transformation agricole de l’Afrique de l’Ouest (PTAAO/WAATP) lors d’un atelier des principaux partenaires à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Dans l’entretien qui suit, il donne un aperçu de comment il voit le partenariat potentiel avec le CORAF et d’autres partenaires nationaux, régionaux et internationaux. Lisez plus :

CORAF : Tout d’abord, qu’est-ce que TAAT ?

Dr. Chrysantus Akem : TAAT est la technologie pour la transformation de l’agriculture africaine. Il a été formulé par la BAD pour prendre en compte les technologies conçues par le GCRAI et les centres nationaux de recherche agricole pour transformer l’agriculture en Afrique.

CORAF : Comment l’IITA est-elle devenue l’un des principales agences d’exécution de ce programme ?

Dr. Chrysantus Akem : Essentiellement, l’IITA a été approché par la BAD pour jouer un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de ce programme. Il était basé sur les résultats de l’Appui à la recherche agricole pour le développement des cultures stratégiques en Afrique (ADRD-SC). Il s’agissait d’un programme quinquennal financé par la BAD. Les excellents résultats produits par le programme ont convaincu la BAD que l’IITA pourrait jouer un plus grand rôle dans TAAT.

CORAF : Excellent. Nous comprenons que travailler sur un partenariat avec d’autres institutions de recherche nationales et régionales est essentiel à l’approche de réalisation de TAAT. Nous comprenons également que vous cherchez à travailler avec le PTAAO. Pourriez-vous nous dire concrètement ce que vous attendez du CORAF, le principal organe de mise en œuvre du PTAAO ?

Dr. Chrysantus Akem : Après la fin de l’ADRD-SC, nous avions l’intention d’aller à la phase deux. Puis, soudainement, nous nous sommes rendus compte que la phase II consistait essentiellement à étendre le programme pour développer les technologies qui ont été créées. Lorsque la BAD a décidé que TAAT sera l’un des piliers de Feed Africa (Nourrir l’Afrique), l’un des cinq domaines prioritaires stratégiques de la BAD, nous avons réalisé que cela reflétait ce que nous avions l’intention de faire dans ADRD-SC II. Donc, nous avons manifestement décidé de participer et d’élargir le programme non seulement pour nous concentrer sur quatre produits, mais sur autant de produits que les constituants nationaux voulaient. C’était l’intention initiale. Trente-cinq pays qui ont participé au premier atelier ont exprimé leur intérêt à faire partie de TAAT. Dix-huit chaînes de valeur ont été sélectionnées pendant l’atelier en tant que domaines prioritaires. Après une série de réunions, nous nous sommes tous limités à ce qu’ils voulaient. En même temps, nous avons réalisé que le Programme de productivité agricole de l’Afrique de l’Ouest (PPAAO) financé par la Banque mondiale faisait la même chose. Le timing ne pourrait pas être plus juste. Nous avons tous compris que la transformation de l’agriculture africaine était notre objectif. C’est ainsi que nous avons commencé à penser de la même façon. Donc, le président de la BAD a approché le président de la Banque mondiale et a ensuite suggéré que ces deux programmes travaillent ensemble de manière collaborative pour transformer l’agriculture en Afrique. Cela a posé les bases de la collaboration entre l’IITA, l’agence d’exécution principale de TAAT et le CORAF qui met en œuvre le PPAAO de la Banque mondiale. C’est là que nous avons commencé cette collaboration. Nos attentes sont essentiellement de travailler ensemble pour une réalisation collaborative plutôt que concurrentielle. Nous voulons voir comment nous pouvons transformer les silos dans lesquels nous avons fait des recherches en tant qu’institutions et régions différentes et le faire ensemble et en collaboration pour transformer l’agriculture en Afrique. Je crois que c’est une occasion unique de changer, et nous devons le faire, et j’espère que nous pourrons le faire cette fois-ci.

CORAF : Y a-t-il des domaines de collaboration que vous avez déjà identifiés ?

Dr Chrysantus Akem : Oui. Nous avons eu quelques réunions au cours desquelles des domaines de collaboration ont été identifiés.

CORAF : Pouvez-vous en nommer quelques-uns ?

