Gestion du coronavirus ou covid-19: population africaine confinée et besoins alimentaires

Il faut retenir la négation de la formule selon laquelle « l’homme est à la mesure de toute chose » car il peine encore à transformer l’incertitude en risques. Or l’incertitude, on la subit et le risque, on le gère : ce dernier étant la probabilité d’occurrence d’un événement défavorable.

De notre belvédère et avec nos lunettes d’observation, nous constatons que:

  • Les changements climatiques, avec leur cortège inestimable de conséquences fâcheuses, questionnent notre existence. Ils sont même la source nourricière d’un certain fatalisme, en dépit des progrès scientifiques ;
  • Les crises alimentaires n’ont pas encore disparu de nos radars, malgré le capital de connaissances et de technologies, généré au quotidien par l’homme ;
  • La construction de systèmes alimentaires productifs, durables et équitables, se complexifie à cause de l’érosion de la biodiversité et de la disparition d’écosystèmes, imputables à des pratiques agricoles destructrices de l’environnement et à une irresponsabilité humaine.

Cette digression renvoie à une évidence indomptable : le monde est riche de ses chorégraphies difficilement saisissables.

Lire l’intégralité de l’article ici : Gestion du coronavirus ou covid-19: population africaine confinée et besoins alimentaires

Source: Académie d’Agriculture de France