L’Observatoire des engrais en Afrique de l’Ouest

En raison de la propagation rapide du nouveau coronavirus (COVID-19), les gouvernements du monde entier ont imposé des restrictions sur diverses formes de voyage et de commerce. Dans de nombreux pays d’Afrique, où les taux d’insécurité alimentaire et de malnutrition restent élevés, une restriction prolongée de l’importation et de la distribution des intrants agricoles pourrait avoir un impact négatif profond sur la production alimentaire, ce qui pourrait provoquer une crise de la faim en plus d’une crise sanitaire.

L’IFDC, WAFA et AfricaFertilizer.org s’efforcent de veiller à ce que les engrais et autres intrants agricoles ne soient pas limités, mais plutôt appuyés par les décisions des gouvernements, afin qu’ils puissent continuer à atteindre les agriculteurs à temps pour la saison de croissance. Cette initiative est soutenue par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le Comité permanent inter-États de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS) et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID).

L’Observatoire des engrais est conçu pour fournir des mises à jour hebdomadaires aux parties prenantes dans les pays de la CEDEAO, y compris le Tchad et la Mauritanie, en utilisant les données collectées autour de 10 indicateurs. Ces indicateurs sont liés à une variété d’informations telles que la propagation du COVID-19, les mesures prises par les gouvernements des pays et les contraintes logistiques qui affectent les flux d’engrais.

Retrouvez les derniers numéros de l’Observatoire des engrais en Afrique de l’Ouest