Senegal : une productrice de semences comblée

A 45 ans, cette fille d’un dignitaire local mouride, mère de deux enfants a décidé de se lancer dans la production agricole là où la majorité des femmes de la localité ne sont que de simples ouvrières dans les champs appartenant souvent à leurs époux.

« J’ai choisi d’être une productrice agricole plutôt que d’aller en milieu urbain grossir les rangs des femmes sans travail ou réduites en bonne à tout faire… » dit Sokhna en remerciant le CORAF et l’USAID de l’avoir permis à produire et à vendre des semences certifiées.

Campagne après campagne, elle est devenue une icône dans ce milieu dominé par les hommes. Membre de la coopérative des producteurs de semences certifiées de la commune de Kahi, elle collectionne saison par saison, les performances, au point de devenir une référence dans la commune.

Appuyée par le PSAO, le Programme semencier pour l’Afrique de l’Ouest, du CORAF, entre 2012 et 2017, elle a produit 10 tonnes de maïs, 10 tonnes de sorgho, et presque autant d’arachide en 2017. Même si elle refuse de parler d’argent, cette mère de famille affirme en gagner assez pour couvrir l’ensemble de ses besoins durant toute l’année.

Grâce aux revenus tirés de la vente des semences certifiées, elle finance la scolarité de ses deux enfants et leur assure une prise en charge sociale et sanitaire en toute autonomie. Généreuse, elle vient régulièrement en aide aux habitants du village, en denrées, en semences, mais aussi en argent.

« Ici, tout le monde la respecte, les hommes en premier » témoigne un habitant du village tout admiratif. Lorsqu’on interroge Sokhna Amy Mbacké sur son succès, elle préfère rester modeste et affirme : « j’ai choisi d’être une productrice de semences plutôt que d’al- ler en milieu urbain grossir les rangs des femmes sans travail ou réduites en bonne à tout faire. J’aime la production de semences et cette activité me comble »dit-elle, remerciant au passage le CORAF et l’USAID qui lui as permis de produire et de vendre des semences certifiées.