A 25 ans, elle devient millionnaire grâce á l’aquaculture

Quand Olubunmi Aderinsola Yahya, 25 ans, est arrivée à l’Université d’Ibadan au Nigeria pour faire son baccalauréat en aquaculture et gestion des pêches  au département (DAFM), elle n’avait aucune idée que cela pourrait un jour l’amener à devenir un millionnaire.

Après tout, pendant longtemps, de nombreux aspirants à l’université évitaient le département en partie à cause du mépris envers l’aquaculture et la gestion des pêches ou parce que ce n’était pas l’un des cours à la mode sur le campus de la plus ancienne université du Nigeria.

“Pendant de nombreuses années, nous avons eu du mal à attirer des étudiants au département “, rappelle le professeur Emmanuel Kolawole Ajani, directeur sortant du DAFM.

Comme beaucoup d’autres étudiants de sa classe, Mme Yahya s’est mise au travail pour acquérir des compétences essentielles comme l’esprit d’entreprise, la vulgarisation des pêches et l’économie, l’utilisation après récolte et la gestion de la biodiversité, la gestion environnementale et la conservation des ressources naturelles renouvelables.

“Je me concentrais principalement sur mes études. Lorsque j’ai terminé mon baccalauréat, j’ai décidé de poursuivre avec une master, que j’ai terminée en août 2018 “, dit-elle.

Au moment où Yahya terminait son master, elle était déjà immergée dans la pratique de commercialisation des produits de poisson fumé du département. Afin de renforcer les compétences entrepreneuriales des étudiants du DAFM, les apprenants intéressés peuvent entreprendre la vente de poisson fumé et obtenir en retour 10 % des recettes. Le reste est déposé sur le compte de l’université et utilisé pour l’entretien.

Sur la voie de la millionnaire

Bien qu’Aderinsola Yahya ait suivi de nombreux cours pertinents dans le domaine de la pêche, elle s’intéressait beaucoup au marketing et aux relations avec la clientèle.

“Lorsque je commercialisais les produits du département, j’ai développé une large base de clientèle et j’ai gardé un contact étroit avec mes clients “, explique la jeune entrepreneur. Ce lien étroit lui a valu l’affection de ses clients.

“C’est principalement la raison pour laquelle j’ai commencé à réfléchir à la création de ma propre entreprise. J’avais un  marché, une clientèle et des connaissances sur l’élevage du poisson.”

En 20xx, cette habitante autochtone d’Abeokuta, Ogun State a fondé son entreprise, Bspice Products and services limited.

Quand elle a décidé de se lancer en solo, elle a mis sa vision au-delà de l’université, en partie parce qu’elle voulait un marché à la hauteur de ses grandes ambitions. Ibadan, située à environ 150 kilomètres au nord de la capitale économique Lagos, a une population d’environ 2,5 millions d’habitants. Cela représente un marché important pour les produits comestibles, notamment le poisson et d’autres sources de protéines.

“Quand j’ai commencé, j’ai présenté mes produits à la clientèle existante. Plus tard, je me suis répandu dans les supermarchés.”

Aux approches marketing traditionnelles, elle a apporté ses forces dans les médias sociaux pour attirer de nouveaux clients.

“Environ 60 millions d’acheteurs au Nigeria utilisent les médias sociaux. C’est un grand marché et c’est ainsi que nous avons pénétré et poussé nos produits à travers nos connexions aux médias sociaux.”

Dans l’ensemble, BSpice Fish produit et commercialise du poisson fumé et d’autres produits de poisson transformés tels que le Fish Snack Pack, l’huile de poisson, la poudre de poisson, les épices de poisson et le poisson-chat en morceaux. Au fur et à mesure que sa clientèle s’est élargie, elle a diversifié ses produits. Aujourd’hui, elle transforme et conditionne également d’autres produits qui permettent de cuisiner des mets locaux comme ‘’l’okro’’, ‘’l’ogbono’’ et la soupe ‘’egusi’’.

Le revenu mensuel est maintenant estimé entre 2 et 2,5 millions de nairas pour le poisson-épice B. Il s’agit d’environ (4 000 USD).

Les revenus, dit-elle, ont tendance à augmenter avec les périodes de fêtes comme la période de jeûne des musulmans (Ramadan). “Sur la base de notre comptabilité, nous avons déjà généré près de 1,6 million de Nairas “, a-t-elle déclaré lors de notre rencontre le 16 mai 2019, sur le campus de l’Université d’Ibadan. Le ramadan est observé dans toutes les communautés musulmanes depuis le 5 mai 2019.

Lorsque le CORAF et le Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO) se sont liés au DAFM en 2013, la production de futurs entrepreneurs n’était pas une priorité centrale.

Le DAFM, aux côtés de l’Université de Buea au Cameroun et de l’Université de Njalah en Sierra Leone, a remporté un projet parrainé. Un fonds fiduciaire multidonateurs l’a financé avec la direction du CORAF.

L’objectif principal du projet était de permettre à ces trois universités d’intégrer davantage la recherche en pisciculture. La nature révolutionnaire des résultats de ce projet de recherche adaptative et l’approche exceptionnelle avec laquelle ils ont favorisé les résultats ainsi que le niveau d’adoption ont entraîné l’adhésion de tous les acteurs.

Non seulement l’Université d’Ibadan a apporté son soutien au département pour étendre les résultats, mais de nombreuses personnes au Nigeria et en Afrique de l’Ouest ont également adhéré à cette pratique, dont Aderinsola Yahya.

“Je suis un produit de la pisciculture intégrée. Non seulement je l’ai étudié, mais je l’ai aussi pratiqué”, dit Aderinsola Yahya

Aujourd’hui, Aderinsola Yahya est un employeur. Elle gère une équipe de six personnes et exploite six grands étangs d’une capacité d’environ 1500 silures à la fois. Compte tenu de la demande croissante, elle exploite une ferme toute l’année. Lorsqu’elle manque de poisson, elle s’adresse à d’autres agriculteurs pour s’approvisionner. Elle s’associe également au MAPA pour l’approvisionnement en poisson lorsqu’il y a pénurie.

Son histoire unique a attiré des organisations de développement qui l’ont invitée à des conférences internationales pour parler de son expérience et motiver les jeunes du monde entier.

Aderinsola Yahya, qui vient juste de se marier vers la fin de 2018, se réjouit de sa nouvelle passion pour l’entrepreneur aquacole et de consultant en matière de pisciculture.

Plus de 50 000 personnes ont adopté l’aquaculture intégrée au Nigeria (pisciculture, riz, volaille et production porcine). Des organisations de développement ainsi que des instituts de recherche tels que WorldFish, la FAO, etc. cherchent également à établir des partenariats avec le département. Cette technologie a permis à l’université d’obtenir une reconnaissance accrue.