Prévenir la crise alimentaire en Afrique de l’Ouest : quel est le rôle du CORAF?

banana farm

Le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement agricoles (CORAF) a été invité à participer à un événement régional annuel important en Afrique de l’Ouest pour discuter de solutions durables pour prévenir la faim dans la région.

La 33ème réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) est organisée par le Club du Sahel et l’Afrique de l’Ouest (SWAC). Il se tiendra à Cotonou, au Bénin, du 4 au 6 décembre 2017 et portera sur les problèmes alimentaires et nutritionnels auxquels l’Afrique de l’Ouest est confrontée.

Au centre de la participation du CORAF à l’événement de cette année sera une discussion sur une intervention multipartite de 2014 qui a considérablement contribué à la prévention d’une crise alimentaire au plus fort de l’épidémie d’Ebola. Tout en tirant les leçons de l’intervention d’Ebola mise en œuvre par le CORAF, la session permettra également aux participants de considérer l’état de préparation de la région et sa capacité améliorée à faire face à des crises similaires à l’avenir.

En tant que la plus grande organisation de recherche sous régionale en Afrique, le CORAF contribue considérablement à la croissance des systèmes alimentaires dans la région grâce à la recherche innovante et aux technologies intelligentes pour lutter contre les effets du changement climatique.

« En collaboration avec le secteur privé, les donateurs et les décideurs de plusieurs pays, le CORAF a livré des semences ponctuelle et essentielles aux communautés affectées au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone », explique le Dr Abdou Tenkouano, Directeur exécutif du CORAF.

« Dans l’histoire de l’Afrique de l’Ouest, il y avait rarement eu une telle manifestation de solidarité entre les États membres de la Communauté. Pour la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), un témoignage parfait de sa vision de promouvoir l’intégration régionale et la collaboration intersectorielle pour relever les défis à l’échelle régionale ».

Intitulée « Semences de la résilience et de la solidarité régionale », la manifestation parallèle de la CORAF discutera également des solutions pour faire face aux défis émergents tels que le changement climatique.

La conception de techniques innovantes, de variétés de cultures intelligentes face au climat et d’approches innovantes pour la mise en oeuvre de la réglementation des semences ont été au centre des récents travaux du CORAF et de ses partenaires. Ces actions ont permis d’accroître l’offre de semences de qualité dans la région et ont considérablement soulagé des millions de producteurs et d’agriculteurs de la difficulté d’accès à des semences de qualité.

En travaillant avec le secteur privé, il a également permis une plus grande implication des entreprises dans le secteur.

Le CORAF est mandaté pour servir de bras technique à la CEDEAO, à l’UEMOA, à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC) et à la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). Il est l’un des organes de mise en œuvre du Pilier 4 du Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA) conçu pour améliorer la sécurité alimentaire et les revenus en Afrique. Le pilier 4 vise spécifiquement à améliorer la capacité du système de recherche agricole à développer et à diffuser de nouvelles technologies appropriées.

À cet égard, le CORAF a été désigné par la CEDEAO pour mettre en œuvre le Programme des semences de l’Afrique de l’Ouest. Il s’agit d’un important programme de semences de cinq ans crédité aujourd’hui pour avoir contribué à l’amélioration de l’industrie en Afrique de l’Ouest. De même, le CORAF est désigné pour mettre en œuvre le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest. Les actions complémentaires des deux programmes ont créé une synergie pour les réalisations du développement de l’industrie semencière nationale et régionale, l’amélioration de la productivité agricole et l’Initiative d’appui en semences Ebola.