Kinshasa accueille une conférence internationale sur l’intégration des pays d’Afrique centrale dans les activités du CORAF

Une rencontre de haut niveau pour passer en revue et valider une nouvelle stratégie pour faciliter l’intégration des États d’Afrique centrale et des Communautés économiques régionales dans les activités du CORAF, s’ouvre à Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC), ce lundi 22 novembre 2021.

Pendant deux jours, les participants à l’atelier régional examineront aussi les opportunités pour renforcer la coopération scientifique entre les États d’Afrique centrale, les institutions gouvernementales régionales, les partenaires au développement, les organisations paysannes et le CORAF.

L’événement est placé sous le patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la RDC. Il sera présidé par le Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation Technologique.

Le CORAF a récemment élaboré un plan régional pour favoriser ses activités dans la région de l’Afrique centrale. La rencontre de Kinshasa a pour objectif principal de permettre aux acteurs régionaux d’enrichir la feuille de route et de se l’approprier. 

Le CORAF est le plus grand instrument sous-régional de coordination de la recherche en Afrique, couvrant 23 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Alors que les pays d’Afrique de l’Ouest ont récemment connu des améliorations de leur productivité alimentaire, en partie grâce à des recherches et solutions scientifiques du CORAF, des actions équivalentes n’ont pas été entreprises en Afrique centrale.

« Le CORAF a toujours cherché à répondre aux besoins de recherche de ses membres, y compris en Afrique centrale », déclare Dr Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du CORAF.

« Mais nous convenons aussi que nous avons plus investi en Afrique de l’Ouest qu’en Afrique centrale. Raisons pour lesquelles nous intensifions notre quête de sécurité alimentaire, nutritionnelle et de prospérité dans la région », ajoute Dr Tenkouano.

« Le pivot actuel vers l’Afrique centrale est une forte démonstration de notre engagement envers les besoins de la région. C’est une réponse directe du CORAF pour répondre aux ambitions de la région d’augmenter la productivité alimentaire et de renforcer les capacités de ses institutions de recherche, entre autres. » 

Parmi les principaux partenaires du CORAF en Afrique centrale figurent la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). 

« Je voudrais demander au CORAF d’accroître son implication en Afrique centrale et de continuer à soutenir nos systèmes nationaux de recherche agricole, notamment dans le renforcement des capacités des acteurs du secteur agricole », déclare Son Excellence Honoré Tabuna, Commissaire à l’Agriculture de la CEEAC. Le Commissaire Tabuna, qui est également en charge de l’environnement, des ressources naturelles et de l’eau à la CEEAC, s’est exprimé lors de la réunion d’affaires virtuelle de la 13e Assemblée Générale du CORAF au début de cette année.

Outre les communautés économiques régionales, le CORAF en liaison avec l’Institut national d’études et de recherches agricoles (INERA) de la RDC, l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA), l’Union européenne et le Fonds international de développement agricole (FIDA) pour organiser la réunion stratégique de Kinshasa. L’événement est financé par le projet de Transformation agricole adaptée au climat dirigée par la science en Afrique de l’Ouest et du Centre (CAADP-XP4), un projet financé par l’Union européenne et mis en œuvre par le CORAF.

Quel est le bilan du CORAF en Afrique centrale ?

L’empreinte du CORAF en Afrique centrale remonte à plusieurs décennies avec des projets conçus pour soutenir l’élevage, les cultures, l’aquaculture, l’environnement, l’accès aux marchés et le développement du capital humain (jeunes et femmes). Dans l’ensemble, le CORAF a mis en œuvre une vingtaine de projets dans la région de l’Afrique centrale avec l’objectif primordial de soutenir les priorités de la Politique agricole commune (PAC) de la CEEAC et les politiques agricoles de ses États membres.