De nouvelles variétés de manioc qui changent la vie des femmes en Côte d’Ivoire

casava1

A cinquante-neuf ans, Kouamé Akissi est mère de sept enfants et habite Toumodi, dans la partie centrale de la Côte d’Ivoire. Grâce aux connaissances, aux nouvelles variétés et à la formation obtenue à l’une des interventions agricoles les plus réussies en Afrique de l’Ouest, elle a non seulement comblé l’écart de revenu qui lui permet désormais d’assumer l’entière responsabilité de sa famille mais aussi de produire plus de manioc sur un hectare de terre.

« Un jour, j’ai reçu un appel téléphonique pour m’inviter à un atelier de formation à Abidjan. Personne n’aurait pu imaginer que le résultat de la formation serait une expérience qui transforme la vie », déclare Akissi en souriant.

Akissi dit qu’elle produit des espèces améliorées de manioc, contrôlées et classées par des chercheurs ivoiriens. Cela comprend le bocoui et Yavo ainsi que Ampong, Sma, Olekanga, Brony, Brankye, Otuhia, obtenus du Ghana voisin dans le cadre d’un système d’échange régional pour faciliter la libre circulation des espèces améliorées d’un pays à l’autre.

Avec la bénédiction du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), ses espèces ont augmenté leurs rendements variant entre 20 et 50 tonnes par hectare. Forte de son expérience dans la transformation du manioc, Akissi a fondé Etranou, une coopérative locale qui signifie « Unissons-nous » dans la langue Baoulé parlée principalement dans le centre de la Côte d’Ivoire. Le groupe rassemble environ 30 femmes du village.

Un centre de racines et tubercules basé à Kumasi au Ghana mène une recherche sans précédent sur les variétés de manioc en Afrique de l’Ouest

Les membres d’Etranou ont également vu leurs revenus augmenter de 10%. Akissi est maintenant régulièrement invitée à se joindre à d’autres groupes de femmes pour partager ses connaissances et aider à améliorer la production de manioc.

« Nous n’avons jamais pensé que c’était possible », dit-elle.

Mais grâce aux nouvelles connaissances et à ses capacités améliorées par le PPAAO, elle est maintenant un témoignage vivant de l’utilisation du manioc pour améliorer à la fois sa situation de subsistance et son revenu.

Avec certaines technologies approuvées par le PPAAO, la transformation du manioc est devenue considérablement plus facile qu’auparavant.

Elles coupent leurs maniocs. Puis elles les mettent dans la machine et ensuite, appuient sur un bouton. En quelques minutes, la machine d’une capacité de broyage de 100 litres livre du manioc moulu, plus fin et plus propre que jamais fait avec ses mains le long des champs au motif du damier vert et marron couvrant un large tronçon de Man, Bouaké et Brendressous à l’ouest et au centre de la Côte d’Ivoire.

La joie d’Akiri est à peine unique

Tano Viviane, une mère de six enfants, âgée de 50 ans et originaire de Bouaké dans le centre de la Côte d’Ivoire, a acquis le surnom de ‘Kwasio manioc’, signifiant Maman manioc, pour ses 25 ans d’implication dans la production de manioc.

Le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement agricoles (CORAF), principal organisme de recherche de la région coordonnant les technologies innovantes dans le secteur agricole, a reconnu son rôle dans le secteur du manioc.

« J’ai reçu 3 millions de francs CFA (environ 5500 USD) dans le cadre du prix », dit Tano.

Elle a investi l’argent dans le processus de production du manioc et en a distribué des crédits aux agriculteurs du village.

Elle dit que le crédit a généré un faible intérêt de 2% et une augmentation de 10% des revenus de son groupe.

Demande croissante avec offre limitée

Des entreprises internationales, y compris des entreprises néerlandaises, ont contacté son groupe en 2016 pour l’approvisionnement en manioc. Bien que cela présente d’énormes opportunités de croissance, l’assemblage des capitaux et des intrants nécessaires pour produire à grande échelle afin de répondre à la demande nationale et internationale reste un défi pour ces petits producteurs de la région.

« Il y a une demande, mais jusqu’à présent, nous n’avons pas assez de capitaux et les bons outils de mécanisation pour produire suffisamment pour répondre à la demande locale et internationale », explique Mme Kouamé Akissi.

Cependant, en Afrique de l’Ouest, où le pourcentage de femmes pauvres augmente avec la population croissante, ces nouvelles technologies et variétés de cultures offertes par le PPAAO apportent de nouvelles opportunités économiques pour les femmes de connaître des changements significatifs dans leurs moyens de subsistance.

« Je suis responsable pour toute ma famille. Mon mari est malade et je suis aujourd’hui le soutien de la famille », ajoute Akissi.

La farine de manioc débloque des entreprises de pâtisserie

Jusqu’à récemment, la plupart des petites entreprises de boulangerie en Côte d’Ivoire étaient confrontées à des défis importants liés à l’obtention de matières premières, y compris la farine.

Grâce au PPAAO, de nombreux obstacles sur le marché de la pâtisserie sont en train de diminuer. La pâtisserie et le pain sont maintenant produits avec de la farine de manioc peu coûteuse, plus nutritive et facile à produire.

Le directeur de Top’Pain, une entreprise de pâtisserie de premier plan basée à Abidjan, Louis Kakou, reconnaît que grâce au manioc généré par le PPAAO, ils disposent désormais de suffisamment de farine pour développer leurs activités et répondre à la demande locale.

« Avant les ateliers de formation organisés par le PPAAO, les femmes boulangères ne savaient pas qu’on pouvait utiliser la farine locale pour cuire et obtenir de bons résultats », explique le directeur de Top’Pain.

Le WAAPP a formé 500 entreprises, dont 350 boulangers et 150 pâtissiers. Solange Mundi, boulanger et professeur de boulangerie dans un institut d’Abidjan, déclare : « Je peux maintenant économiser plus d’argent car la farine locale est moins chère, et cela a un impact sur tout le cycle de production et de vente.

Avec la Banque mondiale qui investit dans le PPAAO, l’Afrique de l’Ouest est en train de devenir un laboratoire pour tester de nouvelles approches pour stimuler la production alimentaire. Les experts conviennent que les femmes tiennent l’avenir de la transformation agricole dans la région.

« Ce que nous avons vu avec ce projet innovant est que la recherche et le développement sont essentiels pour créer de nouvelles opportunités pour les acteurs de l’économie agricole de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique de l’Ouest en général », explique le Dr Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif de CORAF, l’organisation de recherche basée à Dakar.

« C’est une période passionnante dans l’agriculture en Afrique de l’Ouest. Notre objectif principal est de tirer parti de ces femmes, des jeunes et de ces technologies favorables au climat pour transformer le système agro-alimentaire en Afrique de l’Ouest dans la décennie à venir ».

Website

Laisser un commentaire

*