En Afrique de l’Ouest, la recherche sur les céréales sèches prend de l’essor

riz

La production suffisante de céréales pour améliorer les moyens de subsistance des personnes en Afrique de l’Ouest a été considérablement entravée par le changement climatique, la dégradation des terres et le rendement moyen des céréales

Dans l’un des centres spécialisés en Afrique de l’Ouest, axé sur les céréales sèches, les chercheurs sont voués à développer de nouvelles technologies et variétés pour relever les défis liés à l’augmentation de la production de céréales dans la région.

Au crédit du centre, l’arachide et le niébé ont déjà trouvé des options climato-intelligentes qui aident les agriculteurs à s’adapter aux effets du changement climatique.

Lors d’une récente visite à Dakar en vue de participer au forum « China Investing in Africa », le Dr Juergen Voegele, directeur de la Food and Agriculture Global Practice du Groupe de la Banque mondiale et d’autres responsables de la région ont visité Thies (Sénégal) puis Bambey (Sénégal) pour mieux comprendre le fonctionnement du Centre. Au terme de leur visite, il fallait également apprendre des leçons pour une potentielle réplication dans d’autres régions d’Afrique et même ailleurs dans le monde.

Créé en tant que centre de recherche spécialisé dans les céréales sèches, ce centre regroupe des acteurs clés de la chaîne alimentaire et nutritionnelle au Sénégal et à travers l’Afrique de l’Ouest pour concevoir des solutions adaptables aux agriculteurs et tous ceux impliqués dans le secteur agricole.

« Le changement climatique affecte sévèrement la chaîne agricole au Sénégal et en Afrique de l’Ouest. Depuis 2008, le centre a développé des technologies climato-intelligentes qui contribuent actuellement à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs », déclare Dr. Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du Conseil Ouest et Centre Africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF).

« Il a également fourni une plate-forme d’échange d’informations utiles entre tous les acteurs de la chaîne alimentaire au Sénégal et en Afrique de l’Ouest ».

Le Programme de productivité agricole de l’Afrique de l’Ouest (PPAAO) est responsable de la mise en œuvre de ce programme-phare de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Financé par la Banque mondiale, le programme est techniquement coordonné par le CORAF.

Dans l’ensemble, le PPAAO exploite neuf centres spécialisés en Afrique de l’Ouest qui sont présentement en mise à niveau en centres régionaux d’excellence. Certaines réalisations des centres comprennent environ 200 technologies et innovations qui ont été diffusées, disséminées et adoptées pour améliorer les systèmes alimentaires en Afrique de l’Ouest.

Plus de 8 millions de personnes ont déjà bénéficié directement de ces interventions, pour environ 45 millions de personnes touchées indirectement.

Apprendre du modèle WAAPP

Les experts ont décrit comme succès, les neuf ans d’expérience de mise en œuvre de la première phase du PPAAO.

Des hauts fonctionnaires de la Banque mondiale aimeraient voir un échange d’expériences pour améliorer les interventions similaires dans d’autres régions de l’Afrique.

Website

Laisser un commentaire

*