Dr. Chrysantus Akem : Celui qui se démarque est la transformation variétale.
Chacun des produits a des variétés cibles choisies soit en raison du rendement, soit en raison de l’adaptation qu’elles veulent apporter à l’échelle. C’est une bonne opportunité car c’est une technologie qui se démarque. Le deuxième est la mécanisation. Nous savons tous que nous ne pouvons pas transformer l’agriculture en Afrique en utilisant la houe et la machette. Certaines personnes ont dit en plaisantant, la houe et la machette doivent appartenir au musée et nous devons nous concentrer sur la mécanisation. Comment pouvons-nous regarder ces options de mécanisation – que ce soit la production ou la post-récolte sur laquelle nous pouvons nous concentrer pour transformer l’agriculture en Afrique ? La transformation est également au cœur de ce que nous examinons. Nous voulons l’envisager comme une chaîne de valeur. Donc, la technologie sur laquelle nous nous concentrons va de la production jusqu’au consommateur final. Ce sont les deux domaines clés que nous voulons examiner, et qui est le même objectif du PTAAO. Le PPAAO se penche sur la technologie tout au long de la chaîne de valeur. À l’IITA et au CGIAR, nous avons travaillé sur la sélection de variétés à haut rendement, adaptées, résistantes à tous les différents ravageurs et maladies, et nous pensons avoir des technologies pour transformer rapidement certaines de ces variétés afin que nous puissions atteindre les rendements maximums ou la transformation requise pendant une courte période. Nous sommes prêts à prendre certaines de ces techniques à l’échelle. Prends pour exemple : Si vous prenez un hectare de manioc, vous pouvez multiplier le matériel et planter 10 hectares. Nous avons des méthodes qui peuvent augmenter ceci 100 fois en moins d’un an et être en mesure d’avoir suffisamment de matériel pour planter cent fois ce que vous avez commencé. Ce sont les technologies que nous sommes prêts à utiliser pour transformer les technologies sur le manioc. Si nous considérons l’igname comme un autre exemple, nous avons mis au point des techniques permettant d’utiliser les vignes de l’igname pour produire un tubercule et de multiplier par cent ce que nous pouvons faire maintenant. Il y a donc des technologies que l’IITA est prête à utiliser, et nous sommes prêts à partager certaines de ces techniques avec les autres pays afin que nous puissions rapidement transformer l’agriculture dans le cadre de la collaboration conjointe PPAAO/TAAT.

CORAF : Vous venez de parler de silos ; Comment envisagez-vous de travailler avec les systèmes de recherche agricole nationaux et régionaux à travers l’Afrique pour adapter les technologies et atteindre les résultats escomptés ?

Dr Chrysantus Akem : Pour briser les silos, nous devons commencer à planifier ensemble. Il est maintenant temps de planifier ensemble avec tous les partenaires. À l’heure actuelle, nous avons la BAD et la Banque mondiale. Les deux donateurs veulent faire une différence. Le CORAF et l’IITA sont les deux agences d’exécution. Pour être efficace, nous devons réfléchir ensemble et développer nos priorités ensemble. Par ailleurs, l’IITA et le CORAF ont des partenaires similaires aux niveaux national et régional. Donc, si nous faisons le plan préliminaire sur la façon dont nous pouvons prendre cette mesure à l’échelle et ensuite engager les partenaires nationaux et élaborer des modalités, cela peut faire la différence. Plus important encore, les partenaires nationaux doivent se joindre à nous parce que nous voulons que ce soit durable cette fois. Nous voulons que TAAT soit la propriété de partenaires nationaux.

CORAF : Et en parlant de durabilité, TAAT et WAATP finiront à un moment donné. Comment vous assurez que les pays s’approprient ces programmes et mettent en place des arrangements durables ?

Dr Chrysantus Akem : Oui. La planification est un aspect que nous devons intégrer dans le programme dès la phase de conception. Les programmes passés ont essayé de le faire, mais ils n’ont peut-être pas été très efficaces. Mais nous devons le faire cette fois de manière à obtenir l’engagement des partenaires nationaux. L’un des moyens de garantir l’engagement des pays consiste à obtenir un financement de contrepartie. Cela signifie que les partenaires nationaux doivent non seulement s’associer mais aussi apporter leur propre contribution. Cela signifie qu’il faut fournir du personnel, du terrain et d’autres infrastructures telles que des laboratoires pour que cela devienne un programme continu. Et nous voulons également faire en sorte que les pays intègrent cela dans les processus de planification des programmes agricoles nationaux. De cette façon, vous n’avez pas de différence entre les programmes nationaux et internationaux. Si cette planification devient une affaire annuelle où le personnel technique et politique des gouvernements nationaux est systématiquement impliqué, cela mènera à un assentiment et à un engagement complet. Avec cette approche, nous croyons que cela peut effectivement être durable même lorsque nous commençons à nous retirer.

CORAF : Nous terminons toujours cette conversation en vous posant une question très individuelle. Vous êtes sur la scène du développement depuis très longtemps, alors que nous commençons à planifier ce programme critique pour les régions de l’ouest et du centre, avez-vous une préoccupation majeure ?

Dr Chrysantus Akem : Oui. Ma préoccupation est celle d’honorer les engagements. La déclaration de Malabo stipulait que les pays investiraient au moins 10% de leurs budgets nationaux dans l’agriculture. D’après ce que nous savons, seuls quelques pays ont respecté cet engagement et très peu d’autres l’ont fait jusqu’à cinq pour cent. Donc, ma préoccupation est que nous devons cesser de parler et passer aux actes. Le gouvernement africain a besoin de mesurer l’engagement par ce qu’il fait et pas seulement ce qu’il parle parce que le temps est venu où nous devons aller au-delà de parler et commencer à agir.

CORAF : Merci beaucoup de nous avoir parlé. Nous apprécions votre temps.

Dr Chrysantus Akem : Merci beaucoup. C’est un plaisir. J’espère, et j’attends avec intérêt de voir une relation de collaboration solide entre l’IITA et le CORAF.

Website

Laisser un commentaire

*