Résultats saillants de la convention UEMOA-CORAF/WECARD

Composante 1 sur la filière maïs

200 copies d’une note aux décideurs sur les mécanismes de financement durable des chaines de valeur de la filière maïs dans la zone UEMOA ont été diffusées. Celle-ci met en exergue lesuemoa1 composantes essentielles d’une étude commanditée par le CORAF/WECARD en s’appesantissant sur les expériences de financement des chaines de valeurs dans les pays de l’UEMOA, les difficultés rencontrées par les acteurs pour financer la chaine de valeur, les propositions de modèles de financement durable de la chaine de valeur maïs dans la zone et les recommandations qui ont été formulées compte tenu des analyses effectuées. Un projet visant à mettre en pratique un modèle pour un financement adapté et durable du maillon commercialisation de la filière maïs est d’ailleurs en cours de validation par le Comité Scientifique et Technique et le Conseil d’Administration du CORAF/WECARD.

Aussi, une étude sur l’impact de l’adoption des variétés améliorées de maïs sur le bien-être des maïsiculteurs au Bénin, au Burkina-Faso, en Côte d’Ivoire et au Mali est en cours. Elle permettra aux acteurs du développement de la filière du maïs de la zone UEMOA d’avoir des informations chiffrées sur -i- l’impact de l’adoption des variétés améliorées de maïs sur le revenu des populations ; -ii- l’impact de l’adoption des variétés améliorées de maïs sur la pauvreté dans la zone UEMOA ; -iii- le taux d’adoption des variétés améliorées de maïs ; -iv- l’impact de l’adoption des variétés améliorées de maïs sur la scolarisation des enfants dans la zone UEMOA.

 

Composante 2 sur la filière coton

Le projet de valorisation des tiges de cotonnier (TC) dans la fabrication de panneaux de particules (PP) (VATICOPP) a documenté la production de tiges de cotonnier, ses différentes formes de valorisation et le marché des panneaux de particules au Bénin, au Mali et au Togo.

uemoa2

Les paramètres techniques nécessaires pour la fabrication des PP à base de TC sont connus suite à l’analyse des échantillons de tiges de cotonnier du Bénin, du Mali et du Togo. Ils concernent la durée optimale de pressage, le temps de polymérisation en fonction de la teneur en liant et les effets de la densité.

En termes de renforcement de capacité des acteurs, 337 cotonculteurs dont 16% de femmes et 28 techniciens ont été formés à la collecte et à la conservation des TC. Trois (3) plateformes d’innovations sur la chaine de valeur des tiges de cotonnier sont fonctionnelles dans les trois pays d’exécution du projet.

Les locaux du Togo et du Mali devant abriter les unités pilotes de fabrication des PP à base de TC sont réfectionnés, des TC et de la sciure de bois, éléments essentiels pour le processus de fabrication, y sont stockés.

Composante 3 sur les filières Bétail-Viande, Aviculture et Aquaculture

L’état des ressources génétiques animales est établi pour 7 des 8 pays de l’UEMOA. Cinq (5) Plateformes d’Innovations sur la valorisation des ressources génétiques animales et aquacoles locales sont fonctionnelles au Burkina Faso (Dori), en Côte d’Ivoire (Bahompa et Soubré), au Niger (Niamey) et au Sénégal (Daara Djolof).

uemoa3En termes de renforcement des capacités, 33 personnes ont été formées sur les techniques de collecte des données phénotypiques et sur la méthode des « 12 mo » utilisant la mémoire des éleveurs pour reconstituer tous les événements survenus durant les 12 derniers mois dans les troupeaux étudiés lors des enquêtes rétrospectives. Aussi, 28 étudiants dont 10 Licences, 11 Masters et 7 doctorants sont encadrés dans des thématiques spécifiques à la valorisation des ressources génétiques animales et aquacoles locales. Neuf (09) ont déjà soutenu leur mémoire.

uemoa4Aussi, le laboratoire du CIRDES a été renforcé durant l’année 2016 avec l’acquisition, l’installation et la mise en route d’un séquenceur, d’un thermocycleur et d’un lecteur de gel E-gel acquis dans le cadre du projet. Ces équipements sont nécessaires à la caractérisation moléculaire.

uemoa5Quatre (4) marqueurs discriminants pour l’identification du chromosome X chez le Tilapia ainsi que 4 autres qui sont spécifiques au chromosome Y ont été validés parmi 9 marqueurs testés (M2 à M10).

 

Difficultés rencontrées :

  • Retard persistant dans l’acquisition des unités pilotes, prototypes de laboratoire (VATICOPP)
  • Insécurité due à la mutinerie militaire en Côte d’Ivoire (PROGEVAL)
  • Refus de certains éleveurs d’autoriser l’accès à leurs animaux (PROGEVAL)

Perspectives :

  • Visite de terrain avec UEMOA ;
  • Atelier de revue à mi-parcours ;
  • Signature de l’avenant de prorogation de la durée de la Convention jusqu’en Décembre 2018 et
  • Recrutement Assistant de programme Elevage-Pêche-Aquaculture