L’AATF rend hommage à son directeur sortant

  • Après près de dix ans, le Directeur Exécutif de la Fondation Africaine de Technologie Agricole, Dr Denis Tumwesigye Kyetere, prend une retraite bien méritée ;
  • Dr Canisius Kanangire, précédemment membre du Conseil des Ministres Africains Chargés de l’Eau (AMCOW), prend la relève en tant que Directeur Exécutif de l’AATF ;
  • Fondée en 2003, l’AATF s’efforce principalement de fournir aux agriculteurs d’Afrique subsaharienne des solutions technologiques pratiques capables de répondre à leurs contraintes de productivité agricole et d’améliorer leurs moyens de subsistance ;
  • Ci-dessous, se trouve le texte complet de l’AATF.

« Notre succès vient du soutien et de la collaboration de nombreux partenaires », tels étaient les mots des fondateurs de l’AATF en 2003 lors de sa conceptualisation et de sa formation. 

En plus de la contribution des partenaires, le succès enregistré jusqu’à présent par l’AATF est dû à la vision de longue portée et au leadership avisé au sein de l’institution.

Dr Denis Kyetere, ou simplement Denis comme il préfère être appelé, a rejoint l’AATF en 2012. Il a constaté que l’institution naissante avait un besoin urgent de renforcer la confiance avec ses partenaires et ses parties prenantes internes à la suite de trépidants défis de leadership. À l’époque, l’AATF avait besoin de maintenir ses gains et de réaliser une croissance. 

D’une main ferme, toujours prêt, Denis a remonté le cœur et l’esprit de tous ceux avec qui il a travaillé à l’AATF. Avec clarté et compassion dans des proportions égales, il a tissé autour de lui un réseau attachant d’amitiés et de partenariats durables qui maintiendraient l’organisation sur une trajectoire stable au cours des dix années de sa direction à l’AATF.

Magnanime à l’extrême, Denis a un comportement qui respire l’humilité absolue. L’homme qui préfère être appelé simplement par son prénom a créé une bonne harmonie parmi le personnel qui a contribué à créer une synergie au sein et entre les projets et les départements, créant ainsi un endroit pour se concentrer sur l’image plus grande de l’organisation — servir les intérêts des petits agriculteurs. 

Scientifique sans réputation, Denis a imposé le respect aux scientifiques et aux experts de l’organisation en les poussant constamment à évaluer leur travail par rapport aux besoins toujours croissants des petits agriculteurs du continent africain.

Son style de leadership et de gestion était axé sur la constitution d’équipes et le travail d’équipe, encourageant l’auto-évaluation et l’appropriation des résultats tout en renforçant la confiance et le respect mutuel entre le personnel et les partenaires de l’AATF.

Denis a rejoint l’AATF avec un solide dossier riche en références impressionnantes en matière de leadership. Il a siégé au Conseil d’Administration de l’Association pour le Renforcement de la Recherche Agricole en Afrique Orientale et Centrale (ASARECA), a présidé le Conseil d’Administration du Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA) pendant deux mandats et a dirigé l’Organisation Nationale de Recherche Agricole (NARO) en Ouganda en tant que Directeur Général.

En tant que directeur exécutif de l’AATF, Denis savait trop bien que les communautés rurales prospèrent lorsque les petits agriculteurs prospèrent. Sous sa direction, l’AATF a travaillé avec des partenaires pour aider les agriculteurs d’Afrique subsaharienne à accéder à des solutions technologiques pratiques qui ont augmenté les rendements de 100 à 300 pour cent sur plusieurs cultures, ayant ainsi un impact direct sur les moyens de subsistance.

Sa passion pour l’agriculture est enracinée dans une enfance passée à s’occuper du bétail et des cultures sur la ferme familiale de l’Ouganda rural, et cela a contribué à sa volonté de voir une Afrique avec de plus grandes innovations agricoles.

Sous sa direction, l’AATF a pu démontrer comment le progrès est possible lorsque le secteur privé, les gouvernements, les ONG, les chercheurs et les agriculteurs travaillent ensemble pour développer des technologies qui répondent à des défis de production spécifiques. Il a guidé l’AATF et ses partenaires dans des collaborations visant à faire cette différence nécessaire, comme le développement de variétés de maïs capables de résister au double impact de la sécheresse et des insectes nuisibles, y compris les attaques de la chenille légionnaire d’automne, qui peut ruiner un champ entier en quelques jours seulement.

