“Innover dans la fourniture d’intrants aux agriculteurs” un Officiel de la CEDEAO

Le Commissaire à l’agriculture de la  Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a appelé les acteurs de l’Afrique de l’Ouest à faire preuve d’innovation dans la fourniture d’intrants agricoles aux petits exploitants.

Le Commissaire Sekou Sangare s’est exprimé lors de la cérémonie de clôture d’un forum annuel des acteurs ouest-africains des intrants agricoles dans la capitale nigériane d’Abuja, le mercredi 12 février 2020.

La CEDEAO exige désormais de ses partenaires qu’ils dialoguent, se comprennent, alignent et complètent leurs interventions, tirent parti des ressources limitées pour mieux fournir des intrants aux petits exploitants agricoles.

Après un premier forum des partenaires tenu à Dakar, au Sénégal, au début de 2019, près de 55 organisations, dont des entreprises du secteur privé, des décideurs politiques, des institutions de recherche et des partenaires de développement se sont réunis à Abuja, au Nigeria, du 10 au 12 février 2020. Leur objectif premier était de mieux comprendre où, quand et ce que font les différents acteurs, avec pour objectif global d’améliorer la coordination de la fourniture d’intrants aux agriculteurs.

“Notre ambition est de produire suffisamment de nourriture pour pouvoir nourrir notre population d’ici 2025. Cette échéance est juste dans quelques années”, a déclaré Sekou Sangare, le Commissaire à l’Agriculture de la Commission de la CEDEAO.

Le Commissaire de la CEDEAO a souligné l’urgence d’agir rapidement et de manière innovante pour produire suffisamment de nourriture pour nourrir la région.

“Nous commençons une année difficile, en particulier au Sahel. 12 millions de personnes souffrent d’une alimentation insuffisante en raison de l’insécurité et du changement climatique”.

Pour le Haut fonctionnaire de la CEDEAO, cela signifie que faire comme si de rien n’était n’est pas une option viable. Il a souligné la volonté des agriculteurs d’innover tant que les options qui leur sont proposées sont pratiques et abordables.

“Les agriculteurs sont prêts à contribuer à l’achat d’intrants de qualité. Si les agriculteurs reçoivent un sac d’intrants au début de la saison de plantation, ils seront prêts à rembourser après la récolte. Nous devrions concevoir des systèmes de livraison de semences inclusifs”, a déclaré le commissaire.

La commissaire Sangare a distingué quelques acteurs du secteur des intrants pour leur niveau ou leur organisation et leur contribution à la fourniture d’intrants en Afrique de l’Ouest. La West Africa Fertilizer Association (WAFA) rassemble les principaux acteurs du secteur.

“L’un de nos principaux objectifs est d’avoir des organisations professionnelles comme la WAFA pour traiter des questions spécifiques à chaque secteur d’intrants agricoles”, a déclaré le Commissaire.

Photo de groupe des participants au Forum annuel des acteurs ouest-africains des intrants agricoles

L’Afrique de l’Ouest s’efforce actuellement de renforcer les négociants en intrants agricoles, les producteurs et les transformateurs du secteur privé afin qu’ils puissent mieux fournir des intrants aux agriculteurs. La WAFA a fait des progrès substantiels à cet égard – en mettant en place un système où les membres paient leurs cotisations et en plaçant ainsi l’organisation sur une trajectoire durable.

“J’encourage les acteurs à professionnaliser l’industrie des intrants afin que nos agriculteurs puissent avoir accès aux intrants essentiels dont ils ont besoin”.

“Si les systèmes publics ne fonctionnent pas, le secteur privé intervient”, a déclaré le Responsable de la CEDEAO, afin d’encourager les acteurs privés à s’approprier la fourniture d’intrants à ceux qui en ont besoin.

L’Afrique de l’Ouest connaît une utilisation remarquablement faible des intrants agricoles par rapport au reste du monde. Cela ralentit la croissance économique, bloque la capacité du secteur agricole à nourrir sa population croissante et rend plus difficile la lutte contre la pauvreté.

Depuis des décennies, une myriade d’acteurs sont impliqués dans la fourniture d’intrants de qualité aux agriculteurs. Mais, selon les experts, le manque de coordination et la duplication des efforts ont freiné les progrès.

Grâce à un financement de l’Agence Américaine pour le Développement International, le CORAF mène un processus inclusif visant à amener les acteurs à mieux travailler ensemble. Ce processus a impliqué la réforme des politiques et des réglementations relatives aux semences, aux engrais et aux pesticides, ainsi que le lancement de la conception d’une nouvelle stratégie régionale abordant les intrants agricoles de manière intégrée. La stratégie devrait être validée au début du mois d’avril 2020.

Lire aussi :

Dernière étape des discussions sur la réforme des intrants agricoles en Afrique de l’Ouest