De nouveaux espoirs pour les agriculteurs de l’Afrique de l’Ouest

Pendant des décennies, une myriade d’acteurs ont fait de l’accès à des intrants de qualité pour les agriculteurs leur mission première. Mais une coordination insuffisante et la duplication des efforts ont bloqué les progrès. L’utilisation moyenne de semences, d’engrais et de pesticides en Afrique de l’Ouest reste relativement faible par rapport au reste du monde.

“Cela est dû à des acteurs qui travaillent en silos”, explique Innocent Okuku, un Distributeur  en engrais basé au Nigeria.

Mais cette époque de livraison non coordonnée d’intrants aux agriculteurs d’Afrique de l’Ouest pourrait bien être sur le point de connaître un changement substantiel.

La  Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) demande à ses partenaires de dialoguer, de mieux se comprendre, d’harmoniser leurs interventions et de tirer parti des ressources limitées pour avoir un impact plus important sur les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles.

La CEDEAO est un instrument d’intégration régionale qui travaille à la mise en œuvre de l’ambitieux programme des chefs d’État africains en Afrique de l’Ouest. Le doublement de la production alimentaire d’ici 2025 est un élément central du plan agricole.

“Notre ambition est de produire suffisamment de nourriture pour pouvoir nourrir nos populations d’ici 2025”, déclare Sekou Sangare, Commissaire à l’Agriculture de la CEDEAO.

“Nous devons établir les bons partenariats aux niveaux national et local pour renforcer la résilience de nos agriculteurs face à la menace du changement climatique”.

Comment cela a-t-il été possible ?

De nombreux acteurs du développement travaillent en Afrique de l’Ouest. L’un des principaux investisseurs dans le développement de l’agriculture est l’Agence des Etats Unis pour le Développement International (USAID). Environ 300 millions de dollars US sont fournis par l’USAID à de multiples partenaires pour faire avancer le programme de sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Afrique de l’Ouest.

Le développement de l’agriculture est une priorité pour de nombreux acteurs travaillant dans la région. Cependant, ces partenaires ne savent souvent pas où, quand et ce que chacun fait.

Plutôt que de poursuivre les seules interventions sur le terrain, l’USAID a déterminé, avec la CEDEAO et d’autres partenaires régionaux, qu’il pourrait être utile d’entamer un processus de recensement des acteurs et de les amener à s’exprimer ensemble tout en améliorant l’espace politique et réglementaire.

Cela a pris la forme d’un dialogue annuel – le premier de ces forums s’est tenu à Dakar, au Sénégal. Abuja, la capitale du Nigeria, a accueilli la deuxième édition au début du mois de février 2020.

“Nous avons commencé avec 30 partenaires en 2019. Nous avons doublé ce nombre en 2020”, selon Abdou Tenkouano, Directeur Exécutif du CORAF, l’institution qui coordonne ces efforts en Afrique de l’Ouest.

“La coordination des donateurs est un défi. Mais les plateformes multipartites peuvent considérablement améliorer notre façon de faire. Vous avez vu qu’elle permet aux entreprises de partager les défis auxquels elles sont confrontées pour faire passer les intrants d’un pays à l’autre. Cela permet à la CEDEAO de mieux comprendre les défis des entreprises et, espérons-le, de prendre les mesures nécessaires pour améliorer la situation afin que le potentiel du secteur privé puisse être libéré. Mais cela ne s’arrête pas là. Le changement durable exige des échanges continus”, déclare le Dr. Tenkouano.

Partenaires ayant participé à la réunion d’Abuja

La fourniture d’intrants au secteur privé par essaimage

Les experts affirment que des partenariats efficaces, soutenus par une participation active du secteur privé, sont la seule approche viable pour apporter les innovations nécessaires aux agriculteurs d’Afrique de l’Ouest.

“En fin de compte, ce sont les entreprises qui doivent être les moteurs de ce processus”, déclare Abdrahamane Dicko, Conseiller en programmes et politiques à l’USAID Afrique de l’Ouest.

Pendant des décennies, les États d’Afrique de l’Ouest ont joué un rôle majeur dans la réglementation ainsi que dans la fourniture d’intrants de qualité aux agriculteurs. De nombreux pays appliquent encore des systèmes de subventions qui permettent aux agriculteurs d’avoir accès à des intrants de qualité à des coûts relativement abordables.

Dans le cadre de l’appui de l’USAID Afrique de l’Ouest au développement de l’agriculture, la CEDEAO et ses partenaires ont entrepris des réformes clés, notamment en harmonisant les réglementations dans les domaines des semences, des engrais et des pesticides, et sont sur le point de mettre au point une nouvelle stratégie traitant des intrants de manière intégrée.

Bien que cette stratégie ait permis d’améliorer l’accès à des intrants de qualité, nombreux sont ceux qui estiment que le secteur privé doit jouer un rôle plus visible pour que tout changement durable et significatif puisse se produire.