Denis porte un intérêt particulier au maïs car il s’agit d’une culture vivrière et commerciale essentielle pour les petits agriculteurs africains. En fait, les recherches de son doctorat menées à l’Université de l’État d’Ohio, aux États-Unis, ont identifié et cartographié le premier gène qui confère une tolérance à la maladie dévastatrice du virus de la strie du maïs (MSV). Il voit une réelle valeur dans l’utilisation de la technologie pour améliorer les cultures de base.

Sous sa direction, l’AATF a tenu sa promesse de produire une culture de niébé résistante au foreur de gousses Maruca vitrata qui avait jusqu’alors dévasté les récoltes des agriculteurs. Il a dirigé l’organisation dans la coordination d’un partenariat international efficace et efficient qui a abouti à la sortie historique de la première variété de culture vivrière transgénique au Nigeria et en Afrique autre que l’Afrique du Sud. Commercialisé sous le nom de SAMPEA 20-T en 2019, le niébé résistant au foreur de gousses est une culture pionnière déjà appréciée des agriculteurs qui l’ont essayée.

L’une de ses déclarations populaires est que « la biotechnologie est une approche qui peut compléter les méthodes conventionnelles d’amélioration des cultures, remédier à d’énormes déficits alimentaires et réduire la pauvreté en Afrique. Je suis fier que l’AATF contribue à la création de richesse et à la santé des petits agriculteurs. La biotechnologie est un outil dans la boîte à outils des agriculteurs qui contribue à la production alimentaire avec précision et rapidité. »

En récompense de son dévouement, de son engagement et de ses efforts inlassables, Denis a récemment été nommé Biotechnology Food Hero pour 2020 (Héros de la Biotechnologie Alimentaire) par CropLife International. L’innovation et l’initiation de nouvelles façons de faire n’étaient pas étrangères à Denis.

Au cours de son mandat, l’AATF a créé deux nouvelles entités, dont la Compagnie Semencière QualiBasic, souvent appelée QBS, et Agridrive. QBS est la première en Afrique à se concentrer entièrement sur la mise à disposition de semences de base pour les entreprises semencières en tant que contribution à la disponibilité de semences certifiées, tandis qu’Agridrive est une entreprise sociale qui cherche à accroître l’intérêt des agriculteurs pour la mécanisation commerciale pour une agriculture durable.

Denis a également piloté l’AATF à travers la réalisation de la commercialisation des premières variétés de riz hybrides indigènes d’Afrique avec des rendements dépassant les autres variétés à plus de 10 tonnes par hectare et les semences sont déjà produites pour l’usage des agriculteurs. 

Une autre réalisation clé au cours de son mandat est la mise en place du Projet de Mécanisation du Manioc (CAMAP) qui a révélé des différences évidentes au niveau des agriculteurs — augmentant les rendements de plus de 250%, les revenus de plus de 180% et un gain de temps de plus de 90%. LE succès du CAMAP au Nigeria a vu la naissance d’Agridrive SA, formée pour poursuivre la fourniture de services de mécanisation sur un modèle d’affaire durable et commercial.

Le nom de Denis sera mis en évidence lorsque le succès de la biotechnologie et du transfert de technologie en Afrique sera écrite.

Bien que son mandat se termine à un moment où le monde est confronté à un sérieux défi provoqué par la pandémie de COVID-19 qui a affecté les opérations de nombreuses organisations, grâce à son leadership, l’AATF et ses partenaires ont surmonté les défis en fournissant des technologies aux agriculteurs.

Il laisse un portefeuille diversifié de projets à l’AATF, bien dotés pour remplir leurs mandats, y compris ceux qui relèvent les défis du maïs — (Projet de maïs TELA et TAAT Maïs Compact), le riz (Riz Hybride pour l’Afrique et Riz Économe en Azote, Économe en Eau et Tolérant au Sel – NEWEST), un environnement propice à la technologie (OFAB, Politique TAAT), au niébé (Niébé PBR), aux semences améliorées (Seeds2B) et à la mécanisation (CAMAP, AgriDrive), entre autres.

