Le CORAF et ses partenaires forment les acteurs agricoles en systèmes de Protection des variétés végétales

Grâce à un atelier organisé par le CORAF avec d’autres partenaires techniques, environ 25 acteurs des pays anglophones d’Afrique de l’Ouest du secteur de l’industrie semencière, seront dotés des compétences pratiques pour mettre en œuvre efficacement les systèmes de Protection des variétés végétales (systèmes PVV).

Réunis à Accra du 6 au 8 avril 2022, les participants venus pour la plupart de Gambie, du Ghana, du Libéria, du Nigéria et de la Sierra Leone, auront l’occasion d’apprendre les aspects juridiques et institutionnels, l’exploitation des droits de propriété intellectuelle, les dispositions contractuelles pratiques pour l’utilisation (la commercialisation) de la variété protégée par les entreprises de sélection publiques ou privées et les principes des accords de licence, concernant les systèmes PVV.

« Actuellement en Afrique de l’Ouest, peu de pays élaborent et mettent en œuvre un cadre juridique pour la protection des variétés végétales dans le cadre d’un système de droits de propriété intellectuelle », déclare Dr Hippolyte AFFOGNON, Coordinateur du Programme de Partenariat pour la recherche, l’éducation et le développement agricoles en Afrique de l’Ouest (PAIRED), mis en œuvre par le CORAF.

Cet atelier vise à inverser la tendance, notamment dans les pays ciblés, en dotant les acteurs clés du secteur, des compétences nécessaires pour mettre en place et implémenter un système PVV efficace.

Un système PVV efficace est essentiel dans le secteur semencier. Il peut être un outil important pour encourager la création et la diffusion de nouvelles variétés de semences, en garantissant et en améliorant l’accès à l’innovation, au transfert de technologie, à la sécurité alimentaire et à la diversité génétique”

Dr Hippolyte AFFOGNON, Coordinateur du PAIRED.

A la fin de l’atelier, il est attendu que :

  • Le chemin à suivre pour mettre en place un système PVV réussi soit bien comprise par les participants ;
  • Une base de connaissances soit créée pour faciliter l’introduction et la mise en œuvre pratique du système PVV et des droits de propriété intellectuelle dans les pays cibles ;
  • Des plans d’action nationaux pour la mise en œuvre des systèmes PVV soient élaborés.

« Avec cette formation, il est attendu que l’activité de sélection de semences soit davantage développée, en particulier dans les pays ciblés, afin que les agriculteurs puissent avoir à leur disposition, un éventail plus large de technologies et d’innovations répondant à leurs défis actuels et futurs », déclare Dr. Yacouba DIALLO, Expert en Intrants Agricoles au CORAF.

« Sachant que le secteur semencier est l’épine dorsale de l’agriculture, cela contribuera certainement à augmenter le rendement et les revenus des agriculteurs. »

L’organisation de l’atelier s’inscrit dans le cadre du PAIRED, précisément sa composante 3 qui vise à accroître l’utilisation des intrants agricoles de qualité en Afrique de l’Ouest.

L’atelier est organisé conjointement par le CORAF et l’Union pour la protection des obtentions végétales / l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (UPOV/OAPI), le Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS) et la Fondation Access to Seed.

Il fait suite à un précédent atelier du genre, qui s’est tenu l’année dernière et qui a ciblé une cohorte de participants francophones.