2ème mission de synthèse 2016 et 9e Réunion du CRP du PPAAO: Tous les pays bénéficiaires et le CORAF / WECARD jugés « satisfaisants » par la Banque Mondiale

20161114_0800113

2ème mission de synthèse 2016 et 9e Réunion du Comité régional de Pilotage du PPAAO: Tous les pays bénéficiaires et le CORAF / WECARD jugés « satisfaisants » par la Banque Mondiale

Le Nigéria a accueilli à Abuja la deuxième réunion de synthèse des missions d’appui et la 9e réunion du Comité régional de pilotage (RSC) respectivement du 14 au 18 et du 21 au 22 novembre 2016. L’occasion de passer en revue les progrès réalisés et les perspectives. Des partenaires clés des centres internationaux de recherche (GCRAI), dont l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA) et le Centre International pour l’Amélioration du Maïs et du Blé (CIMMYT), ont également été conviés aux rencontres.

Les réunions qui se sont tenues au Parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) démontrent l’engagement de la communauté économique régionale à soutenir le PPAAO en tant que son programme phare.

« La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO, a déclaré que son soutien au Programme de productivité agricole de l’Afrique de l’Ouest (PPAAO) a permis l’atteinte de la croissance économique, la création de richesse, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté au profit des Etats membres », a déclaré Tchambakou Ayassor, Commissaire chargé de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en eau, pour la CEDEAO.

« Le WAAPP représente aujourd’hui l’outil unique qui catalyse l’intégration régionale à travers l’échange de technologies et d’innovations et la mobilité des chercheurs et des acteurs entre les pays. Nous construisons ensemble un modèle robuste qui identifie les domaines prioritaires pour des investissements durables et attirant le financement nécessaire pour accélérer la transformation agricole de la sous-région pour la croissance économique « a déclaré Tchambakou Ayassor.

Cette réunion se tenait dans un contexte spécifique de la fin des premières phases du WAAPP 1B et 1C, le 31 décembre 2016. Par conséquent, les discussions ont porté sur les principaux changements induits par l’intervention du programme et les perspectives sur lesquels capitaliser les prochaines phases.

Pour la première fois, le CORAF/WECARD et les 13 pays bénéficiaires ont obtenu la note « Satisfaisante » dans le classement de la Banque Mondiale pour les énormes progrès réalisées dans la mise en œuvre du projet régional.

À ce jour, près de 200 technologies éprouvées et à haut rendement sont générées et ont permis de sortir de la pauvreté plus de 8 millions de bénéficiaires directs et environ 35 millions de familles d’agriculteurs. Le PPAAO favorise également un meilleur accès des femmes aux technologies et aux connaissances agricoles, 43% de femmes productrices d’Afrique de l’Ouest ont bénéficié du projet.

Ces technologies sont utilisées par environ 3 millions d’agriculteurs d’Afrique de l’Ouest sur une surface de plus de 4 millions d’hectares.

Le programme a apporté des changements positifs dans la productivité agricole des communautés des petits agriculteurs à travers une large diffusion de ces technologies agricoles et innovations à travers les 13 pays du projet et au-delà. Aujourd’hui près de 80 technologies ont été échangées par les pays.

En ce qui concerne la nutrition et la sécurité alimentaire, la Guinée et le Sénégal ont été félicités pour d’énormes efforts. Par exemple, en Guinée, le riz étuvé produit dans le cadre du WAAPP est utilisé dans le programme «repas scolaires» du Programme alimentaire mondial (PAM); Au Sénégal, les repas enrichis ont permis de guérir des enfants mal nourris.

Le CORAF/WECARD et les pays du PPAAO ont été exhortés à créer les conditions d’une croissance économique plus inclusive en soutenant l’employabilité des jeunes à travers l’esprit d’entreprise et le développement de modèles économiques qui prennent en compte l’ensemble de la chaîne de valeur. En outre, la mécanisation à petite échelle avec une approche chaîne de valeur a été citée également cité au titre des possibilités à explorer par les pays. Les pays été invités à soutenir davantage ce domaine en se conformant à la Déclaration de Malabo de 2014 tout en s’inspirant du modèle FIRCA pour la mobilisation de financement au profit de la recherche.