Sous sa férule, l’AATF a également établi de vastes réseaux avec des partenaires partageant les mêmes idées, notamment divers gouvernements, la Commission de l’Union Africaine (CUA), l’Agence de Développement de l’Union Africaine (AUDA-NEPAD), l’Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA), le Forum de la Révolution Verte en Afrique (AGRF), le Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale (GCRAI), le Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA), le Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA), le Centre de Coordination de la Recherche et du Développement Agricoles pour l’Afrique Australe (CCARDESA), le Conseil Ouest et Centre-Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF), la Coalition pour le Développement du Riz en Afrique (CARD), les organismes de recherche agricole, le secteur privé local et international, les organisations paysannes et organisations communautaires, les organisations confessionnelles, les universitaires et de nombreux partenaires au développement. Denis quitte l’AATF à un moment où il devrait célébrer certains des gains qu’il a aidé à défendre.

Sous sa direction, l’organisation a fait des progrès constants vers l’atteinte de son objectif de 16 millions d’agriculteurs tel que proposé dans sa stratégie actuelle 2018-2022.

Dr Ousmane Badiane, Président du Conseil d’Administration de l’AATF, a rendu un vibrant hommage à Denis, affirmant que son leadership avait contribué à orienter l’organisation vers une tenue professionnelle de transfert de technologie avec une équipe de personnel dévoué qui s’engage à apporter les innovations agricoles aux agriculteurs, le plus efficacement possible.

Alors que Dr Kyetere prend sa retraite, je souhaite exprimer l’appréciation du Conseil d’Administration, le personnel et les partenaires reconnaissent son engagement et son attention sans faille à diriger l’AATF à travers certaines des situations les plus difficiles et la réalisation d’objectifs stratégiques clés.”

Dr Ousmane Badiane, Président du Conseil d’Administration de l’AATF

De l’AATF, nous disons Kwaheri Denis, car vous êtes venu, vous avez amélioré et avez fourni les résultats aux moment où cela comptait le plus. Vous avez travaillé dur dans la fidélité et l’humilité – Marchant la parole et non parlant la marche !

Dr Canisius Kanangire, le nouveau Directeur Exécutif de l’AATF

Le Docteur Kanangire est titulaire d’un doctorat et d’un Master en sciences aquatiques, avec une spécialisation en écologie des eaux douces, aquaculture et gestion des zones humides, tous deux obtenus à l’Université de Namur en Belgique. Il est également titulaire d’un diplôme en biologie avec une spécialisation en sciences de l’environnement et d’un certificat de premier cycle en biologie et chimie, tous deux obtenus à l’Institut Supérieur Pédagogique de Bukavu, en République démocratique du Congo.

Dr Kanangire a plus de 35 ans d’expérience dans des postes de direction, ayant précédemment été Secrétaire Exécutif de la Commission du Bassin du Lac Victoria (LVBC) entre 2011 et 2016 et Directeur Régional pour le Renforcement des Capacités, et Chef de la Planification et de la Gestion Stratégiques à l’Initiative du Bassin du Nil (IBN) entre 2004 et 2011.

Avant ces postes internationaux, Dr Kanangire a servi en tant que conférencier et Doyen de la Faculté d’Agriculture de l’Université du Rwanda et membre du Conseil d’Administration de l’ISAR, l’Institut des Sciences Agronomiques du Rwanda. Suite à la restructuration, l’ISAR est devenu le Rwanda Agricultural Board (RAB).

Dr Canisius Kanangire, Directeur Exécutif de l’AATF. Crédit photo : AMCOM

« C’est un administrateur avisé et un technocrate expérimenté possédant une vaste connaissance du leadership et de la gestion d’institutions internationales, notamment en développant des partenariats et des réseaux stratégiques aux niveaux régional, continental et mondial », lit-on dans un communiqué de l’AATF.

Ressortissant du Rwanda, Dr Kanangire parle plusieurs langues, dont l’anglais, le français, le Kiswahili et le Kinyarwanda. En tant que Directeur Exécutif de l’AATF, Dr Kanangire devra diriger l’organisation vers la réalisation de ses objectifs généraux et la réalisation de son mandat pour l’Afrique subsaharienne. La mission principale de l’AATF est d’améliorer la sécurité alimentaire et de réduire la pauvreté en offrant aux petits exploitants un meilleur accès aux technologies et au savoir-faire agricoles améliorés.