Les agriculteurs adoptent de nouvelles variétés de maïs, démontrent les résultats préliminaires d’une nouvelle étude

corn (1)

Les nouvelles variétés de maïs se sont avérées performantes, adaptables et résistantes à différents ravageurs et maladies, et pourraient potentiellement augmenter les revenus des acteurs du secteur.

Selon les résultats préliminaires d’une nouvelle évaluation d’impact visant à mesurer l’adoption de variétés de maïs améliorées au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Mali, le taux d’adoption moyen est de 88 pour cent.

L’âge, le fait que le maïs soit la culture principale, l’appartenance à un groupe, le nombre d’actifs agricoles dans chaque ménage et la participation à la formation dans la production de maïs sont quelques-unes des variables qui déterminent l’adoption.

L’étude actuellement en cours de discussion et validation dans un atelier régional à Ouagadougou au Burkina Faso montre que l’adoption de nouvelles variétés pourrait potentiellement augmenter les bénéfices d’environ 35 pour cent.

La pauvreté, l’étude a trouvé, est réduite de près de 9 pour cent pour ceux adoptant de nouvelles variétés.

Le CORAF a entrepris l’évaluation d’impact dans le cadre de la mise en œuvre d’une série de projets visant à améliorer le secteur du maïs, de l’élevage et du coton dans les pays membres de l’UEMOA.

« Le maïs est la céréale la plus cultivée et la plus consommée au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et au Mali, elle est essentielle à la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population des pays membres de l’UEMOA », explique le Dr Abdulai Jalloh, le nouveau directeur de la recherche et de l’innovation du CORAF.

La promotion du secteur du maïs grâce à la recherche collaborative et innovante est l’un des principaux domaines de travail du CORAF. Pour ce projet spécifique, le CORAF a travaillé conjointement avec l’INRAB, l’INERA, le Centre National de Recherche Agronomique de Côte d’Ivoire et l’Institut de l’économie rurale du Mali (IER).

Un projet d’amélioration du maïs d’une valeur d’environ 238 182 USD au Bénin, au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire a récemment été approuvé par le CORAF. Ce projet poursuivra le renforcement des filières maïs dans ces trois pays.

Website

Laisser un commentaire

*