Circulation de Ressources génétiques animales en AO : cadre réglementaire harmonisé pour renforcer la sécurité alimentaire

RGAn

« La demande en production de viande s’élève en 2013 à 3,2 millions de tonnes et celle de lait à 5,0 millions de tonnes. Ces demandes ne sont pas satisfaites de manière efficace et la région est reste dépendante des importations. A titre de solution, l’exploitation de la biodiversité animale par l’utilisation des ressources génétiques animales peut être considérée comme un moyen durable d’accroissement de la productivité agricole et le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations dans la sous-région ». Ce sont les principales conclusions de l’étude intitulée  » Identification de propositions pour l’élaboration d’un cadre règlementaire régional pour la circulation et l’utilisation du matériel génétique animal dans l’espace CEDEAO » menée par le CORAF / WECARD.

Du 5 à 6 Avril, 2016, les parties prenantes que ce soit les coordonnateurs nationaux et / ou es points focaux pour les ressources zoogénétiques de la CEDEAO, les organisations de producteurs et le secteur privé sont réunis à Dakar, au Sénégal pour valider les propositions techniques et juridiques de ladite étude afin de développer un cadre réglementaire régional sur la circulation du matériel génétique animal dans la région de la CEDEAO.

CORAF / WECARD, Point Focal sous-régional pour la gestion durable des Ressources Génétiques Animales en Afrique de l’Ouest est mandaté par la CEDEAO pour mener cette étude à travers son programme régional le PPAAO, au vu du besoin urgent de réglementer la circulation et l’utilisation de matériels d’origine animale.

« Ce matériel génétique animal peut être d’origine intra-régional ou provenir d’importation en provenance d’autres régions du monde. Dans les deux cas, la circulation et l’utilisation du matériel animal doit être encadré par une législation pour optimiser les performances zootechniques et la protection de la santé et de la vie des personnes et des animaux. » a déclaré Dr Alioune FALL, président du Conseil d’administration du CORAF / WECARD.

En effet, les tendances récentes dans les systèmes d’élevage des pays d’Afrique de l’Ouest sont caractérisées par la dilution génétique des races locales, avec l’introduction d’animaux exotiques ou de leur semence, dans le but d’accroître significativement le niveau de production animale pour satisfaire la demande. En outre, la biodiversité animale est menacée par les effets du changement climatique, les guerres et conflits sociaux et la persistance des maladies animales. Les systèmes d’élevage intensifs sont caractérisés par une utilisation accrue de matériel génétique animal amélioré (semences animales, embryons, animaux performants).

L’utilisation du matériel génétique animal performant constitue dès lors une condition indispensable pour une augmentation rapide et durable de la production animale en Afrique de l’Ouest. Ce matériel génétique animal peut être d’origine intra-régional ou provenir d’importation en provenance d’autres régions du monde. Dans les deux cas, la circulation et l’utilisation du matériel animal doit être encadré par une législation pour optimiser les performances zootechniques et la protection de la santé et de la vie des personnes et des animaux.

le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP) coordonné par le CORAF/WECARD a pour objectif entre autres de générer et de diffuser des technologies éprouvées dans les filières agro-sylvo-pastorales prioritaires au nombre desquelles les filières d’élevage (bétail-viande et lait).

Website

Laisser un commentaire

*