Une nouvelle étude pour se concentrer sur l’impact de la COVID-19 sur les agriculteurs et les éleveurs

Une nouvelle étude pour évaluer l’impact de la pandémie de COVID-19 sur les moyens de subsistance des populations les plus vulnérables d’Afrique de l’Ouest, y compris les agriculteurs, les éleveurs et les consommateurs, sera lancée virtuellement le mercredi 31 mars 2021.

Financée par le Centre de recherches pour le développement international (CRDI), l’étude sera menée par des experts du CORAF en collaboration avec des chercheurs issus des Systèmes nationaux de recherche agricole de cinq pays sahéliens. Il s’agit du Cap-Vert, du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso et du Niger.

Comment en sommes-nous arrivés ici ?

Lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé la région de l’Afrique de l’Ouest au début de 2020, les gouvernements ont pris diverses mesures pour limiter sa propagation.

Ces mesures d’urgence allaient de la fermeture des frontières et des institutions publiques, y compris les écoles, les marchés, les mosquées et les églises, à l’isolement des maisons, des communautés et au confinement total des régions et de l’État tout entier. Ces mesures d’atténuation ont entraîné diverses perturbations des marchés et des chaînes d’approvisionnement du système alimentaire de la région.

Un an plus tard, aucune étude spécifique n’a évalué l’impact précis des différentes mesures politiques sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle. La nouvelle étude qui sera menée par le CORAF durera plusieurs mois. Elle examinera principalement comment les mesures prises par les gouvernements ont affecté le système alimentaire de la région, en particulier les moyens de subsistance des populations les plus vulnérables telles que les femmes et les jeunes.

Pourquoi les agriculteurs, les éleveurs et les consommateurs ?

La pandémie de COVID-19 a touché presque tout le monde, indépendamment du statut socio-économique. Mais les agriculteurs, les éleveurs et les consommateurs, y compris les jeunes et les femmes, ont été touchés de manière disproportionnée.

« Cette étude examinera l’impact des politiques entreprises par les gouvernements de ces cinq pays pour mitiger les effets de la pandémie de COVID-19 sur les moyens de subsistance des agriculteurs et des éleveurs et d’autres parties prenantes clés dans leurs chaînes de valeur respectives », a déclaré le Professeur Abdulai Jalloh, Directeur de la Recherche et de l’Innovation du CORAF.

Plus précisément, l’étude fera le point sur les réponses des gouvernements et déterminera leur impact sur la production alimentaire, la disponibilité et l’accès à l’alimentation et les mécanismes d’adaptation.

L’étude identifiera les lacunes dans les réponses à la COVID-19, y compris l’inégalité entre les sexes et proposera des politiques à considérer pour gérer les futures pandémies et la réduction des risques.

Plus de 7.500 personnes devraient être interrogées dans les cinq pays concernés. Les résultats et les conclusions éclaireront les futures politiques et interventions liées à la gestion de la pandémie.

Lire aussi :