Le ministre de l’Agriculture exhorte à plus de financement pour la recherche

Le Ministre capverdien de l’Agriculture et de l’Environnement a exhorté les gouvernements et les partenaires au développement à investir davantage dans la recherche compte tenu de son potentiel de transformation du secteur agricole du continent.

« Les pays et les partenaires devraient s’efforcer de financer davantage de recherche et de développement agricole », a déclaré Gilberto Correia Carvalho Silva, Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement du Cap-Vert.

Le Dr Silva s’exprimait à Praia le mercredi 15 janvier 2020 lors de la cérémonie d’ouverture d’un événement d’apprentissage conçu pour discuter de la centralité de la recherche dans la transformation agricole des pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale.

Alors que les pays africains ont établi un programme agricole ambitieux par le biais du Programme détaillé de développement agricole en Afrique et reconnu la criticité de la science, de la technologie et des innovations (STI), un financement proportionné a souvent fait défaut.

En accueillant les dirigeants de la plus grande organisation de recherche sous-régionale en Afrique et leurs partenaires nationaux à Praia pour un atelier de deux jours, la Ministre Silva a souligné l’importance du CORAF pour le développement des deux régions.

« Le CORAF est sans aucun doute une organisation d’une importance considérable pour les régions occidentales et centrales de notre continent. Depuis sa création en 1987, cette organisation internationale à but non lucratif s’est développée et a apporté des résultats concrets qui ont contribué à améliorer l’efficience et l’efficacité des petits producteurs et à promouvoir le secteur agricole », a déclaré le Ministre Silva.

Le Conseil d’administration (CA) du CORAF se tiendra à Praia du 16 au 17 janvier 2020 pour examiner et approuver les actions essentielles nécessaires pour que l’organisation puisse poursuivre sa mission.

Contrairement aux précédentes réunions du GB, cette réunion-ci sera précédée d’un atelier de deux jours pour permettre aux acteurs du CORAF de réfléchir sur le thème « Recherche, innovation et transfert de technologies pour le développement durable du secteur agricole en Afrique de l’Ouest et Centrale ».

LeCap-Vert s’engage à soutenir le CORAF

« Permettez-moi de saisir cette occasion pour exprimer la confiance de notre pays (le Cap-Vert) dans le travail du CORAF et notre plein soutien au renforcement de cette organisation pour le bien de nos régions », a déclaré le Ministre Silva.

Les communautés économiques régionales de l’Afrique de l’Ouest et Centrale ont mandaté le CORAF pour coordonner la recherche agricole. Les systèmes nationaux de recherche agricole de 23 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre, y compris le Cap-Vert, sont membres du CORAF. Au cours des dix dernières années, plus de 100 millions d’agriculteurs ont utilisé des technologies améliorées facilitées par le CORAF. Au cours de la même période, plus de 400 technologies améliorées ont été conçues. Plus de 10000 tonnes de semences de qualité ont été produites et environ 1 200 jeunes scientifiques ont été formés pour remplacer un vivier de chercheurs vieillissants.

« Ce n’est pas un hasard si le CORAF est devenu le principal bras de recherche scientifique de la CEDEAO dans le domaine de l’agriculture et de la sécurité alimentaire. »

« Les gouvernements, le secteur privé, la société civile, les agriculteurs et les entreprises accordent beaucoup d’espoir et de confiance au CORAF », a rappelé la Ministre Silva.

« Le CORAF promeut les innovations technologiques pour améliorer durablement la productivité agricole et améliorer l’efficacité des petits agriculteurs, qui sont au centre de leurs recherches. »

Le CORAF mis au défit

Le responsable du gouvernement capverdien a appelé à un plus grand pragmatisme dans la conduite des actions de recherche et développement.

« N’entreprenez pas de recherche pour le plaisir, mais pour répondre rapidement et efficacement aux besoins des producteurs et en préservant l’environnement. »

Le Ministre a en outre mis au défi les chercheurs et autres personnes travaillant dans la zone de couverture du CORAF de :

  • Faciliter l’accès des producteurs aux marchés ;
  • Accroître l’intégration des questions socioculturelles et socio-environnementales dans les processus de recherche et développement ;
  • Moderniser les systèmes d’information et la diffusion des technologies tout en se concentrant sur le renforcement des capacités.