“En fin de compte, nos rôles vont s’estomper et céder au secteur privé pour perpétuer ce processus”, soutient Abdrahamane Dicko.

“Le secteur privé a plus d’opportunités et de ressources qui peuvent être mises à profit pour développer le secteur semencier en Afrique de l’Ouest. Leur potentiel est bien plus important que tout soutien que le gouvernement américain ou tout autre partenaire peut apporter, explique Catherine Hamlin, Chef de l’équipe Agriculture de l’USAID Afrique de l’Ouest.

Réunion d’experts pour mettre au point une nouvelle stratégie intégrée des intrants agricoles

Assurer une prestation efficace et durable

L’aide étrangère de l’USAID est actuellement mise en place pour permettre aux institutions et aux acteurs locaux de s’approprier, de définir et de mettre en œuvre des solutions durables à leurs problèmes.

“Nous tenons toujours compte de la question de la durabilité dans nos programmes. Cela signifie que nous voulons voir plus d’engagement et d’appropriation du secteur privé dans le développement de ce secteur en Afrique de l’Ouest”, a ajouté Catherine Hamlin.

De bons signaux pour le secteur privé

Contrairement à la première itération de la réunion de consultation régionale, l’édition d’Abuja a vu la participation de beaucoup plus d’entreprises d’intrants. Nombre d’entre elles étaient autofinancées, ce qui démontre une fois de plus la volonté du secteur privé de s’engager et de rechercher des solutions durables aux défis du secteur des intrants en Afrique de l’Ouest. Dans l’ensemble, dix des principales entreprises privées étaient présentes.

Elles sont venues avec la volonté d’explorer de nouvelles opportunités, de renforcer la collaboration existante, mais elles ont également craint que la réunion ne soit pas productive.

“Quand j’ai reçu une invitation, j’étais hésitant. Je pensais que j’allais perdre mon temps”, déclare Stephen Yacouba Atar, PDG de l’une des plus anciennes entreprises de semences du Nigeria, Da-Allgreen Seeds Limited.

“Mais, écoutez, j’ai pu obtenir des informations commerciales cruciales sur les semences de riz hybride. Cela a également été un moyen de canaliser nos griefs vers la CEDEAO et les décideurs et de chercher des solutions ensemble”, a déclaré le patron de Da-Allgreen Seeds Limited.

Da-Allgreen Seeds Limited cultive et distribue plusieurs variétés de céréales sèches au Nigeria et en Afrique de l’Ouest. M. Atar a indiqué que ses projets de diversification vers des variétés de riz hybride avaient été longtemps mis en suspens parce qu’il ne pouvait pas obtenir les bonnes informations ou trouver le bon partenaire.

“J’ai compris cela lors de cette réunion. Et c’est dire à quel point c’est utile et pertinent pour nous en tant qu’entreprises”.

Certains experts ont affirmé que les biofertilisants étaient le bon type de nutriments à utiliser en Afrique de l’Ouest.

Au cours des six dernières années, Contec Global Agro Limited a fait des recherches et produit exclusivement des engrais organiques, des biopesticides.

“Nous ne sommes actuellement établis qu’au Nigeria. Notre ambition est de nous étendre au Sénégal et au Ghana. C’est ce qui nous a amenés à ce forum. Cela a été bénéfique pour notre entreprise”, déclare Dipankur Maini, Responsable du développement commercial chez Contec Global Agro Limited.

Le Nigeria représente près de 60 % du marché des semences en Afrique de l’Ouest. La plupart des entreprises nigérianes qui représentent cette production sont enregistrées auprès de la Seed Entrepreneurs Association of Nigeria (SEEDAN). Si SEEDAN voit l’intérêt de cette réunion, elle a toutefois suggéré que la consultation annuelle soit mise en place pour encourager des échanges sincères et critiques sur les défis et les opportunités du secteur des intrants en Afrique de l’Ouest.

“Qu’est-ce qui explique qu’avec tant d’acteurs travaillant pour faciliter l’accès aux semences, notre utilisation des intrants est encore lente ? Pourquoi l’Afrique orientale et australe est-elle plus performante que nous ? Nous devons faire des affaires différemment. Ce forum nous aide, mais nous devons agir”, a déclaré le président de SEEDAN.

Cela concerne les agriculteurs

“En fin de compte, ce qui compte, c’est que les petits exploitants n’aient pas à attendre une semaine, à parcourir de longues distances pour avoir accès à des intrants de qualité”, déclare Sekou Sangare, le Commissaire à l’agriculture de la CEDEAO.

“Je suis convaincu qu’un jour, les agriculteurs des coins les plus reculés de l’Afrique de l’Ouest pourront acheter des semences et des engrais où ils le souhaitent. Il viendra un moment où les intrants seront disponibles comme le coco-cola est dans notre épicerie”, déclare Innocent Okuku, Vice-Président de l’Association des engrais d’Afrique de l’Ouest.

Plus de photos de la rencontre ici

Lire aussi :